writer's bench

1990, l'explosion du graffiti à Paris

Mat Jacob est un photographe français qui a documenté l'explosion du mouvement graffiti à Paris dans les années 90. En 2012, il revisite une partie de ses photos d'époque avec Mélanie Duquesne pour en faire un petit film photographique en compagnie de Oeno, Pseye, Colorz, Creez, Psyckoze, Dystur, Smoker, Click, Dew, Jonone, Seep, Sime entre autres.

« En 1990, j'assiste à la naissance du graffiti à Paris. Fasciné par la liberté, la mixité et la clandestinité de cette nouvelle scène underground, je m'immerge dans le milieu et rencontre la plupart des acteurs majeurs de l'époque. Je les suis dans leurs virées nocturnes et leur rêve de reconnaissance. »
-Mat Jacob

On peut trouver certaines de ses photos dans le livre de Karim Boukercha désormais classique, Descente Interdite, disponible ici sur Allcity.fr.

writer's bench

Singapour: 2 writers allemands emprisonnés

4 ans après l'arrestation et la condamnation du writer suisse Mc Coy à 3 coups de canne assortis de 7 mois de prison ferme pour vandalisme, 2 writers allemands se sont faits attraper pour avoir peint un métro à Singapour le 8 Novembre 2014.

Ignorant les risques encourus et les précédentes enquêtes, les deux jeunes hommes âgés de 21 ans ont été extradés de Malaisie alors qu'ils étaient en attente de leur vol pour l'Australie à l'aéroport de Kuala Lumpur, après avoir fait une halte à Bangkok où ils ont été localisés par la police royale thaïlandaise.

Singapour, l'un des principaux centres financiers asiatiques, est bien connue pour sa position plus que ferme sur la criminalité.

Depuis leur arrestation, les deux writers sont en détention provisoire pour la durée de l'enquête et reconstituer la scène du crime. Ils passeront ensuite devant la Cour d'État le 28 Novembre 2014.

Ils devront faire face à 2 chefs d'inculpation. S'ils sont reconnus coupables d'intrusion dans une zone protégée, ils risquent jusqu'à deux ans de prison assortis d'une amende pouvant aller jusqu'à 1000$.

S'ils sont reconnus coupables de vandalisme, ils risquent jusqu'à trois ans de prison supplémentaires, accompagnés d'une amende pouvant aller jusqu'à 2000$ et en bonus : entre trois et huit coups de canne…

Source : The Straits Times