writer's bench

Lyon: Arrestation des JAB,1 million d'euros de préjudice

Arrestation des JAB - 1 million d'euros de préjudice-511

Depuis Novembre 2015, la promulgation et la prolongation de l'état d'urgence laisse les coudées franches aux services de la police française, en partie pour lutter contre le terrorisme mais aussi pour conduire des opérations coups de poing et des perquisitions à tout va. Cette fois, c'est le crew lyonnais JAB qui en fait les frais, au terme d'une enquête de 4 ans menée par le groupe « Initiative et investigation » de la Sureté et le groupe d'intervention régional.

Voilà quatre ans qu'ils étaient recherchés. Dix individus, soupçonnés d'avoir tagué une multitude de bâtiments et autres mobiliers urbains à Lyon, ont été interpellés mardi 26 Avril 2016 au matin. Les services de police et de gendarmerie étaient mobilisés pour l'occasion.

 » Cette bande de tagueurs est soupçonnée d'avoir commis, depuis 2012 des dégradations par tags sur de nombreux bâtiments et mobiliers urbains de l'agglomération lyonnaise et notamment au préjudice de la SNCF »
-La Sûreté Départementale.

Arrestation des JAB - 1 million d'euros de préjudice-01-511

Le préjudice est supérieur à un million d'euros.

Des perquisitions menées aux domiciles des suspects ont permis aux enquêteurs de mettre la main sur 385 bombes de peinture, 25 pots de peinture, des objets appartenant à la SNCF, mais aussi sur des ordinateurs, des disques durs, des clés USB et une Go-Pro.

Des photos des tags réalisés ont ainsi pu être visionnées par les policiers, tandis que les compagnes de sept des tagueurs présumés ont été entendues dans le cadre de l'enquête. Parmi les dix individus, quatre ont été présentés à un juge mercredi et laissés libres sous contrôle judiciaire. Les six autres devaient être présentés au juge mandant ce jeudi.

Arrestation des JAB - 1 million d'euros de préjudice-02-511

Les dix hommes devront répondre de leurs actes devant la justice : association de malfaiteurs, dégradations aggravées par tags, infraction à la législation sur les stupéfiants et recel de vol.

Sources : Le Progrès, 20 Minutes

writer's bench

Japon: Mr Serious X Zedz

Tokyo Mr Serious X Zedz-511

A l'occasion de son passage au Japon, le writer hollandais Zedz a peint un mur de 120m2 au FUG skatepark de Saitama, dans la banlieue de Tokyo.

Ce mur, réalisé en collaboration avec la marque hollandaise Mr Serious, reprend des éléments du design abstrait et géométrique réalisé par l'artiste pour la collection capsule Mr Serious X Zedz.

Tokyo Mr Serious X Zedz-02-511

« Le design du mur de Zedz est en partie inspiré par Piet Mondrian et l'art moderne du début du 20ème siècle ainsi que par les mangas Akira de Katsuhiro Ōtomo et Ghost In The Shell. On y trouve aussi des références aux villes futuristes qui n'en finissent pas de s'étendre verticalement et horizontalement dans un contexte de technologie cybernétique. »

L'ensemble de la gamme Mr Serious ainsi que la collection Zedz sont ici sur Allcity.fr.

Photos : Tomofumi Nakayam

writer's bench

Interview Moner C29

Interview Moner C29-511

Spraydaily s'est entretenu avec Moner C29, un writer originaire de Nantes, qui travaille son style sur murs depuis 2003 en compagnie de ses crews Virtual Times et HSB. Quelques extraits de l'interview traduits :

« J'ai commencé à faire mes premiers sketches, mes premiers tags et mes premières pièces en 2003. Ce n'est qu'en 2005 que j'ai commencé à peindre plus sérieusement. Mes influences sont variées et évoluent au fil du temps. Quand j'ai commencé, je m'inspirais beaucoup de dessins animés (Hanna Barbera), des dessins de Derek Yaniger… Depuis quelques années, je m'intéresse à la science fiction et à l'univers Comics. En ce moment je m'intéresse aux mangas et à l'impression japonaise que j'essaie d'inclure dans mon style. Pour le lettrage, mes inspirations viennent du graffiti classique que j'essaie de mélanger avec différentes influences, graphique, style simple, oldschool, technique ou complètement naïf. »

« Nantes est une ville dynamique concernant le graffiti, spécialement pour une petite ville. Il y a une vraie scène, avec des générations de writers qui se renouvellent, et des anciens qui continuent. il y a plein de terrains et d'endroits pour peindre en dépit d'un buff très efficace. Il y aussi plein de connexions avec les villes de la région, Brest, Angers, Rennes mais aussi avec la Bretagne, la Vendée. C'est comme ça que je suis rentré dans différents crews : OOC à Nantes, HSB en Vendée, et Cartel29 en Bretagne. »

« Ce qui a de pire dans le graffiti, c'est le manque de style et d'engagement. Trop de graffitis sont peints sans aucune conviction, et de nombreux writers ne relèvent pas le niveau. Le style peut être simpliste ou naïf mais il ne doit pas être complètement négligé. à l'inverse, certains privilégient les effets au lettrage. Je pense qu'il y a un fossé de plus en plus grand entre ceux qui s'appellent vandales et les artistes. Chacun trouve un refuge dans une catégorie, détourne le regard du reste et se bat avec de longs discours répétitifs. Personnellement, je pratique un graffiti très large, et je me fiche de savoir qui est un vrai vandale ou un vrai artiste. Ce qui m'intéresse est un résultat sincère et stylé. »

L'intégralité de l'interview est à lire en anglais ici.