writer's bench

Mercuriales, le nouveau projet de Saeio

Mercuriales-01-511

L'inénarrable Saieo présente un nouveau projet intitulé Mercuriales. En compagnie de Juliette Vilain et Clint176, Saeio a investi l'échangeur de Porte de Bagnolet à Paris, au pied des Tours Mercuriales. Fidèle à ses habitudes, il a rigoureusement peint tous les murs à sa disposition de manière illégale avec ses 2 partenaires, entamant un dialogue pictural avec l'équipe locale de nettoyeurs, s'attirant par la même occasion les foudres des patrouilles de la sécurité locale.

« L'espace, à ciel ouvert, est une architecture de 10 850 m2 sur 3 niveaux. Essentiellement faite de béton, elle tourne sur elle même formant un cercle doublement éclairé par les réflexions plongeantes des deux tours en miroir, la lumière tourne vite et les ombres parfois se dupliquent en de lentes vidéos noir et blanc. Les phares des voitures font graviter les peintures à différentes vitesses et changent leurs couleurs, parfois presque en relief au passage de la lampe verte ou rouge d'un taxi. Il faut faire attention aux sons dans ce trou puisqu'ils sont en écho; au dessus passe l'autoroute derrière le périphérique et en dessous de ce pont le vent fait tourner les arbres. C'est quand le soleil se couche que la lumière des néons fait apparaître de nouvelles formes et certains reliefs artificiels qui n'étaient pas visibles, nous rappellent la dimension sculpturale de ces motifs peints en des dalles, les peintures dans ce lieu sont en volume. Ici, le sens des mots prend une autre forme, celle de la peinture. La lettre qui est en ligne, se change en aplat et transforme son sens. »
-Saeio

Un ouvrage auto-édité de 184 pages en couleurs propose de faire la synthèse de ce projet monumental. Petit plus : les lunettes stéréoscopiques qui accompagnent l'ouvrage permettent de visionner une vidéo (réalisée par Anatole Abitbol) en réalité augmentée du lieu en 360° sur smartphone.

tumblr_os617mbWlb1u4tuc5o1_500

Le livre Mercuriales accompagné de sa paire de lunettes stéréoscopiques est dispo ici.

writer's bench

Un crowdfunding pour rendre hommage à Zoo Project

Crowdfunding Zoo Project-01-511

Connu sous le pseudonyme de Zoo Project, Bilal Berreni, dessinateur et street artiste, est mort dans des circonstances tragiques à Detroit en Juillet 2013 à l'âge de 23 ans. 4 ans plus tard, sa famille, ses proches et ses collaborateurs ont décidé de lui rendre hommage pour mettre en lumière son œuvre.

Courant 2018 sera organisé un vaste hommage qui s'articulera autour de trois axes :

.Édition de 8 ouvrages sur le travail de Zoo Project
.Sortie en salle du film C'est assez bien d'être fou
.Expositions / Installations

« Zoo Project voyait les choses en grand sans se donner de limites, il travaillait en totale indépendance et pour lui la démarche avec laquelle il menait ses projets, de façon intègre et libre, était tout aussi déterminante que le résultat. Aussi, à travers cet hommage nous souhaitons mettre en lumière autant le travail que la personnalité de Zoo Project. Il ne s'agira pas d'une commémoration, mais d'un appel à la créativité, afin que son travail et son expérience donnent envie à d'autres de se lancer dans leur aventure propre, comme lui, sans compromission, sans ménagement. »

« Bilal n'a jamais monnayé son travail. C'est donc tout naturellement que dans le cadre de ce projet nous avons fait le choix de ne pas vendre le coffret mais de le distribuer gratuitement aux lieux de consultation publique : médiathèques, Centres de Documentation et d'Information en collèges et lycées, bibliothèques universitaires de France et également à l'étranger. Cela permettra d'éviter tout phénomène de rareté et d'être accessible à tous, initié ou non, riche ou pauvre. »

Crowdfunding Zoo Project-04-511

Pour soutenir ce projet monumental, vous pouvez participer au financement participatif sur la plateforme Ulule, de nombreuses contreparties y sont proposées.

writer's bench

Passage, de la rue à la galerie

Passage-01-511

Réalisé par Théodore Berg Boy & Aymeric Colletta, Passage, un court métrage de fiction de 8 minutes, s'interroge sur la récupération des œuvres réalisées dans la rue par les galeries d'art ou les institutions.

« Un jeune dessinateur de rue et une galeriste d'âge mûr ne se connaissent pas. Pourtant, ils partagent sans le savoir une grande passion et un profond désarroi : le goût des belles choses, l'amour de l'art, et, en même temps, un isolement, une déshérence… Un vide. Le hasard va les rapprocher, et leur rencontre lumineuse, à mi-chemin entre art urbain et photographie, va leur permettre de créer sans le savoir quelque chose d'inattendu. »

On notera la participation de Renk et l'utilisation astucieuse de la camera obscura, un instrument optique qui permet d'obtenir une projection de la lumière sur une surface plane.

writer's bench

C215 dénonce les menaces d'En Marche!

C215 en Marche-01-511

C215 a eu une drôle de surprise en découvrant qu'une de ses œuvres réalisée dans le 13ème arrondissement a été récupérée par le comité d'En Marche du secteur. Sans aucune autorisation, le parti présidentiel a détourné un de ses pochoirs réalisé en 2011, pour le poster sur leur page Facebook agrémenté du slogan: En Marche !. S'ensuivent des échanges de messages sur les réseaux sociaux entre l'artiste et le responsable local, Philippe Zaouati.

Dans la journée du 4 Juin 2017, C215 fait part de son mécontentement sur sa page Facebook, expliquant que :

« Le responsable local lui a répondu par le mépris et la calomnie. »

Le post de l'artiste a été partagé plus de 300 fois sur le réseau social et a récolté de nombreux commentaires indignés. Dans les commentaires justement, Christian Guémy assure avoir été insulté par Philippe Zaouati, le référent du parti macroniste dans le 13e arrondissement de la capitale.

« Non seulement ils l'ont utilisée sans mon autorisation, mais en plus il y ont ajouté leur slogan, qui peut laisser croire que j'adhère au mouvement. J'ai été pris de haut comme rarement. En gros, il me dit qu'il faut que je me calme, parce que c'est un collectionneur et qu'il possède d'ailleurs quelques-unes de mes œuvres. Il m'a dit : tu verras quand on sera à la mairie dans trois ans, on fera effacer tes fresques. »

L'échange s'est ensuite poursuivi par SMS et tweets interposés :

« Ce n'est pas l'aspect politique qui m'intéresse, mais la dimension légale et morale du préjudice que je subis. »

De son côté, Philippe Zaouati regrette une volonté de faire monter un bad-buzz. Il assure que cela faisait plusieurs mois que cette image qui tourne partout depuis un petit moment sur Internet était utilisée par le comité local d'En Marche.

« Il m'a envoyé un message pour me dire que c'était illégal, ce que j'ignorais, et nous avons tout de suite supprimé cette image de nos réseaux sociaux. C'est un peu triste, le sujet est clos pour nous. Nous avons une grande estime pour le travail de C215 qui est un artiste emblématique du 13ème arrondissement. Nous pensions lui rendre un hommage en utilisant ses œuvres, mais nous comprenons que nous aurions dû lui demander une autorisation. Nous sommes surpris de voir que, même après suppression de ces photos, nous continuons à être soumis à de nombreux messages et critiques venant de C215 ou relayés par C215″.

Photo : Stéphane Masset

Photo : Stéphane Masset

La photo modifiée a depuis été retirée de la page Facebook du comité En Marche ! du 13ème arrondissement.

Source : Huffington Post