graff market

Dare to be Different, le livre

Dare, de son vrai nom Sigi von Koeding, débute sa carrière de graffeur en Suisse au milieu des années 80 quand le graffiti en Europe n'en est qu'à ses balbutiements. Ses wildstyles caractéristiques vont rapidement faire sa renommée aux quatre coins du vieux continent. Dare qualifie son style de Branding, une iconographie lisible et propre conçue pour être déclinée à outrance à la façon des logotypes des grandes marques. Son goût de la lettre est contagieux, il va influencer durablement toute une génération de writers d'avant l'ère Internet.

Le livre Dare to Be Different rend hommage à la carrière de ce graffeur, disparu en Mars 2010, des suites d'un cancer. 250 pages richement illustrées avec, bien entendu, de nombreux graffs et des sketches mais également du design, de la 3D, de l'architecture et des toiles. Un indispensable à mettre entre les mains des fans de l'artiste mais aussi tous ceux qui s'intéressent à l'histoire européenne du graffiti sur murs.

L'ouvrage coûte 39,90€ et est disponible dès aujourd'hui ici sur Allcity.fr. En voici la preview, également téléchargeable ici au format PDF.

writer's bench

Tom Herck – Le Déclin

Tom Herck - Le déclin-511

L'artiste belge Tom Herck alias Atek84 a été invité à réaliser une installation à côté du zoo de Saint-Trond, en Belgique. Intitulée Le déclin, la sculpture est un assemblage de neuf cartes de jeu en béton pesant 63 000 kilos, d'une hauteur de dix mètres, d'une largeur de six mètres. Les représentations traditionnelles sur les cartes sont remplacées par une sélection de figures historiques, de leaders mondiaux et de dictateurs (Joseph Staline, Adolf Hitler, la reine Victoria, Souleymane, Ramsès II, Jules César, Napoléon Bonaparte, Charlemagne et Jésus Christ).

« En regardant le titre et la forme de l'œuvre d'art, on se pose la question si l'œuvre est en construction ou si elle peut s'écrouler à tout moment. Elle rappelle au spectateur la menace latente de l'effondrement et le fait que le déclin est le moteur de la volonté de construire davantage. Le déclin existe, dans ce sens-là, continuellement: il avance simultanément avec le progrès jusqu'au point où les deux convergent. La volonté enfantine de continuer à construire le château de cartes nous montre la mécanique équivalente du progrès, de la construction et du déclin d'idéologie. Cela nous montre que l'homme est toujours capable de réaliser les mêmes choses. Les gens qui ont fait une différence historique, ont toujours construit un château de cartes, une construction fragile qui pouvait réussir et continuer à exister grâce à l'attention impérative qu'ils y prêtaient. »

Tom Herck - Le déclin-01-511