writer's bench

Bruxelles, ce qui se cache derrière les fresques vandales

Bruxelles ce qui se cache derrière les fresques vandales-511

Après la bite et l'anus géants, la scène de pénétration, deux nouvelles fresques chocs sont apparues sur les murs de Bruxelles ces dernières semaines. La 1ère a été découverte au bord du Canal, à quelques pas de la Porte de Flandre.

Bruxelles ce qui se cache derrière les fresques vandales-05-511

Elle représente une scène d'égorgement et s'inspire directement d'une peinture du Caravage intitulée Le sacrifice d'Isaac. Une référence à la peinture classique qui n'est pas du gout de tout le monde :

« Nous avons reçu des plaintes au sujet de cette scène d'égorgement de la part d'habitants du bloc d'appartements qui donne vers ce mur. On parle d'une demi-dizaine de logements. Une famille s'est plainte parce que la chambre de leur très sensible enfant donne sur la fresque. »
-Sven Bosset

Le Sacrifice d'Isaac, Le Caravage, peint vers 1598-1603

Le Sacrifice d'Isaac, Le Caravage, peint vers 1598-1603

« Nous sommes très tolérants mais dans ce cas-ci, même si ce n'était peut-être pas la volonté de l'artiste, la fresque appelle à la violence. Dans le contexte actuel, on se doit d'être prudents. »
-Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles

Bruxelles ce qui se cache derrière les fresques vandales-02-511

Dans le même registre, une autre fresque a été peinte sur la façade d'une des tours de la rue des Brigittines représentant un homme éventré, pendu par les pieds. La référence est à chercher du côté de Jan De Baen, un peintre néerlandais du siècle d'or.

Les corps des frères de Witt, Jan de Baen, peint entre 1672 et 1675

Les corps des frères de Witt, Jan de Baen, peint entre 1672 et 1675

Le mystère s'épaissit autour de l'auteur de ses fresques et de ses motivations. En réinterprétant certaines œuvres des maitres de la peinture exposées librement dans les plus grands musées, cet artiste acrobate pose la question de ce qui est tolérable à voir dans l'espace public, dans un contexte de menaces terroristes marqué par l'instabilité politique européenne…

Sources : Le Soir, La Capitale

writer's bench

Blurred Faces #03

Blurred Faces 01-511

Pour les passionnés de trainwriting de qualité, la série Blurred Faces continue de plus belle avec un 3ème épisode qui se déroule à Paris, Stockholm, Berlin, Vienne, Hambourg, Bruxelles et Nuremberg.

Le trailer :

Dans cette discipline, les VIM, MOA, TCS mettent tout le monde d'accord, comme on peut le voir dans cette vidéo de 20 minutes. Un bel exemple de pugnacité, quelques soient les risques pris, ces writers ne sacrifient jamais la qualité de leurs pièces.

Blurred Faces 03-02-511

writer's bench

Sainer peint une fresque légale à Bruxelles

Sainer ETAM Bruxelles-01-511

L'accueil réservé aux dernières fresques particulièrement vulgaires peintes illégalement à Bruxelles était mitigé, et pour cause… Après le sexe et la provoc, les pouvoirs publics bruxellois ont donc décidé de se rattraper : elles ont autorisé et soutenu la réalisation d'une fresque dans le quartier de la Gare du Nord.

En Octobre 2016, Sainer a donc réalisé une peinture de 400m² intitulée Mother, avec le soutien de la ville et de l'association Une Ville en Couleurs.

« L'artiste polonais a voulu mettre la famille à l'honneur lorsqu'il a vu les logements sociaux qui faisaient face à son mur. Il y a représenté une mère et ses deux enfants baignés dans le clair-obscur. Les trois personnages sont habillés de draps de couleurs pâles. Les tons pastels plongent la fresque dans une atmosphère douce, qui reflètent la tendresse que la mère semble porter à ses enfants. Sainer dispose plusieurs éléments issus de la culture populaire qui donnent à sa peinture une dimension narrative voire symbolique. La mère et la fille ont le visages recouverts par la pénombre, elles portent sur leur tête une couronne de feuilles et de fleurs. La petite fille, cachée derrière sa mère regarde le spectateur. Elle a les mains jointes et une grappe de fruits lévite juste au-dessus. On dirait qu'elle cherche à en prendre soin, à l'image de sa mère qui s'occupe de son bébé en le regardant tendrement. »