writer's bench

Rose Béton: la vidéo de l'expo Epoxy est en ligne

Après un premier reportage photo sur les coulisses du festival toulousain Rose Béton, le photographe et vidéaste Big Addict vient de sortir la vidéo officielle de l'expo Epoxy.

Née d'un partenariat entre la Ville de Toulouse et le 50cinq, cette exposition a réuni, sur les façades ou dans les musées, de nombreuses figures internationales de l'Art Urbain. L'occasion pour les visiteurs de découvrir le travail d'Honet, Aryz, Sylvain Largot, Martha Cooper, Henry Chafant, Futura, Mist, Miss Van, Delta, Reso, Hendrik Beikirch (ECB), Ben Eine, Tilt et Remio.

writer's bench

Les Gouzous débarquent à Toulouse

Les Gouzous débarquent à Toulouse-03-511

Décembre 2016, Jace débarque à Toulouse pour peindre une équipe de ses petits Gouzous sur les murs de l'école Anatole France.

« Quand on travaille sur les murs d'une école, on ne fait pas n'importe quoi. Il y a quelques messages qui sont passés, je me restreint forcément sur le fond.[…] Je suis content, les gamins vont voir la fresque tous les jours, ça jouera certainement le rôle d'une madeleine de Proust dans 20 ans quand ils reverront mon personnage ailleurs[…] Ça créera peut-être des vocations chez certains. »
-Jace

Reso l'assiste ensuite durant l'animation d'un atelier d'initiation au street art avec les jeunes élèves de l'établissement.

Les Gouzous débarquent à Toulouse-01-511

writer's bench

Toncé, wildstyle futuriste

Interview Tonce-01-511

A la fin des années 90, Toncé découvre le graffiti sur les murs de la ville rose. Influencé par la première vague de graffeurs toulousains, Toncé enchaine les fresques tout en se consacrant au travail sur toiles en atelier, dans un souci permanent de se renouveler.

Interview Tonce-02-511

« Je peins Toncé. C'est une association de choses qui ont fait que je peins Toncé. Au départ, je signais Cetone. Comme un oldschool de Toulouse pose Ceet et que j'aimais bien son nom j'avais enlevé un e et ajouté le one classique. En verlan, c'est devenu Toncé, c'était un surnom au début et puis c'est resté. »

« J'ai toujours dessiné, donc c'est une évolution presque logique de faire du graffiti. Il a toujours été présent dans la ville comme dans les skateparks ou les lieux alternatifs ou j'allais. J'ai commencé en concevant le graffiti comme de la peinture sur un mur sans percevoir tout les codes et règles qu'il y avait derrière. Je suis devenu un writer par la suite. »

« Pour les lettrages, j'ai un style relativement classique -wildstyle futurist- mais j'essaie de casser certains codes et de me renouveler constamment. »

L'intégralité de l'interview est à lire ici.

writer's bench

Donald Trump le long du périph à Toulouse

Donald Trump Toulouse-02-511

Le long du périphérique toulousain, Snake s'est octroyé depuis quelques temps un mur de 40 mètres de long sur 4 mètres de haut, un spot parfait pour ses blocks letters gigantesques.

Intéressé par l'actu et l'imminence des élections américaines (Snake a finalisé le mur le 2 Novembre 2016, une semaine avant le résultat des élections américaines), le writer s'est servi de ce mur comme d'une tribune politique, consacré au candidat républicain, désormais 45ème président des États-Unis, Donald Trump.

« Afin de ne pas oublier l'esprit originel contestataire du graffiti, j'ai choisi cette fois de travailler sur l'actualité politique du moment. Monsieur Trump m'est apparu comme une évidence pour composer une satire sur la symbolique, tout en gardant l'esprit des fondations du Graffiti, a travers ce block letter. »
-Snake

« Donald Trump offre tous les ingrédients pour être caricaturé, tant physiquement que politiquement. C'est un chien qui aboie. »
-Snake

« Je considère que Trump est un clown. Et ce chapeau de bouffon est un symbole plus fort que de lui coller un nez rouge. »
-Snake

Suite à la surprise du résultat des élections, Snake a déclaré, en guise d'avertissement aux électeurs français :

« Malheureusement pour moi, j'ai flairé quelque chose. Finalement les américains savent nous montrer que tout est possible dans la vie, même le pire ! Les français sont prévenus pour 2017. »

Source : La Dépêche