writer's bench

Stile VLOK, la loi de la jungle à Rio de Janeiro

Stile VLOK-01-511

Stile est un writer brésilien qui s'est mis au graffiti à la fin des années 90. Originaire de Rio, il côtoie au quotidien la misère et le danger de cette métropole saturée par le mouvement pixação et la pauvreté. En compagnie de son crew, les VLOK, il peint de nombreux murs en ville, des camions ainsi que des trains et des métros de manière assidue.

« Ici, la vie est folle. On a 2 options possibles, devenir criminel ou travailler comme un esclave pour nourrir toute la famille. Tout est tellement cher ici, les transports en commun, c'est de la merde et les politiciens corrompus ne s'intéressent qu'au tourisme alors que les hôpitaux sont surchargés, les enseignants mal payés. C'est une ville dangereuse mais bénie pour sa météo et la nature magnifique que l'homme n'a pas encore détruit. »

« Je suis né dans un quartier ou le pixacao est très présent. Je me souviens que j'allais souvent sur une place près de chez moi ou les writers venaient se rencontrer, prenaient de la drogue, parlaient de leur dernières actions et vendaient des sprays volées tout en s'échangeant des sketches. Je me suis mis à dessiner et quand j'ai commencé à maitriser je ne me suis plus jamais arrêté. Désormais, je connais des writers partout sur la planète, j'en connais certains qui ne font que des tags, d'autres qui font des pièces en couleurs, d'autres encore qui ne peignent que des trains ou qui aiment grimper sur les immeubles. »

« Je me fiche de ce que les gens pensent mais dans certains endroits, je préfère faire des pièces colorées pour qu'elles durent plus longtemps et que les gens les apprécient un peu. »

Source : Spraydaily

writer's bench

Nikita Gobulev, Reverse Graffiti à la russe

Nikita Golubev-01-511

Dans son quartier de Moscou, l'artiste russe Nikita Gobulev alias Pro Boy Nick utilise la crasse déposée sur les véhicules pour dessiner du bout de ses doigts ce qui lui passe par la tête.

Le résultat spectaculaire n'est pas sans rappeler la technique du Reverse Graffiti.

A la vue de l'état de saleté des véhicules, seule la prochaine pluie effacera ses petits chefs d'œuvre éphémères.