writer's bench

Runners 05: Gomer en Scandinavie

Runner 05 - Gomer-01-511

Déterminé, le writer russe Gomer (à ne pas confondre avec son homonyme français) fait la tournée des plans trains et métros à Stockholm et Copenhague en compagnie des OMUT et des ATAS.

Métro de Copenhague

Métro de Copenhague

Ils enchainent les actions sur différents modèles.

Métro de Copenhague

Métro de Copenhague

Et ont la chance de tomber sur un ancienne rame du métro de Stockholm dans un atelier.

Ancienne rame du métro de Stockholm

Ancienne rame du métro de Stockholm

La dernière action, inachevée donne un petit aperçu de la réactivité de la sécu locale.

Runner 05 - Gomer-02-511

Métro de Copenhague

Métro de Copenhague

writer's bench

Les Gouzous débarquent à Toulouse

Les Gouzous débarquent à Toulouse-03-511

Décembre 2016, Jace débarque à Toulouse pour peindre une équipe de ses petits Gouzous sur les murs de l'école Anatole France.

« Quand on travaille sur les murs d'une école, on ne fait pas n'importe quoi. Il y a quelques messages qui sont passés, je me restreint forcément sur le fond.[…] Je suis content, les gamins vont voir la fresque tous les jours, ça jouera certainement le rôle d'une madeleine de Proust dans 20 ans quand ils reverront mon personnage ailleurs[…] Ça créera peut-être des vocations chez certains. »
-Jace

Reso l'assiste ensuite durant l'animation d'un atelier d'initiation au street art avec les jeunes élèves de l'établissement.

Les Gouzous débarquent à Toulouse-01-511

writer's bench

Sabek, du lettrage classique au street art

Sabek-06-511

Le writer madrilène Sabek, adepte de lettrages classiques depuis plusieurs années, s'est converti en artiste street art. En quête de contenu et de sens, il décline depuis son bestiaire sombre en Malaisie, en Angleterre, en Roumanie, en Thaïlande et en Allemagne à l'occasion de festivals qui lui permettent de peindre à grande échelle.

« J'ai commencé à gribouiller mon nom sur les murs pour rigoler à 16 ans, avant que cela ne m'envahisse complètement. Je façonne mes œuvres comme elles me façonnent, c'est devenu très important dans ma vie. »

« Au début, je cherchais un moyen de m'exprimer dans la rue. Je ne m'intéressais pas vraiment au message. Avec le temps, je me suis préoccupé du contenu et de la forme du message à faire passer. Mon quotidien et mes expériences nourrissent ma pratique et la font évoluer. »

« Le simple fait de peindre dans la rue ouvre un débat. Cela permet de s'accaparer un espace uniquement accessible aux grandes marques payant pour des campagnes publicitaires. Ils nous bombardent avec des messages et des infos alors qu'on essaie de démocratiser les rues par la libre expression et qu'on ouvre le champ des possibles. »

« Le street art a le pouvoir d'ouvrir des espaces à la libre expression. Cela génère questionnement et débat. C'est très important de le distinguer du neomuralisme, ce sont 2 choses totalement différentes. L'art représente notre environnement d'un point de vue subjectif. »

En Décembre 2016, Sabek a été invité à peindre un mur à Madrid.

Sabek-04-511

Pour tracer l'esquisse préliminaire de son oiseau de mauvaise augure, il utilise un pinceau fixé au bout d'une perche.

Sabek-05-511

Sources : MTN-World, Fresh Paint Gallery