writer's bench

DRIPS: l'auto-interview

Interview-Drips-01-511

Depuis cet été, Drips se fait remarquer en publiant des photos de graffiti sur Instagram. Entre-temps, nous les avons rencontrés, pour parler de ce qu'ils mijotaient dans leur coin : divers projets de publications, mais surtout un site internet dont la sortie était imminente. Aujourd'hui, Drips.fr est en ligne, avec un contenu éditorial sélectif et prometteur. En espérant que le projet perdure, All City a décidé de soutenir l'initiative, en tant qu'annonceur et partenaire média. C'était donc la moindre des choses de relayer leur « auto-interview », une présentation claire et efficace du projet.

Qui est Drips ?

Jusqu'à présent, c'est une sélection de graffiti triée sur le volet, présentée sur l'instagram Drips. Un peu dans l'esprit des fanzines graffiti de l'époque, mais distillée à dose directe et journalière, et forcément moins confidentielle, 21ème siècle oblige. En ce moment sur la page, l'heure est aux trains et métros majoritairement français.

Qui est aux commandes ?

Quelques passionnés de Graffiti. On reçoit des photos et on écume le net, Instagram mais aussi les placards à archives pour en extraire des pépites : du classique, de la peinture fraîche, parfois de l'exclu.

drips-auto-interview-seen-511

Êtes vous des (ex) writers ?

Oui.

Et on peut savoir vos…

Non.

Aujourd'hui, le projet s'étend au site internet.

Sur Drips.fr le but est d'aller au delà d'Instagram et dépasser la simple collection de photos. Au programme donc, élargir l'horizon, creuser plus loin dans la scène graffiti, proposer plus.

Comment est financé le projet ?

Grâce à la participation de sponsors, accommodée d'une bonne dose d'huile de coude.

Qui sont-ils ?

MTN, Allcity.fr et Grog ont répondu à l'appel, trois acteurs majeurs du graffiti dont nous passerons en contrepartie les publicités sur le site. Si d'autres aiment le concept et souhaitent apporter leur soutien, ils sont les bienvenus. Ça permettra aussi par la suite de concrétiser différents micro-projets : édition, réalisation vidéo… les idées ne manquent pas et tout est ouvert.

Niveau contenu, on reste dans la vie du rail comme sur Instagram ?

Pas forcément, on aime les trains et les métros, mais ce qui se passe sur les murs et dans la rue est tout aussi intéressant. Donc on ira partout, déterrer des sujets classiques comme récolter les nouvelles fraîches qui à notre humble avis valent le coup.

Et le street art dans tout ça ?

Tout n'est pas à jeter. Il y a de la peinture étiquetée « street art » qui vaut carrément le détour. Si c'est le cas on ne se privera pas d'y jeter un œil, mêmes si nos axes d'intérêts penchent inexorablement vers le graffiti.

Les #12shot c'est quoi ?

Sur Instagram on a les photos sans l'histoire qui va avec. Dans cette rubrique on rectifie le tir en demandant à une brochette de peintres, photographes, trainspotters et autres « initiés » les sous-titres d'une sélection de 12 de leurs propres photos. Pekno et Konas94 ouvrent le bal, puis viendront Sheik, Salamech, Dezio, Poes 1UP, et bien d'autres.

Pourquoi 12 ?

12 mois, 12 heures, 12 commandements, 12 apôtres, 12 singes, 12 coups… coïncidence ? je ne crois pas.

Tout en français ?

Le site est entièrement rédigé en français. Mais pour les lecteurs non-francophones, il suffit de cliquer sur English pour le visualiser à 100% en Anglais. La traduction fonctionne grâce à Google Translate, il ne faut donc pas s'attendre à du Shakespeare, mais le niveau permet à tout le monde de lire les articles à l'international.

writer's bench

Mr Poulet: je ne recommencerai plus

Amateur de friches et de lieux abandonnés, Monsieur Poulet s'est récemment attiré les foudres de la communauté bien-pensante des explorateurs urbains sur les réseaux sociaux. Un de ses poulets en a d'ailleurs fait les frais. Il présente donc ses excuses dans cette nouvelle vidéo intitulée Je ne recommencerai plus.

« Lorsque j'ai peint ce mur, je ne pensais pas qu'il y aurait autant de répercussions. sur Internet, les messages ont commencé à affluer. Tous ces messages m'accablaient. La communauté des photographes m'en voulait énormément. Il y en a même un qui a proposé de repeindre le mur et il a tenu parole, je me suis alors dit que j'étais allé trop loin, j'ai pris conscience du mal que j'ai fait, j'ai donc décidé d'aller faire des excuses et de leur dire que je ne recommencerai plus… »
-Mr Poulet