shows

Beat Street: l'exposition de Sino à L'Imagerie

Sino-Beat-Street-01-511

Actif depuis les années 80, Sino ASA DUC est considéré comme l'un des graffeurs les plus influents de la ligne de train Paris-St-Lazare. En 1997, il fonde le magazine Keep It Real consacré aux acteurs hip-hop francophones. Un an plus tard, Sino ouvre un sprayshop à Montréal, au Canada, qui devient un lieu de rencontre et d'échanges entre artistes. De retour à Paris, il consacre son temps à peindre dans son atelier ou dans l'espace public.

Du 18 Novembre 2017 au 13 Janvier 2018, la galerie L'imagerie accueille Beat Street, une exposition solo de Sino.

Le vernissage aura lieu le samedi 18 Novembre 2017 à 19h.

Plus d'infos sur Facebook.

writer's bench

En Norvège, M.u.M rend hommage à Dame Nature

Pour sa 2ème intervention en Norvège, l'artiste chilien M.u.M a rendu hommage à Dame Nature en peignant la plus grande fresque réalisé à Bergen.

« Sachez que notre planète est détruite par de grandes entreprises dont les dirigeants n'ont ni raison morale ni d'amour. Les abeilles meurent à cause des pesticides nocifs utilisés dans nos aliments. Si les abeilles disparaissent, notre planète ne pourra plus supporter de nombreuses formes de vie, y compris l'espèce humaine. Il est temps d'y réfléchir. »
-M.u.M

writer's bench

Opera peint le M.U.R. d'Orléans

Le 27 et 28 Octobre 2017, la 9ème fresque du M.U.R. d'Orléans a été réalisée par Stéphane Vignal alias Opera.

« L'œuvre d'Opera, directement influencée par le graphisme contemporain et l'architecture, dévoile une approche géométrique au travers de compositions graphiques abstraites, incisives et colorées. Influencé par le Cubisme, le Constructivisme et l'école du Bauhaus, Opera s'inspire des techniques de ses pères comme Juan Gris, Fernand Léger, Robert et Sonia Delaunay ou encore Francis Picabia. »

Photos : Ludovic Bourreau

writer's bench

R.I.P. Richard Hambleton

Alors que Jean-Michel Basquiat est une nouvelle fois célébré en grandes pompes dans une grande exposition rétrospective à Londres et que Banksy lui rend hommage dans les rues de la capitale anglaise, la disparition récente d'un des pères du street art est pratiquement passée inaperçue.

Richard Hambleton alias Shadowman s'est éteint suite à une longue maladie à la fin du mois d'Octobre 2017.

Actif dès la fin des années 70 à New York, Richard Hambleton peint des silhouettes noires inquiétantes dans les rues de Manhattan avant de participer à la Biennale d'art contemporain de Venise en 1984. Mais la folie commerciale des années 80 ne l'épargne pas, l'artiste canadien refuse de se plier aux règles du marché de l'art et sombre peu à peu dans l'oubli.

Son addiction à l'héroïne le conduit à vivre dans des conditions de plus en plus précaires, pourtant il continue de peindre inlassablement. En 2017, un documentaire d'Oren Jacoby revient sur la carrière et l'influence indéniable de ce précurseur du street art.