Interview Taps & Moses: SPLASH

Interview Taps Moses X The Grifters-511

Suite à l'exposition intitulée SPLASH, Rules of Vandalism qui s'est déroulée en Juin 2015 à la galerie le Pari(s) Urbain, The Grifters s'est entretenu avec le duo allemand Taps & Moses sur ses motivations et sur la signification des ces énormes tâches multicolores qui ornent régulièrement les trains allemands. En voici quelques extraits traduits.

« SPLASH est un projet sur lequel nous travaillons depuis 2010. Les règles du vandalisme, titre paradoxal de notre dernière exposition en galerie, décrit l'origine de l'utilisation des splashes en tant que critique des règles du graffiti. Par conséquent, les splashes sont la fin logique du graffiti. Que reste-t-il du graffiti si on en retire toutes les règles, si on ne fait plus de lettres, si on ne fait plus de contours, si on n'essaie pas de représenter quoique ce soit ? Que se passe-t-il si on ne peut plus, si on ne veut plus contrôler ce qu'on fait ? »

« C'est un processus enclenché depuis près de 20 ans, qui a fait son chemin petit à petit. Tout a commencé quand on a pris un peu de recul et qu'on a constaté que ça faisait 40 ans qu'on ne faisait rien de plus qu'à l'origine du mouvement, on s'est contenté de suivre les règles. Tu peins un nom et tu essaies de lui donner une certaine apparence, forcément belle. C'est la pire des choses ! De tout ceci découlent les aspects déviants de la pratique dont l'aspect harmonieux d'une pièce qu'il faut obligatoirement contrôler. Mais il y a bien sûr une infinité de raisons de faire des splashes. »

« Quand on observe la plupart des personnes peindre une pièce ou une toile, ils ont l'air à la fois concentrés et complétement saoulés. Ils travaillent dur sur chaque détail, tout doit être parfait, mais ce qui leur manque c'est une interprétation personnelle d'une pièce parfaite. La plupart des gens observent ce qui a déjà été fait pour être sûr d'avoir du succès. Si on veut vraiment obtenir quelque chose de bien ou de complètement libre, on doit trouver ce que les autres n'ont pas encore fait et les raisons pour lesquelles ça n'a pas encore été fait. »

« La question est la suivante : pour être un vrai, faut-il jouer le martyr et s'enfoncer dans un tunnel pour peindre un métro que personne ne verra jamais excepté le gars du buff ou présenter des toiles dans une galerie pour toucher un public concerné ? Parfois on choisit d'atteindre des gens qui ont envie d'écouter plutôt que de hurler à l'oreille des sourds. »

« Le graffiti n'a pas besoin d'être illégal, mais ne pas avoir de permission pour peindre ne nous effraie pas. On a développé nos propres règles et elles fonctionnent parfaitement, on n'a vraiment pas besoin qu'on nous en impose. »

L'intégralité de l'interview est à lire ici.

Le livre de Taps & Moses, International Topsprayer™, regroupe plus de 800 photos des réalisations du duo. Il est disponible ici sur Allcity.fr.

32 commentaires

  1. Qu’il est agréable de lire les propos de personnes qui s’interrogent sur le sens de leur action, d’un « mouvement »..
    Je partage leur avis sur l’illégalité du mouvement graffiti, voie sacrée pour certains, pur fantasme de rébellion pour d’autres sans recherche de création. Donc, très fade.
    Et puis, comment ne pas ressentir cet appel de la liberté comme un soulagement que peu s’autorisent à s’offrir. La liberté est un vide absolu. Elle doit effrayer, ne donner aucune réponse mais être le champ de l’instinct, de l’absence de langage. Tout le contraire de la norme qui crée un monstre. Monstre jamais remis en question.

    Je m’en faire du vélo et discuter avec quelques arbres.
    Cordialement.

    Merci pour la traduction.

    • GaPe le

      Le graffiti peut te mener à l’abstrait mais ce ne sera plus alors du graffiti… c’est juste une nouvelle branche sur ton arbre… Et trop occupé à la regarder pousser, tu ne t’es pas rendu compte que la souche était en train de périr…

      • freddy krueger le

        « Et trop occupé à la regarder pousser, tu ne t’es pas rendu compte que la souche était en train de périr… »
        joli !

    • freddy krueger le

      « Qu’il est agréable de lire les propos de personnes qui s’interrogent sur le sens de leur action, d’un « mouvement ».. »
      c’est marrant moi j’ai l’impression d’entendre le meme truc depuis 40 ans, c’est du lokiss réchauffé leur discours…
      et pourquoi ? justifier leur « baissage de froc », ni plus ni moins, comme a l’époque…

      bonne ballade en vélo et le bonjour aux arbres !

      • lol le

        pour les clasik du comentaires :

        peint le tier du quar de ce qu on peint ses deux la, apres on acseptera tes critikss,,,,,,,

        • freddy krueger le

          original comme argument on me l’avait jamais sorti celui la encore…

        • Police in Helicopter le

          ayé, fait. et après, j’ai le droit de dire que leur discours c’est de la branlette ?

      • lol le

        Ca dépend, tu l’a fait sur feuille ou sur casquette?

  2. Chintz 4 ever le

    bla bla bla bla… On sent qu’ils cherchent dans tous les sens une façon de justifier un passage en galerie moyennement assumé auprès de leur « fanbase » originale… belle hypocrisie.

    Le graffiti sur train est beau car à but non-lucratif. et ces mecs la cherchent à contourner cela sous couvert d’une pseudo intellectualisation au ras des paquerettes.., ce n’en est que plus navrant. un peu comme les expos d’utah ether… vla les bonnie & clyde en carton.

    « pour etre un vrai, faut il faire ceci ou cela »… les gars oublient (ou peut etre tout simplement ne comprennent pas, car pas compatible avec leur mentalité) que la plupart des gens qui peignent ne se demandent pas « comment je vais faire pour etre un vrai », juste ils vont peindre parce qu’ils aiment ça…

    PS pour « lol » : l’argument « fais en autant qu’eux » ne tient pas. des mecs de l’ombre qui ont des centaines de trains de qualité a leur actif, il y en a une chiée, et ils essayent pas de te faire la leçon en mode blasé comme ces deux là. ça doit etre leur ptit coté teuton…

  3. Parick deux verrres. le

    Ce qui m’a le plus plu dans leur discousrs est ceci:

    Pour moi cela veut dire, et cela s’applique dans plein de secteur de la société (travail, amour, loisir).
    L’homme doté de conscience arrive t il encore à s échapper de ses propres normes. Pas seulement celles de la loi car celles ci sont écrites et lisibles donc aisément identifiables mais celles de l’esprit , de l imaginaire, des sens.

    Même nos sens ( a priori part animal de l’homme) sont éduqués. J’aime leur travail pour cette raison car il pose, de mon point de vue, cette question.

    Je vais regarder par la fenêtre si la lune a été repeinte. Mercredi soir lorsque j’ai mis le nez dehors elle était tout rouge.
    Cordialement.

    • freddy krueger le

      « L’homme doté de conscience arrive t il encore à s échapper de ses propres normes. Pas seulement celles de la loi car celles ci sont écrites et lisibles donc aisément identifiables mais celles de l’esprit , de l imaginaire, des sens.  »
      je suis pas sûr qu’ils poussent l’analyse jusque la mais c’est intéressant, et pour moi la réponse est non (a part sous drogues dures) et je ne suis pas persuadé que ce soit vraiment bénéfique d’ailleurs…
      en tout cas graffitiquement parlant c’est raté, et leurs discours date de 40 ans comme je disais plus haut…

  4. voyageur le

    les mecs ont qaund meme apporter un vent de fraicheur par rapport a la scene sur train dite classique. CA ne me derange pas de les voir en galerie parce que leur truc ressort du lot, et ca me plait tout simplement. Voila, c´est tout ce que j´avais a dire.

    • freddy krueger le

      « les mecs ont qaund meme apporter un vent de fraicheur par rapport a la scene sur train dite classique.  »
      avant leurs « splashs » et leurs trucs bizarre c’est clair ils ont envoyé du lourd pendant des années, c’est ce qui me déçoit le plus de leurs parts j’aurais tellement préféré qu’il prennent leurs retraites plutôt que de sombrer dans le monde des vendus…

  5. pioupiou le

    Enfin des critiques negatives mais pourtant construites sur ces deux-la. Je les ai toujours trouve puants humainement et artistiquement et j’avais l’impression d’etre le seul.

    Par contre que le graffiti sur train soit mis en gallerie, je dois avouer que ca me plait plutot bien. Par contre pour moi ni Taps et Mozes, ni Utah & Ether ou encore Boris des Grifters n’en ont la légitimité. Ces gens la ne sont que des suiveurs, des gratteurs de contacts, de plans. Des gens qui se font emmener et sponsoriser partout dans le monde pour aller peindre. Pour moi c’est un aspect hautement disqualifiant pour la credibilite d’un graffeur. Si le graffiti n’etait fait que de « suiveurs » comme eux alors le graffiti mourrait. Il n’y aurait plus de graffiti sans les vrais acharnes qui connaissent leurs lignes de metros, leurs depots de trains sur le bout des doigts, ceux qui rodent, trouvent des nouveaux plans, repoussent les limites.

    Nos Top sprayers internationaux sont des sangsues du graffiti. Ils grattent tout ce qu’ils peuvent sans rien donner en retour. Et effectivement leur production artistique est clairement du rechauffé. Probablement du Lokiss comme dit freddy krueger. Mais tres certainement du Chintz, le king en Allemagne, qui vient de Dortmund (tiens tiens) et qui a faisait deja du graffiti sur train plus conceptuel dans les annees 2000. Voir les videos Art inconsequence https://www.youtube.com/watch?v=GgNdqYcjR0Y

    Pour moi ils ne sont que des geeks du graffiti dans la trentaine, trop betes pour apprecier autre chose que peindre des trains. Trop branleurs pour assumer une vie de famille ou un travail. Mais voila ils ont senti le filon Chintz (Revo) pour le concept artistique + Boris (pour le concept commercial/promotionnel). Mais bon fort heureusement meme les mauvaises choses, (comme les bonnes) ont une fin et le public va vite s’en lasser de cette mode.

    • freddy krueger le

      « Par contre que le graffiti sur train soit mis en gallerie, je dois avouer que ca me plait plutot bien. »
      pas moi, d’ailleurs le graffiti sur train ne sera jamais en galerie, des photos, des toiles d’opportunistes et des mecs qui essaient de payer ce qu’ils doivent a la r’tap (les pire pour moi !) ça tu vas en trouver, mais le graffiti sur train restera sur train et il n’a rien a voir avec toute cette merde.

      « Par contre pour moi ni Taps et Mozes, ni Utah & Ether ou encore Boris des Grifters n’en ont la légitimité. »
      qui a la légitimité dans le graffiti alors ? donne moi un seul nom ?

       » Et effectivement leur production artistique est clairement du rechauffé. Probablement du Lokiss comme dit freddy krueger. »
      je ne parlais pas de leur « travail » en les comparant a lokiss je parlais du discours genre « le graffiti on a fait le tour et c’est de la merde, maintenant on fait n’importe quoi mais ont fait de l’argent donc on vaut mieux que vous et on vous emmerde ! »
      et je caricature a peine…

      « Trop branleurs pour assumer une vie de famille ou un travail. »
      la je suis obligé de les défendre, déjà tu ne sais pas si ils ont une vie de famille ou pas mais surtout depuis quand avoir une femme, des gosses, des crédits et un boulot de merde est synonyme de réussite tu peux m’expliquer ?

      • pioupiou le

        J’aime bien voir une belle photo d’un panel dans un beau cadre accroche au mur. A vrai dire quand je pense « galerie », je pense plutot « photographie ». L’expo des grifters c’est un peu ce qui me plait, meme si les photos pourraient etre mieux et que le cote arriviste de la demarche me deplait.

        Voila quelques noms qui pour moi ont une légitimité sur train et qui ont tous montre un certain talent : Vania, Smole, Azyle, Vices, Mank, les NAV, Riot, Fame, Nome, Veaze, Rap

        Pour ce qui est de la vie de famille, ai-je parlé de « réussite » ? J’ai l’impression que pour toi (et beaucoup de monde) la finalite du graffiti, c’est de se faire un nom et de briller. Dans ta facon d’enumerer « une femme, des gosses, des crédits et un boulot de merde », on sent que ca te fera jamais vibrer, on dirait qu’a force de faire du graff, tu t’es blasé de tout et tu n’arrive plus a voir la beaute de la vie, apprecier des choses simples. Au final le graffit est a l’image de notre societe de consommation : j’en veux plus, toujours plus, tout pour moi, rien pour les autres, c’est moi le meilleur regardez-moi. Quand t’as passé 30 ans, franchement c’est risible…

        • freddy krueger le

          « Voila quelques noms qui pour moi ont une légitimité sur train et qui ont tous montre un certain talent : Vania, Smole, Azyle, Vices, Mank, les NAV, Riot, Fame, Nome, Veaze, Rap »
          oui mais la on parlait pas de talent mais de légitimité a exposer et pour moi aucun des noms que tu as cités ne l’a, personne dans le graffiti n’a sa place en galeries d’ailleurs parce que c’est tout simplement incompatible, malgré les beaux discours de certain…

          « Pour ce qui est de la vie de famille, ai-je parlé de « réussite » ?  »
          non mais vu les termes que tu as employé je l’ai pris comme ça, « branleur qui n’assume pas » ça fait quand même mec fier de sa vie qui méprise ceux qui ne vivent pas comme lui…

          « J’ai l’impression que pour toi (et beaucoup de monde) la finalite du graffiti, c’est de se faire un nom et de briller. »
          au contraire je l’ai répété assez souvent ici et je suis assez grand pour comprendre que « briller » n’est qu’une illusion, surtout dans le graffiti qui n’intéresse que nous…

          « . Dans ta facon d’enumerer « une femme, des gosses, des crédits et un boulot de merde », on sent que ca te fera jamais vibrer, »
          ça c’est sur comme toute les conneries qu’on nous rabache depuis l’enfance d’ailleurs, vers 11/12 ans j’ai eu une sorte de déclic j’ai senti la carotte venir donc j’ai décidé de faire tout le contraire de ce qu’on ‘doit » faire dans « la » vie et de faire MA vie.

          « on dirait qu’a force de faire du graff, tu t’es blasé de tout et tu n’arrive plus a voir la beaute de la vie, apprecier des choses simples.  »
          soit tu me sous-estimes soit tu sur-estimes le pouvoir du graffiti pour penser que ça puisse altérer ma vie a ce point la, tu te doutes bien que si j’en suis la c’est pour des raisons bien plus grave que le fait de dessiner sur les murs, c’est un exutoire pour moi comme un mec qui fait du footing c’est tout..
          et la beauté de la vie c’est subjectif, moi je vois plus de beauté dans un souterrain pourri du 18ème qui put la pisse qu’un coucher de soleil sur une plage par exemple…

           » Au final le graffit est a l’image de notre societe de consommation : j’en veux plus, toujours plus, tout pour moi, rien pour les autres, c’est moi le meilleur regardez-moi. Quand t’as passé 30 ans, franchement c’est risible… »
          ton graffiti peut-être (si tu en fais) pas le mien, je te l’ai dis tu m’as mal cerné je cherche pas a être connu ni a être le meilleur ni quoi que ce soit et si c’était le cas je me serais lancé dans autre chose que le graffiti ou je suis complètement anonyme !
          j’ai passé la trentaine depuis quelque années déjà et malgré ce que tu crois je suis très lucide sur mon parcours et mes choix de vie, et j’ai pas choisi la facilité.

        • freddy krueger le

          « j’ai passé la trentaine depuis quelque années déjà  »
          passé 30 ans, pas la trentaine !

        • « tu n’arrive plus a voir la beauté de la vie, apprécier des choses simples. » comme un plat de pâtes aux olives parsemé de basilic, saupoudré de parmesan accompagné d’un indien ?

  6. pioupiou le

    J’ai pas la pretention de t’avoir cerné. « Cerner » c’est vraiment quand tu as fait le tour d’une personne,. Quelques mots echanges ne suffisent pas.

    Sur le sujet, peut-etre qu’il faudrait redefinir ce que « etre en galerie ». Pour moi talent = legitimite a exposer. C’est peut etre simpliste, j’avoue ne pas avoir plus creusé la question. Si tu peu ettayer ta position la dessus, ca m’interesserait.

    Apres globalement sur le sujet graffiti vs. vie normale, ma position c’est qu’apres 15 ans de graff, il est temps de passer a autre chose. Il y a tellement de choses a decouvrir dans la vie qu’il serait dommage de s’enfermer dans une discipline en marge de la societe. Pourquoi se couper du monde ? Pourquoi le mec qui se leve tous les matins a 6h pour aller travailler serait il moins interessant qu’un mec qui visite tous les depots d’europe pour peindre des trains ? On a tous a apprendre de l’autre. Et les graffeurs sont tellement deconnectes de la vie reelle qu’a long terme leur message sonne creux. C’est comme un militant politique qui veut fait changer les choses mais qui une fois elu en oublie les considerations du peuple, car trop pris par l’ivresse du pouvoir.

    • freddy krueger le

       » Si tu peu ettayer ta position la dessus, ca m’interesserait. »
      c’est simple pour moi le graffiti est anonyme et gratuit donc incompatible avec le monde de l’art, sans compter que tous les graffeurs qui participent a la récupération du graffiti participent aussi a sa chute, on suit le même chemin que le rap (oui j’écoute du rap aussi, après 30 piges c’est la honte je sais…) il reste une minorité de bons et une majorité de merdes commerciales qui font ça uniquement pour l’oseil, même en indé…
      quand au « talent » 90% des « artistes » d’art contemporain n’en ont aucuns et sont la uniquement grâce a leurs connaissances ou leurs suceries en tout genre…
      c’est du business c’est tout, le talent n’a rien a voir la dedans.

      « Apres globalement sur le sujet graffiti vs. vie normale »
      le sujet c’était plus qu’est ce qu’une vie « normale » ?
      parce que je connais beaucoup de graffeurs qui arrivent a gérer une vie de famille et un boulot et qui sortent 3 soirs par semaine…

       » ma position c’est qu’apres 15 ans de graff, il est temps de passer a autre chose. »
      ouais t’es pas le seul, comme si le graffiti était un délire d’ados attardé et qu’on devrait avoir honte d’en faire après 30 ans je connais le discours…

       » Il y a tellement de choses a decouvrir dans la vie qu’il serait dommage de s’enfermer dans une discipline en marge de la societe.  »
      mais il y a tellement de plus belles choses a découvrir en marge de la société que je trouve dommage de s’enfermer dedans.

       » Pourquoi se couper du monde ? Pourquoi le mec qui se leve tous les matins a 6h pour aller travailler serait il moins interessant qu’un mec qui visite tous les depots d’europe pour peindre des trains ? »
      a ton avis qui se coupe du monde ? le mec qui se lève tous les matins pour aller taffer ou le mec qui visite l’europe ?
      mais pour être clair la dessus je ne pense pas que ma vie vaut mieux que celle du mec qui va bosser pour élever ses gosses, mes parents ont vécu comme ça toute leurs vies je ne peux pas cracher dessus, j’ai juste du mal a comprendre comment les gens font pour supporter ce système que tu as l’air d’aimer tant…

      « Et les graffeurs sont tellement deconnectes de la vie reelle qu’a long terme leur message sonne creux. »
      « les » graffeurs… c’est comme si tu disais « les arabes » ou « les homos ».
      ensuite on en revient au sujet principal, c’est quoi la vie « réelle », la tienne ?
      et pour finir penser encore après 30 ans qu’on peut (ou qu’on veut) faire passer des messages a travers le graffiti c’est risible…

      « C’est comme un militant politique qui veut fait changer les choses mais qui une fois elu en oublie les considerations du peuple, car trop pris par l’ivresse du pouvoir. »
      ça ne me concerne pas je ne fais pas du graffiti pour changer ou améliorer les choses je suis pas dans le social, et une fois de plus je pense que tu sur-estimes le « pouvoir » du graffiti…

      • donjon le

        J’applaudis des quatre mains, je suis d’accord avec a peu près tout ce qui est dit au dessus!!
        Presque, parce qu’écouter du rap après 30 ans… C’est tendu!

        • Bali Balo le

          Oh, un bon classic comme la tribu de Dana bien calé entre la Chenille et la danse des canards, ça se laisse tenter.

    • donjon le

      Je cours de suite acheter du coca cola zero.

      • Bali Balo le

        J’ai essayé mais je n’arrive ni à voler, ni à décoller ma graisse de plus de 15 centimètres du sol. Vivement qu’ils reviennent à la recette originale avec de véritable extrait de cocaïne dedans. ^^

  7. pioupiou le

    Moi ca m’irrite que le graff soit déconnecté de la vie réelle, des gens normaux. A la base les graffeurs sont de gens normaux alors pourquoi alimenter cette scission ? Les gens si ils voient un panel sur un train en allant au boulot ils vont trouver ca moche, mais si tu prends une belle photo que tu agrandis, encadres et accroche dans une galerie, ils vont trouver ca beau. Et a partir de la le dialogue peut s’ouvrir. Pour moi la galerie c’est aller vers les gens, a priori… (mais bon dans la réalité on a surtout galerie = pognon). Et si j’insiste sur le fait d’aller vers les gens c’est que je pense que le graffiti est vecteur de valeurs et véhicule des idées, des questionnements bénéfiques pour la société.

    Bon je vais passer sur mes bouts de phrases que tu sembles vouloir interpreter comme ca t’arrange…

    « mais il y a tellement de plus belles choses a découvrir en marge de la société que je trouve dommage de s’enfermer dedans. » Si tu trouves vraiment qu’un souterrain qui pue la pisse est plus beau qu’un coucher de soleil sur un plage, c’est grave. Je ne nie pas que les lieux abandonnes, les entrailles de la ville dégage une certaine esthétique. Mais mettre ça au dessus de la beauté naturelle du monde, c’est vraiment que notre société va mal, au point d’en inverser toutes les valeurs.

    Dire que « la montagne est belle » comme Jean Ferrat, en effet c’est devenu niais, ringard. Surtout qu’il ne faut pas (plus) être ringard dans ce monde, il ne faut plus se réclamer de ces vieilles traditions héritées de siècle en siècle, auxquelles nos ancêtres ont été trop cons pour y croire. Désormais il faut rompre avec tout ca, faut choquer, comme en érigeant sex toy géant sur une place publique. Il faut véhiculer de la violence plutôt que de l’amour, c’est d’ailleurs pas pour rien que le rap est devenu ce qu’il est. Mais qui de Jean Ferrat, Paul Mc Cathy ou Joey Starr est le vrai artiste ?

    Je ne crois pas que le graffiti puisse véhiculer un message fort. Ca c’est ce que les politiques et les médias ont voulu nous faire croire. Tu m’as l’air d’être le genre de graffeur qui apprecie aller pourrir un train pour choquer les gens sur le quai. Perso je préfère redecorer ce train a ma façon pour faire sourire les voyageurs. Voila mon message, rien de plus. Je suis ringard, je sais.

      • freddy krueger le

        et dure sera la chute !

    • freddy krueger le

      « Moi ca m’irrite que le graff soit déconnecté de la vie réelle, des gens normaux. »
      tu m’as toujours pas expliqué ce qu’était la vie « réelle »…
      et t’enchaines avec les « gens normaux » en plus ! tu le fais exprès ou t’es sérieux ??

      « Les gens si ils voient un panel sur un train en allant au boulot ils vont trouver ca moche »
      même pas, la grande majorité n’en a rien a foutre et ne les remarque même plus…

      « mais si tu prends une belle photo que tu agrandis, encadres et accroche dans une galerie, ils vont trouver ca beau. »
      non pareil ils s’en foutent, a part les quelques amateurs de street-art qui s’y intéressent juste parce que c’est a la mode ou qu’ils ont de l’oseil a blanchir…
      mais rappel moi depuis quand le graffiti est il fait pour plaire aux gens ?

      « Et si j’insiste sur le fait d’aller vers les gens c’est que je pense que le graffiti est vecteur de valeurs et véhicule des idées, des questionnements bénéfiques pour la société.  »
      exemples ?

      « Bon je vais passer sur mes bouts de phrases que tu sembles vouloir interpreter comme ca t’arrange…
      je n’interprète pas je constate, tes bouts de phrases comme tu dis n’ont rien d’anodins et sont révélateurs de ta pensée, tout comme les miens d’ailleurs…
      après si je formule mes réponses comme ça c’est pour répondre points par points avec quoi je ne suis pas d’accord, et aussi parce que ça va plus vite.

      « Si tu trouves vraiment qu’un souterrain qui pue la pisse est plus beau qu’un coucher de soleil sur un plage, c’est grave. »
      bien sur c’était une image pour te dire qu’on peut voir du beau même dans le sale mais l’exemple du coucher de soleil sur la plage n’était pas pris au hasard ça représente beaucoup de choses, la pub, la société de consommation, les gens qui s’entassent sur des plages dégueulasses pendant les 2 pauvres semaines que le système lui a gracieusement offert après une année a trimer, les cartes postales qu’on envois a la famille et aux amis pour montrer fièrement qu’on a encore les moyens d’aller faire du pédalo a palavas malgré la crise, etc, etc…
      donc oui si c’est ça la vie je préfère les bas-fond qui puent la pisse, c’est plus propre a tous les niveaux.

       » Mais mettre ça au dessus de la beauté naturelle du monde, c’est vraiment que notre société va mal, au point d’en inverser toutes les valeurs.  »
      mais la beauté naturelle du monde a été détruite par notre société, elle ne va pas mal elle est le mal.

      « Surtout qu’il ne faut pas (plus) être ringard dans ce monde, il ne faut plus se réclamer de ces vieilles traditions héritées de siècle en siècle, auxquelles nos ancêtres ont été trop cons pour y croire. Désormais il faut rompre avec tout ca, faut choquer, comme en érigeant sex toy géant sur une place publique. »
      moi le discours du « c’était mieux avant » je suis plutôt d’accord mais le problème c’est qu’il s’accompagne souvent de propos intolérants et rétrogrades un peu a la soral, c’est ce que je ressens dans ton discours d’ailleurs, peut-être a tord…

       » Il faut véhiculer de la violence plutôt que de l’amour, c’est d’ailleurs pas pour rien que le rap est devenu ce qu’il est. »
      mais c’est la société que je critique et que tu défends depuis le début qui crée la violence, ton exemple sur le rap est flagrant si tu écoutes ce qui passe sur skyrock tu n’entendras parler que d’armes d’argent et de meufs, bref c’est le rap de la société qu’on fait écouter aux gosses entre deux épisodes de tv réalité…
      maintenant si t’écoutes du rap indépendant ou les mecs ne comptent pas faire d’oseil la tu vas avoir des vrais textes avec des messages (optimistes ou pessimistes), des critiques, des constats, et d’ailleurs certains ont un niveau d’écritures nettement supérieur au rap des années 90…

      « Mais qui de Jean Ferrat, Paul Mc Cathy ou Joey Starr est le vrai artiste ?  »
      honnêtement pour moi aucun des trois.

      « Tu m’as l’air d’être le genre de graffeur qui apprecie aller pourrir un train pour choquer les gens sur le quai. Perso je préfère redecorer ce train a ma façon pour faire sourire les voyageurs. »
      c’est deux visions différentes du graffiti et ça existe depuis toujours, moi j’ai le cul entre deux chaises j’aime autant graver des vitres que faire une couleur propre, mais dans les deux cas c’est certainement pas pour plaire aux voyageurs.

  8. pioupiou le

    Plus on discute et plus nos discours se rejoignent je trouve. On est d’accord sur le constat de la société de consommation, perte de valeurs, capitalisme etc. Mais quand tu dis que tu graffes certainement pas pour plaire aux gens, je trouve ca contradictoire. L’égoïsme est un symptôme du liberalisme. Beaucoup de « moi je », pas assez de « nous ». Certes personne n’est parfait, moi le premier, j’ai mes défauts aussi et je suis égoïste aussi malgré mes efforts. Mais revendiquer fierement « chacun pour soi », je suis contre, car ca n’apporte que du conflit, de la négativité.

    Apres t’avoir mis en haleine pendant longtemps, voila ma definition de la vie réelle (en vérité j’avais oublie de te repondre la dessus) : la vie reelle c’est la vie en société, qu’elle soit bonne ou mauvaise, qu’on soit un mouton ou qu’on essaie de changer les choses. C’est les qui vont jouer au foot le samedi, qui kiffent passer leur samedi aprem chez Ikea, qui font des balades en foret le dimanche. Ces gens qui font en sorte que tout aille pour le mieux malgré le malaise qu’ils ressentent. On n’a pas tous le courage ni l’envie de se marginaliser pour découvrir des choses nouvelles.

    Le graffiti est synonyme de créativité, curiosité, camaraderie, voyages, découverte etc. Moi ca m’a apporte beaucoup comme aux gens autour de moi. Mais pour autant, tous ces gens qui ne franchiront jamais le pas de l’illégalité doivent-ils être prives de tout ca ? Je ne pense pas. Prends n’importe qui de ton entourage et raconte lui tes aventures, tes voyages, montre lui tes photos et je suis prêt a parier qu’ils auront de l’admiration pour toi. Voila le vrai message du graffiti pour moi.

    Les medias, les politiques et les galeries ne font rien pour montrer le graffiti tel qu’il l’est vraiment. Tantôt vu comme de la délinquance, tantôt comme de la bêtise, de la degradation ou comme un une discipline élitiste. Quand en tant que graffeur, c’est l’image qu’on te revoit de toi, tu te radicalises en qq sorte et c’est normal que les gens n’accrochent plus avec tes idées. Alors qu’au fond tout le monde aime voir de la couleur, tout le monde a deja écrit son nom au typex sur un banc, tout le monde aime les histoires du gendarme et du voleur.

    • freddy krueger le

      « Mais quand tu dis que tu graffes certainement pas pour plaire aux gens, je trouve ca contradictoire. »
      quand j’ai commencé les gens nous insultait et nous crachaient dessus parce qu’on taguait « leurs » rues et « leurs » trains je vois pas pourquoi je chercherais a leurs plaire maintenant, c’est ça qui serait contradictoire…

      « L’égoïsme est un symptôme du liberalisme. Beaucoup de « moi je », pas assez de « nous » »
      je ne pense pas que le fait de ne pas vouloir plaire aux gens est égoïste, surtout que la plupart ne veux pas de ce que j’ai a leur « proposer » ou s’en foutent donc tout va bien… par contre je représente plus mes groupes que mon blaze en général donc il y a bien une notion de « nous », mais une notion sélective…
      après il faudrait définir de qui tu parles en disant « nous », perso j’ai du mal a croire qu’il existe.

      « Mais revendiquer fierement « chacun pour soi », je suis contre, car ca n’apporte que du conflit, de la négativité. »
      j’ai jamais dis ça moi je me suis mis a l’écart volontairement mais chacun fait ce qu’il veut…

      « la vie reelle c’est la vie en société, qu’elle soit bonne ou mauvaise, qu’on soit un mouton ou qu’on essaie de changer les choses. C’est les qui vont jouer au foot le samedi, qui kiffent passer leur samedi aprem chez Ikea, qui font des balades en foret le dimanche. Ces gens qui font en sorte que tout aille pour le mieux malgré le malaise qu’ils ressentent. »
      en gros tu vas cracker ton fric le samedi pour t’acheter des merdes qui te servent a rien et le dimanche tu profites de tes derniers instants de « liberté » en essayant d’oublier que le lendemain tu vas repartir pour une semaine de merde dans un taf de chien…
      donc la vie réelle pour toi c’est la société de consommation capitaliste que tu critiques ??

       » On n’a pas tous le courage ni l’envie de se marginaliser pour découvrir des choses nouvelles. »
      c’est pas tant pour découvrir de nouvelles choses que pour esquiver celles que tu as cité plus haut !

       » Mais pour autant, tous ces gens qui ne franchiront jamais le pas de l’illégalité doivent-ils être prives de tout ca ? »
      ils en seront privé de toutes façons vu que tu ne peux pas savoir ce que c’est si tu n’as pas franchis le pas…

      « Prends n’importe qui de ton entourage et raconte lui tes aventures, tes voyages, montre lui tes photos et je suis prêt a parier qu’ils auront de l’admiration pour toi.  »
      non du tout, déjà je ne voyage pas et ça fait longtemps que j’ai arrêté de montrer mes photos a mes potes qui ne sont pas dans le graffiti j’ai vite compris qu’ils s’en foutaient, au mieux ils me disent « tiens j’ai vu ton blaze las-bas » et basta…
      mon entourage en général se demande plutôt pourquoi je prends autant de risque a mon age juste pour peindre mon nom partout ils ne comprennent pas, ce qui est normal d’ailleurs.

      « Voila le vrai message du graffiti pour moi. »
      alors on a pas du tout la même vision du graffiti.

       » Quand en tant que graffeur, c’est l’image qu’on te revoit de toi, tu te radicalises en qq sorte et c’est normal que les gens n’accrochent plus avec tes idées.  »
      mais j’ai pas eu besoin de ça pour me « radicaliser », si j’en suis la c’est pas a cause du graffiti au contraire c’est le seul truc qui m’empêche de péter les plombs…
      et une fois de plus je me fous complètement des gens et de ce qu’ils pensent, le seul message que j’ai a leurs faire passer a travers le graffiti c’est « allez tous vous faire enculer ».

      « Plus on discute et plus nos discours se rejoignent je trouve. On est d’accord sur le constat de la société de consommation, perte de valeurs, capitalisme etc »
      sur le constat certes mais tu as l’air de t’en accommoder (sauf pour les « pertes de valeurs ») alors que moi pas du tout et je ne m’y accommoderais jamais, après sur le graffiti la on diverge complètement on a pas du tout la même vision du truc ni sur le message ni sur l’impact que ça peut avoir sur les gens.
      mais tant mieux si tout le monde pensait comme moi le monde serait bien pire… ou pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>