writer's bench

Kidnowism rend hommage aux cartoons des années 30

Nowe La Gache-01-511

Le 26 Février 2017, Kidnowism a été invité à peindre le mur de La Gâche à Lyon. Avec ce mur au lettrage simple accompagné d'un perso, le graffeur et tatoueur, amateur des studios Fleischer, a rendu hommage aux cartoons des années 30. Le mur est visible jusqu'à la fin du mois de Mars 2017.

« J'ai apprécié de peindre sur La Gâche. On ne m'avait jamais invité nulle part, ça fait plaisir. En plus, j'ai pu faire ce que je voulais et il y a beaucoup de visibilité, c'est très agréable. Pour moi, le graff, ce n'est pas que de l'esthétique, c'est aussi un état d'esprit. quand je peins, il faut que j'expulse ce que j'ai dans le ventre. Les personnages sont ceux de mon book de tatouages. »
-Nowe

Quelques murs récents :

writer's bench

Théo Haggaï, les humains ensemble

Theo Haggai-02-511

Influencé par Keith Haring, Théo Haggaï développe son vocabulaire graphique empreint d'humanisme depuis quelques années en atelier et sur les murs de Lyon.

« Ça fait 4 ans que je commence à dessiner des mains. Je trouve que c'est un symbole très fort qui parle à tout le monde, même si la langue est différente, même si la culture est différente. Et puis c'est beaucoup plus positif que des visages ou des silhouettes. Les mains, c'est un concept universel. »

Theo Haggai-01-511

« J'ai 3 types de mains : parmi elles, il y a celles qui se tiennent, les plus fréquentes. Elles représentent l'unité, l'union, la paix. Ensuite il y a les mains qui sont fermées : les poings, celles-ci illustrent la violence comme l'attaque ou la critique. Même si c'est du street art je réfléchis beaucoup à la signification des œuvres, même les petites. »

Dans cette vidéo, Théo Haggaï réalise un all-over de mains au marqueur, après avoir tracé son esquisse à la mine de plomb.

« Cette pièce est une résonance allégorique à la souffrance et à l'espoir qui animent mes congénères, les humains. »

Source : Kesskicpass

writer's bench

Découverte d'un diplomondus à Lyon

Charley Case Lyon-01-511

L'artiste belge Charley Case a peint récemment le mur de La Gâche à Lyon, avec la collaboration d'Elliot Tupac, Krea, Spectr, et des habitants du quartier.

Invité à participer à l'exposition Wall Drawings curatée par Julien Seth Malland au MAC de Lyon, l'artiste belge s'est amusé à conserver certains éléments de la peinture précédente de Krea. Le calligraphe Elliot Tupac, de passage, a tracé un Diplomondus.

Charley Case Lyon-02-511

Un tag de Spectr a été transformé par Charley Case en petit diplodocus, répondant au squelette monumental tracé en blanc.

Charley Case Lyon-03-511

« Elliot Tupac, qui passait par hasard, a laissé une griffe: Diplomondus. C'est un animal aux allures mythologiques, tout droit sorti de l'imaginaire de Charley, un lien entre tous les continents. Un totem à cornes, constitué d'une multitude de petites affirmations spirituelles qui migrent, soit se reposent, dans, et sur les veines de l'ensemble. Le motif est apparu comme s'il n'avait demandé qu'à être découvert, ce sont les ossements fragiles de la mémoire d'un moment passé. »
-Grégory Pirus