writer's bench

Ceres, graffiti sur trains et prison en Angleterre

Ceres-01-511

Originaire de Cardiff, Ceres a déglingué le métro de Londres et les trains de banlieue au début des années 2000, avant de se faire serrer, suite à une enquête, et de passer quelques temps derrière les barreaux. Toujours accro à la peinture, il évoque sa carrière de writer et son serrage.

Ceres-02-511

« J'ai toujours essayé d'avoir mon propre style, il faut demander aux autres writers ce qu'ils en pensent. La police a réussi à faire le rapprochement entre Ceres et d'autres alias que j'utilisais régulièrement. Vu sous cet angle, je préfère faire des trucs différents plutôt qu'une pièce parfaite inspirée par les lettres et les techniques d'autres personnes. »

« Le Royaume-Uni est assez merdique pour tout ce qui concerne le graffiti. On risque de grosses peines de prison, le buff est très actif ce qui fait qu'on ne voit pas grand chose de qualité. A mon avis, les meilleurs writers viennent d'ici ainsi que les plus beaux modèles de trains. J'ai vraiment été chanceux de me faire serrer au bout de 10 années d'activité. J'ai rencontré des gamins qui ont passé plus de temps en prison que n'importe quel writer actif. Quand j'ai commencé à peindre à Londres, on vivait la renaissance du graffiti sur trains et métros, il y avait aussi beaucoup de bombing et d'embrouilles dans les dépôts, c'était le bon temps. »

« Le graffiti m'a donné tant de bons moments et de sacrés souvenirs, j'ai pu rencontrer plein de potes et faire de nombreux voyages. Même les pires moments étaient assez drôles avec du recul. Je n'ai aucun regret bien que les perquisitions, le temps passé en prison et l'ambiance dramatique aient eu un impact négatif sur ma famille et mes proches. Je continue de peindre, ce serait vraiment étrange d'arrêter maintenant. »

« Je dois être honnête, j'ai longtemps méprisé la présence du graffiti sur le net. Mes soupçons se sont confirmés quand la police a utilisé des photos mises en ligne accompagnées de commentaires postés par d'autres personnes pour me condamner. J'ai passé un weekend à Copenhague pour peindre, quelqu'un a posté les photos de mes pièces sur un blog danois relayées ensuite par un site anglais, tout cela avant même mon retour. Les flics ont juste eu besoin de faire quelques vérifications sur les vols en provenance de Copenhague pour défoncer ma porte à 6h du matin… »

Source : Graffdonuts

writer's bench

Ekto, wildstyle à l'anglaise

Ekto-02-511

Originaire de l'Essex, dans l'est de Londres, Ekto perpétue la tradition du wildstyle à l'anglaise depuis 2005, dans les lieux désaffectés de sa région.

« J'ai commencé à peindre en 1995 avec des potes. Je n'étais qu'un writer lambda, peignant des pièces le long des voies ainsi que quelques trains. J'ai arrêté en 1999 pour une fille. Je m'y suis remis en 2005 avec l'alias Ekto. »

« Je n'aime plus trop les murs légaux. Ne vous méprenez pas, je les peins quand même, mais je trouve qu'il y a mieux à faire que de se contenter d'une photo d'un mur avec le ciel et le sol comme seul décor. Je suis connu comme un writer qui ne fait que du légal, ça me convient, mais tu as plus de chances de me trouver dans un bâtiment désaffecté, ou dans un spot surveillé par un garde. C'est une obsession, la particularité du lieu ajoute quelque chose à la pièce finale. »

« Pour être honnête, je considère que le style utilisé par Blade dans les années 70 devrait rester dans les années 70. […] Dans l'antistyle, il n'y aucune volonté de progression, ni aucun désir de repousser les limites. Je préfère largement une pièce propre avec un thème cool et des couleurs assorties. »

Ekto-01-511

Source : ILG

writer's bench

Galerie de portraits & dragon de Dreph

Dreph-03-511

Le writer anglais Dreph, actif depuis la fin des années 90, s'est reconverti dans la réalisation de portraits d'anonymes entre l'Afrique et l'Europe.

De passage au Ghana à la fin de l'année 2016, Dreph s'est intéressé aux habitants de Accra.

Drefos, Accra, Ghana

Drefos, Accra, Ghana

De retour en Angleterre, Dreph a participé à une compétition nationale d'art, organisée par HBO, pour célébrer la sortie du téléchargement numérique de la série Game of Thrones. Dans cette vidéo de la réalisation de l'œuvre, l'artiste anglais mêle différentes techniques, alliant parfaitement l'utilisation de la bombe et des pinceaux.

writer's bench

Arxs, un writer invisible chez Big Brother

Arxs-01-511

S'inscrivant dans les pas de Drax et de Oker, le writer anglais Arxs peint de manière compulsive au royaume de Big Brother.

Arxs-02-511

En compagnie de Use et Fatso, il défonce les rues de Londres, de nuit comme de jour, usant de stratagèmes pour parvenir à ses fins.

Arxs-04-511

Revêtu d'un bleu de travail, d'un casque et d'une veste haute visibilité, il peint tranquillement en journée sans qu'on lui pose aucune question, à croire qu'il est complètement invisible…

Arxs-03-511

writer's bench

Sketchy Peeps 003: Vents137

Sketchy Peeps Vents 137-01-511

Le writer anglais Vents137 s'est prêté au jeu de Sketchy Peeps, une série de courtes vidéos consacrées à l'art de l'esquisse dans le graffiti. Dans ce 3ème épisode, Vents137 réalise un sketch regroupant les différents éléments de son univers cartoonesque avec les feutres graphiques Stylefile Marker.

Vents137 a ensuite utilisé ce sketch pour peindre un mur.

La gamme complète Stylefile Marker est disponible ici sur Allcity.fr.