writer's bench

Onykz, wildstyle cartoonesque

Onykz-01-511

Originaire de Lyon, Onykz peint de nombreux murs élaborés en compagnie de Tchad et Gris1 depuis plusieurs années.

« Mon lettrage me permet de faire plein de combinaisons différentes, j'ai choisi aussi mon alias pour le légendaire groupe de rap. »

« Je n'ai aucun message spécifique à transmettre, je peins pour le plaisir. »

« J'essaie de d'appliquer ce que les ainés m'ont appris : du wildstyle avec des persos issus de l'univers des cartoons. »

Source : Elrincondelasboquillas

writer's bench

Denis Meyers investit un bâtiment de 50 000m2

Denis Meyers Remember Souvenir-01-511

En 2016, l'artiste belge Denis Meyers s'est trouvé un terrain de jeu de 50 000 m2 dans l'ancien siège de la firme Solvay, à Bruxelles.

En accord avec les propriétaires des lieux, l'artiste investit les lieux pendant plusieurs mois. Plus de 1500 bombes de peinture ont été nécessaires à la réalisation de cette œuvre unique, intitulée Remember Souvenir, mêlant souvenirs personnels et portraits.

« On retrouve sur les murs les prénoms de ses enfants, de ses amis, un extrait du poète René Char pointé comme un mantra, des portraits de la scène musicale qu'il a suivie depuis vingt ans. Ceux du cercle précieux de la famille, ceux des inconnus qu'il croise chaque jour aussi, des sentiments de l'instant, des réflexions plus intenses, des mots posés comme des chocs… Mais quand il touche à l'intime, Denis Meyers serre les mots, complexifie l'écriture, sans lecture possible, pour se préserver. Une œuvre intime qui n'en est que plus touchante en se livrant de manière brute et forte tout en se protégeant. »

Le bâtiment ouvert au public a accueilli de nombreux visiteurs avant la destruction du site. L'équipe de Vogelpic a immortalisé cette exposition hors-norme :

Photos : Eric Ceccarini

writer's bench

Audio Graffiti, Thierry Jaspart prouve qu'il existe

Thierry Jaspart-01-511

S'inscrivant dans la tradition surréaliste belge, l'artiste liégeois Thierry Jaspart multiplie les interventions décalées à domicile, mais aussi partout en Europe. Il s'est récemment distingué en menant une campagne d'affichage redoutable. Dans de nombreuses grandes villes européennes, Thierry Jaspart (peut-être inspiré par le tube des années 80 de France Gall) a collé une quantité impressionnante de stickers J'existe.

« Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va,
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n'est pas le tien, viens,
Bats-toi, signe et persiste
Résiste »
France Gall

Passionné de graphisme, l'artiste, en collaboration avec Conrad Weise, propose une websérie à consulter sur un site brutaliste dédié. Dans cet épisode intitulé Audio Graffiti, Thierry Jaspart dissimule une petite enceinte répétant inlassablement J'existe près d'un spot ou il a collé une série de stickers, une manière originale d'imposer son blase dans l'espace public.

L'épisode précédent intitulé Real Name Graffiti, dans lequel Thierry Jaspart tague à l'extincteur son prénom et colle des extraits de son passeport un peu partout, est à consulter ici.