writer's bench

Kids: Mexico City Bombers

Mexico City Bombers-01-511

Au Mexique, l'ambiance n'est pas à la fête. Depuis le début de la guerre contre les cartels lancée par le gouvernement en 2006, les violences ont fait plus de 200 000 morts ou disparus. Pourtant, dans la capitale, les writers locaux ou de passage éclatent la ville de manière assidue.

Dans cette vidéo intitulée Kids: Mexico City Bombers on suit Neko, Mugre, Pemex, Dsek, Near, Pester, Roots, Lube, Emek pour du bombing intense dans les rues de Mexico.

Mexico City Bombers-03-511

Source : SpraySaysSomething

writer's bench

Les graffitis politiques de Bise

graffiti politique bise-01-511

Bise est un writer très actif dans les rues de la capitale mexicaine. Passionné par le bombing, il mutiplie les throw ups bien placés à Mexico.

Renouant avec la tradition protestataire des graffitis politiques de l'Amérique Centrale, Bise laisse régulièrement de côté son alias pour peindre de nombreux mots en lien avec l'actualité ou avec ses états d'âme au Mexique mais aussi au Panamá, au Venezuela et au Salvador.

Source : SpraySaysSomething

writer's bench

Bombing à Mexico

Bombing à Mexico-01-511
Depuis de nombreuses années les writers américains franchissent la frontière mexicaine pour se mettre au vert et surtout pour défoncer les rues à coups de fatcap. On peut donc facilement croiser des tags et des throw ups de Resq, Soduh, Pear pour ne citer qu'eux.

Mais la scène locale se porte plutôt pas mal et n'a pas rien à envier à ses voisins.

Zombra, Luz, Gato, Magia, Smog, Adez, Mugre font leur job à plein temps et ne laissent aucun répit aux rues de Mexico, sans compter les tags à l'extincteur savamment placés de Sinko.

Pour en voir plus, rendez-vous sur l'Instagram de Gongrrr qui documente l'actu bombing de la capitale mexicaine.

writer's bench

Alaniz, street art engagé illégal

Alaniz-02-511

Équipé de sa perche et de son rouleau, l'artiste argentin Alaniz multiplie les pièces illégales engagées dans les rues de Berlin, ou il est installé depuis 4 ans.

« Mes interventions artistiques sont surtout présentes sur des murs qui souffrent d'un manque d'entretien, fissurés. En fait, les gens me remercient pour ce que je fais, il y a même des propriétaires d'immeubles qui ont rénové leurs murs sans couvrir mes interventions. Comment cela pourrait-il être illégal ? Si vous voyagez, vous découvrirez que ce qui est illégal ici, ne l'est pas dans d'autres pays. En Espagne, vous ne pouvez pas boire de bière dans les rues ou dans le métro, alors qu'en Allemagne, vous trouverez des gens qui boivent même dans la salle d'attente du médecin. Nous vivons dans un monde très hypocrite, mais cela ne signifie pas que nous devrions tous l'être. Une intervention artistique est-elle illégale? Je ne le crois pas. »
-Alaniz

Alaniz-03-511

Dans ses peintures réalisées à Barcelone, Madrid, Mexico, Paris, Alaniz questionne, en vrac, la condition des SDF, des réfugiés politiques, la liberté d'expression, le tout sans aucune autorisation.

Alaniz-01-511

Source : Widewalls