writer's bench

Nike a-t-il copié Limitless?

Limitless- Nike a t il copie Selina Miles-511

Le 2 Février 2016, la réalisatrice australienne Selina Miles a eu la désagréable surprise de constater que la campagne publicitaire de Nike pour la sortie limitée d'une paire de chaussures de football (999 paires peintes à la main par l'artiste brésilien Bruno Big), s'inspirait largement de Limitless, vidéo réalisée en time-lapse dans laquelle Sofles investit un bâtiment, et de Barcelona Go, réalisé par Rob Whitworth.

« Je suis assez déçue de me réveiller ce matin en lisant les nombreux messages d'amis au sujet d'une publicité Nike qui vient d'être dévoilée. Elle comporte des similitudes avec mon travail et celui de Rob Whitworth. Le pire étant que Nike nous a contacté pour travailler sur ce projet, mais pour des raisons obscures, un autre réalisateur a été choisi. On a regardé la vidéo et on a immédiatement reconnu la technique du flow-motion, les similitudes ne s'arrêtent pas là malheureusement. »
-Selina Miles

« J'ai envoyé un document de 15 pages, mais on m'a répondu que le client avait décidé de prendre une autre direction. La première fois que j'ai regardé la vidéo, j'ai cru que c'était Rob qui l'avait réalisée en raison du style et de la technique employés. J'ai rapidement contacté Rob et nous avons constaté ce qui se passait. Le réalisateur a utilisé aussi des angles de vue et des techniques que j'avais mentionnés préalablement dans le document. »
-Selina Miles

« C'est une chose de s'inspirer du travail des autres dans un contexte personnel, c'en est une autre quand il s'agit d'une des plus grandes marques du monde qui copie sans vergogne 2 artistes pour une campagne de publicité à 6 chiffres. »
-Selina Miles

On peut se demander s'il y aura une suite judiciaire, Nike ayant délibérément utilisé les idées de deux réalisateurs pour les confier à un troisième, peut-être moins cher. Affaire de gros sous ?

writer's bench

Dusseldorf – It's an ultra life

Dusseldorf - It's an ultra life-01-511

La communauté des ultras, supporters de football, est plus souvent pointée du doigt par les médias et la police pour les violences qui se déroulent dans les stades et leurs alentours, que pour leur ferveur à soutenir leur équipe.

Le 25 Aout 2013, les supporters de l'équipe de Fortuna Düsseldorf, évoluant en 2ème division, ont demandé à quelques writers de décorer une drôle de banderole, un décor de la ville accompagné par un train de banlieue, avant le match contre l'équipe de Bochum.

On peut rappeler que le Fortuna Düsseldorf a été sauvé de la faillite par ses supporters et, en premier lieu, par le groupe de punk-rock Die Toten Hosen, qui est même devenu le sponsor maillot de l'équipe de 2001 à 2003, ce qui explique l'attachement et l'investissement de la communauté des fans pour cette équipe.

writer's bench

Cosa Nostra: le whole train des Ultras


Qui a dit que graffiti et football ne faisaient pas bon ménage ? La branche Ultra des tifosi de Munich, en Allemagne, nous a prouvé le contraire cet été.

Ainsi le 31 Juillet 2014, quelques habitants de Gallarate, dans la province de Milan en Italie, n'en croient pas leurs yeux lorsque passe en gare un train entièrement repeint aux couleurs d'un club de football. Ils croient d'abord à une publicité autorisée… Mais il n'en est rien.

Le TSV München 1860 est à l'origine la première équipe de la ville de Munich, avant que son grand rival, le Bayern, ne lui ravisse la place en terme de notoriété. Cosa Nostra 1860 est une branche radicale de supporters ultras, soutenant le TSV München.

Tout porte à croire qu'en déplacement en Italie, ceux-ci se sont payés une bonne grosse mission whole train sur la ligne de la Trenord, rien de moins…

Le résultat est sans appel : Les 3 voitures du train sont entièrement repeintes aux couleurs du groupe et du club, avec les lettres Cosa Nostra 1860 München tracées en gothique, sur fond de drapeau aux couleurs du club – le tout accompagné du blason de leur ville.

Sources : Varese News, La Repubblica Milano

writer's bench

Brésil: le Mondial divise le Street Art

Avec 5 victoires en Coupe du Monde, le Brésil est incontestablement le pays du Football, un sport qui suscite habituellement chez les Brésiliens un engouement fédérateur et une ferveur nationale rare.

Le pays accueille cette année la Coupe du Monde. Les Os Gemeos, passionnés du ballon rond, originaires de São Paulo et précurseurs du street art brésilien, ne se sont donc pas faits prier lorsque les responsables nationaux leur ont demandé de repeindre un avion très spécial : le Boeing 737 qui transportera l'équipe de football nationale pendant ses déplacements, rien de moins.

Bresil le mondial divise le street art - 511

Malgré de nombreuses contraintes techniques, les jumeaux ont réalisé cette œuvre volante en 1 semaine, utilisant près de 1200 bombes de peinture MTN, et réalisant enfin un de leurs rêves :

« Tout le monde a déjà pensé à marcher sur les nuages, c'est enfin possible avec cet avion. »

-Os Gemeos

 

Pourtant cette année, l'unité nationale et le consensus autour du football ont volé en éclats : face aux coûts exorbitants liés à l'organisation de cet évènement historique,  les manifestations anti-Coupe du Monde se multiplient dans tout le pays depuis plusieurs semaines. Le Mondial 2014 a en effet déjà coûté plus de 8 milliards d'euros, une fortune qui aurait pu être dépensée pour l'éducation et la santé. Les street artistes locaux expriment donc aussi leur colère et leur indignation dans les rues de São Paulo et Rio de Janeiro, comme l'explique Konbini :

Mondial Brésil -02-511

Réalisée sur la façade d'une école dans le quartier de Pompeia à São Paulo, l'œuvre du street-artist brésilien Paulo Ito est rapidement devenue le symbole des anti-Coupe du monde en se propageant sur les réseaux sociaux.

On pouvait s'en douter, la mégalopole bétonnée qu'est São Paulo est depuis longtemps un repère de street artistes brésiliens, connus pour leurs œuvres souvent colorées, et surtout revendicatives. Paulo Ito dénonce ainsi à travers l'art, les dépenses exorbitantes pour la Coupe du monde dans un pays où les disparités sont encore importantes.

Paulo Ito

Paulo Ito

En effet, selon un article du Monde.fr :

« En 2007, lors de la sélection de la candidature brésilienne, les prévisions de dépenses pour les enceintes sportives, les transports et les infrastructures s'élevaient à 3 milliards d'euros. Sept ans plus tard et à trois semaines de la Coupe du monde, cette somme devrait atteindre près de 11 milliards d'euros. »

Une somme presque quatre fois plus élevée que les estimations, dénoncée à plusieurs reprises lors de manifestations dans les grandes villes du Brésil. Pour autant, l'artiste ne vise personne en particulier. Il n'a d'ailleurs visiblement pas apprécié que TV Revolta, une page Facebook extrêmement suivie au Brésil, où la publication a fait plus de 25 000 partages, ait utilisé son œuvre pour attaquer Dilma Roussef.

Selon lui, la présidente populiste héritière de Lula a fait de bonnes choses pour les plus pauvres. Interviewé par Slate, il conclut  :

« Je ne voulais pas dire que rien n'est fait contre la pauvreté. Mais nous devons montrer au monde entier que la situation n'est toujours pas résolue. »

Côté graffiti plus « musclé », quelques-uns en ont aussi profité pour exprimer leur rage, comme ici sur un train de banlieue de Rio de Janeiro. Le résultat n'est pas des plus esthétiques… Mais le message est là : FUCK FIFA !

Mondial Brésil 2014-01-511

Photos Os Gemeos :  UOL / Texte Paulo Ito : Konbini

writer's bench

Vienne: les Ultras attaquent

Vienne Les ultras attaquent-511

Parfois la passion du football et du graffiti sur trains se rencontrent. Le 23 Avril 2014, des writers supporters allemands du FC Hansa Rostock se sont introduits dans un dépôt de métros de Vienne pour y peindre une invitation destinée aux supporters du club de Vienne pour le 60ème anniversaire du Stade de la Mer Baltique à Rostock cet été.

La vidéo de l'action :

Le whole car :

Source : Berlin Graffiti