writer's bench

Shoba & Wacko, handstyle made in Philly

Shoba Wacko-02-511

A Philadelphie en dépit d'une lutte acharnée contre le graffiti, les tagueurs n'ont définitivement pas lâché l'affaire.

Shoba Wacko-01-511

En dépit de la criminalisation de cette pratique, Shoba & Wacko perpétuent la tradition du handstyle made in Philly dans cette nouvelle vidéo de la chaine Youtube Graff PHL, ponctuées d'images d'archive.

Mank, Wacko, Shoba, Philadelphie, 2016

Mank, Wacko, Shoba, Philadelphie, 2016

writer's bench

Cornbread, légende vivante du graffiti

Cornbread-01-511

Avant que la déferlante du graffiti ne s'abatte sur le New York délabré des années 70, Darryl McCray alias Cornbread faisait déjà la une des journaux locaux à Philadelphie. Il est souvent qualifié comme étant le 1er writer à répéter son alias aux États-Unis, 6 ans avant que le New York Times consacre un article à l'énigmatique Taki183, en 1971.

Tout commence en 1965. Habitué des maisons de redressement pour mineurs, le jeune Darryl souffre d'une timidité maladive. Amoureux d'une fille de son âge, Cynthia Custuss, il lui déclare son amour en peignant inlassablement Cornbread Loves Cynthia sur les murs de son école et de son quartier.

Cornbread-05-511

En centre de redressement, il fait la rencontre de nombreux membres de gangs qui marquent leurs territoires pour prévenir et dissuader les étrangers de pénétrer dans leur zone. La légende veut que Darryl Mc Cray ait choisi son tag en raison de son gout prononcé pour le pain de maïs (cornbread/pain de maïs). Alors que la plupart des gamins de son âge souhaite devenir musicien ou sportif de haut niveau, Cornbread choisit une voie complètement différente pour se faire connaître.

En créant une alternative à la nécessité d'appartenir à un gang et de le représenter, Cornbread intie un mouvement et fait rapidement des émules (Tity, Dr Cool#1, Cool Earl, Top Cat…) prêts à entrer dans la compétition.

En 1971, un article du Philadelphia Tribune le déclare mort. Pour prouver qu'il était bel et bien en vie et s'assurer une sacrée publicité, Darryl McCray pénètre dans l'enceinte du zoo de Philadelphie. Après 3 nuits de repérage, il s'introduit dans un enclos pour peindre Cornbread Lives (Cornbread est en vie) sur les 2 flancs d'un éléphant.

Motivé par cette action, il profite de la venue des Jackson 5 à Philly, pour peindre une des ailes de leur jet, alors que Michael, Jackie, Tito, Marlon & Jermaine signent des autographes sur la piste d'atterrissage. L'avion se rend ensuite à Los Angeles ou le tag de Cornbread fait grand bruit.

Cornbread-02-511

En 1980, les rues de Philadelphie sont défoncées de tags se chevauchant, s'entremêlant, une situation que le maire ne supporte plus, au point de déclarer la guerre au graffiti en 1984. Entretemps, Cornbread sombre dans l'héroïne, comme de nombreux writers de la 1ère heure et se fait rattraper par son mode de vie qui le conduit régulièrement derrière les barreaux.

Père de 10 enfants, Cornbread réussit à se débarrasser de son addiction pour devenir un activiste social, chargé de la prévention sur les dangers de la drogue. Désormais rangé des voitures, il défend ardemment la pratique légale du graffiti et tague parfois quand il y est invité.

Cornbread-03-511

Mass Appeal s'est entretenu avec le parrain du graffiti, désormais âgé de 63 ans, et toujours prêt à faire un tag.