Dirty Est

Si pour vous le graffiti est synonyme de dégradation, passez votre chemin. Pour l'association Dirty Est, composée de jeune street-artistes, le graffiti est un moyen d'expression et leur outil de communication de base tout en essayant de ne pas prendre la vie au sérieux. Voilà comment ils se présentent sur leur site :

« Comme vous ne l'avez peut être pas encore compris Dirty Est est un collectif regroupant diverses choses. Si vous aimez les expos de bon goût, au charme désuet des années 30 où il fait bon déambuler dans les allées ornées de toiles de maîtres à la valeur inestimable et dont la simple vue vous nourrit l'âme et la comble jusque dans les tréfonds les plus insondables de la perception, venez quand même a nos expositions…
Open couscous, bières et cacahuètes, les habitués des vernissages parisiens ne trouveront probablement pas leurs marques habituels, mais le patron du bar, «René la chtouille» (comme aiment à l'appeler ses clients les plus férus d'art) saura les mettre à l'aise avec quelques bon mot qui n'auraient rien à envier à la finesse d'esprit d'un Malraux ou d'un Gide ! (son recueil de poème «ma vie, mon œuvre, un demi, l'addition» est disponible dans la pléiade). »

Ils sont aussi à l'origine des Dirty freeze, flash mobs pendant lesquels ils tentent de faire passer un message sur l'art engagé.


Retrouvez la Dirty Freeze n°2 ici.

2 commentaires

  1. Chicaud le

    J’étais triste de la mort de Rike; pourtant, j’ai eu la joie de rencontrer quelques uns d’entre vous. Surtout, continuez à créer et à donner un vie lumineuse, énigmatique et mystérieuse à des murs écailleux comme des monstres marins. Je viendrai visiter votre site de temps en temps et je ne vous oublierai pas. Jeannine dite Marie-Bernard

  2. Chicaud le

    Pas de doublon! je viens pour la première fois. Aurais-je un clone?