graff market

Pour peindre dans le froid: les gants d'hiver Mr. Serious

Il y a du nouveau dans la gamme Mr Serious : les gants d'hiver sont désormais disponibles en 3 tailles, M, L et XL… une protection indispensable conçue spécifiquement pour la pratique du graffiti par grand froid.

Ils sont constitués de nylon ultra-résistant avec un revêtement polyuréthane sur les paumes et les doigts pour protéger des coulures de peinture. L'épaisse doublure en polaire grattée permet de maintenir les mains au chaud même quand le thermomètre descend en dessous de zéro. La couche plastique protectrice assure une plus grande résistance sur les points de friction et une bonne adhérence à la bombe. Le tissu extérieur permet une meilleure ventilation de la main et évite ainsi la transpiration.

Les gants sont réutilisables, pour de nombreuses sessions peintures avec les mains toujours propres. Et pour les plus aventureux, finies les empreintes digitales laissées sur les bombes…

La paire de gants coûte 5,50€ et est disponible ici sur Allcity.fr.

writer's bench

Japon: Mr Serious X Zedz

Tokyo Mr Serious X Zedz-511

A l'occasion de son passage au Japon, le writer hollandais Zedz a peint un mur de 120m2 au FUG skatepark de Saitama, dans la banlieue de Tokyo.

Ce mur, réalisé en collaboration avec la marque hollandaise Mr Serious, reprend des éléments du design abstrait et géométrique réalisé par l'artiste pour la collection capsule Mr Serious X Zedz.

Tokyo Mr Serious X Zedz-02-511

« Le design du mur de Zedz est en partie inspiré par Piet Mondrian et l'art moderne du début du 20ème siècle ainsi que par les mangas Akira de Katsuhiro Ōtomo et Ghost In The Shell. On y trouve aussi des références aux villes futuristes qui n'en finissent pas de s'étendre verticalement et horizontalement dans un contexte de technologie cybernétique. »

L'ensemble de la gamme Mr Serious ainsi que la collection Zedz sont ici sur Allcity.fr.

Photos : Tomofumi Nakayam

writer's bench

Le street art Monoprix fait débat

Monoprix Street art - 511

Pour cette rentrée 2014, Monoprix propose désormais dans tous ses magasins une collection capsule en collaboration avec trois graffeurs parisiens : NastyPro176 et Tanc.

A cette occasion, ces artistes se sont attaqués à la mode femme, homme, enfant et aux articles de maison. Baptisée Street-Art pour Monoprix, la collection comprend des t-shirts, culottes, chaussures, pochettes, et même des torchons ou des maniques. Pour les amateurs du genre, c'est une occasion unique de s'offrir à petits prix des objets customisés par des artistes qui font carrière en galerie.

Rien de vraiment nouveau sous le soleil donc, puisque les marques nous ont déjà habitué à de grandes collaborations avec différents artistes issus du graffiti. Honet a réalisé une collection capsule avec Lacoste, Kongo avec Hermès et plus récemment 2Shy, Ilk, Pablo Cots et Tyrsa ont participé au projet Axe Peace en collaboration avec la marque de streetwear Wrung, pour ne citer que quelques exemples.

Pourtant cette fois, beaucoup semblent plus offusqués que d'habitude par cette collaboration. Street Rules n'hésite pas à titrer La dégueulasserie du jour: Le street-art chez Monoprix.

« Cette dégueulasserie allait passer tranquille sans que personne ne réagisse. Je ne trouvais rien pour contrer cette merde. Parce qu'en parler juste pour l'annoncer, c'est du buzz à unique intéressé. Il fallait quelque chose de plus fort, quelqu'un à mettre sur le devant face à cette farce géante. »

Monoprix Street art - 02-511

Konbini en rajoute une couche en s'étonnant d'une utilisation mercantile du street art :

« Ici, c'est toute la machine du groupe Casino, leader sur le marché des commerces de proximité, qui se met en branle pour proposer une ligne déconnectée de son terreau premier (ce n'est pas la première fois), dans des lieux de distribution grand public, pour des produits domestiques destinés à une cible toute autre. Et non pas pour présenter le street art, mais pour en faire une marchandise. Ça, on en est sûr. »

Serait-il plus suspicieux de travailler avec la grande distribution qu'avec des marques de luxe ?

Cette critique d'une supposée récupération n'est pas si récente qu'il n'y parait. On peut évoquer Keith Haring dans les années 80, qui a été un des premiers à proposer des produits dérivés à prix abordables dans ses Pop Shops, une démarche déjà très controversée à l'époque dans le milieu de l'art.

Tempête dans un verre d'eau donc ? Martin Parker lui a choisi de réagir avec humour, proposant une critique acerbe et rigolote de l'évènement passant avec quelques détournements d'affiches très réussis :

On attend aussi, bien sûr, la réaction de l'incontournable Kidult. Notre justicier des temps modernes, armé de son extincteur à peinture, va-t-il s'attaquer avec véhémence à toutes les vitrines des Monoprix de France ?

En tout cas, belle ironie de l'histoire, puisque sans le savoir, les Monoprix avaient grandement sponsorisé le graffiti parisien dans les années 90, grâce aux fameuses bombes Krylon étiquetées Sipratic, laissées quasiment en libre service dans leur magasins…

Photos : Mes vitrines, Street Rules

graff market

MTN Apparel 2014

Les beaux jours sont là et la nouvelle collection MTN Apparel de Montana Colors tombe à point nommé, des vêtements directement inspirés par le monde du graffiti que la marque soutient depuis plus de 20 ans.

Le premier lot est constitué de sweat-shirts à capuche et de t-shirts de qualité et aux finitions soignées. De quoi faire largement plus d'une saison que ce soit à la ville ou au terrain !

En coton respirant épais, ils arborent les logos MTN, Hardcore ou 94 sérigraphiés sur la poitrine. Petit clin d'œil à la marque, les doublures de capuche des sweats sont composées de couleurs extraites du nuancier MTN. Le tout est fabriqué en Europe (Portugal) dans l'esprit de développement durable qui inspire Montana Colors depuis ses débuts.

La collection MTN Apparel 2014 est disponible dès aujourd'hui ici sur Allcity.fr.

writer's bench

Wrung Division Propagande

Wrung Division Propagande - 511

Wrung Division est une marque streetwear basée à Paris. Au milieu des années 90, un groupe d'amis actifs dans l'univers du hip hop et du graffiti produisent une série limitée de t-shirts vendus de la main à la main.

Ils créent par la suite la marque Wrung Division en soutenant et en collaborant avec des acteurs de la scène urbaine française (Dizer, Jayone, Assassin, Haze Wheels…).

« Notre devise : mode, art, musique, lifestyle & culture depuis 1995. »

Entre stickers, pochoirs et tags cette vidéo présente la nouvelle campagne de propagande de Wrung :