writer's bench

Crowdfunding: soutenez le film Star

Soutenez le film Star-511

Fruit de quatre années de travail, le 1er long métrage de fiction de Marc-Aurèle Vecchione, intitulé Star, a la fraicheur, l'énergie et la liberté des films réalisés dans l'urgence, hors système.

L'autoproduction du film fait corps avec le sujet du film et les messages qu'il porte. Cette économie de moyens, assumée, résonne en effet avec l'essence du graffiti, un art spontané qui appelle au système D tout en puisant son énergie créative dans les limites de la légalité. Avec son expérience du documentaire, Marc-Aurèle Vecchione s'est immergé au sein d'une bande d'artistes, des comédiens non professionnels, transformant leur terrain d'expression, la rue, en son principal décor. En peignant sans artifices la réalité des galeries et montrant ainsi qu'un autre regard sur le monde de l'art est possible, il fait écho à une jeunesse révoltée qui rejette les codes du star-system presque autant qu'elle les idolâtre et les exploite. Les conditions du tournage, étalé sur deux ans, ont ainsi permis au réalisateur de mêler le fond et la forme avec un réalisme brut, parfois brutal, au plus proche du geste pulsionnel des artistes graffeurs.

Soutenez le film Star-02-511

Le film Star, aujourd'hui en fin de montage, est le résultat d'une aventure humaine. Il a été produit par une bande de potes avec des fonds privés à 99%. Trois ans de travail pour un tournage qui les a emmenés de Paris à Rome. Aujourd'hui, le film est fini d'un point de vue de la forme mais il est indispensable de passer par la postproduction et la distribution. Pour intégrer le circuit de la distribution française, il faut s'acquitter de différentes charges fiscales afin d'obtenir un visa d'exploitation, la clé pour que film soit à l'affiche des salles de cinéma.

« Faire un film est un combat, et parvenir à le mener avec la liberté la plus totale n'en rend l'issue que plus belle. Cette philosophie a façonné ma vision du cinéma. C'est Sylvester Stallone qui se bat pour incarner Rocky Balboa, et finit par remporter l'Oscar avec un film à petit budget tourné en moins d'un mois. Ce sont les films qui, à l'image des Nuit Fauves (Cyril Collard, 1992) ou de Pusher (Nicolas Winding Refn, 1996), ont su capter avec un réalisme audacieux l'esprit d'une génération, d'une jeunesse en perdition, dont les dérives portent en elles les germes d'une contre culture. Des films comme Kids (Larry Clarke, 1995), qui ont su mettre le doigt sur des thèmes sociaux à l'actualité brûlante que nos sociétés moralisatrices refusent de voir. Des films qui frappent là où il faut. »
-Marc Aurèle Vecchione

Marc-Aurèle Vecchione alias Orel GT, Paris, 1990.

Marc-Aurèle Vecchione alias Orel GT, Paris, 1990.

 

« Star est un héros de ma génération, celle des années 1980. Sans dieu ni loi, prêt à toutes les aventures, il se bat pour exister à travers sa passion, le graffiti. A son image, ce désir mêlé d'adrénaline et de liberté a guidé ma jeunesse. Lorsque la vague du hip-hop a déferlé sur la France, ma bande et moi nous sommes jetés sur toutes ses disciplines, autant d'armes au service de nos pulsions artistiques. Passionné par le dessin, je me suis emparé de la bombe de peinture. Avec ma bande, nous étions dans l'action. Nous nous créions notre fiction en défiant l'ordinaire, en repoussant sans cesse nos limites. Comme Romain, nous cherchions notre place et avions tous des rêves de stars. »
-Marc Aurèle Vecchione

Soutenez le film Star-03-511

Pour faire partie de cette grande aventure, un financement participatif est organisé pour recueillir 40.000 euros. Cette somme servira à payer la fin des salaires des comédiens et de l'équipe technique ainsi que les frais liés à la post-production (montage, étalonnage), la communication du film et la diffusion du projet.

« Ce film s'est fait comme un graff, d'une façon illégale. Nous n'avions pas d'autres choix que de prendre cette voie pour que ce film voit le jour. Certaines scènes du film n'auraient pas pu être réalisées sans ce parti pris. Le film parle d'une génération, d'un mouvement. Nous n'avons pas peur de dire que ce film est une œuvre patrimoniale au même titre que le film Wild Style ou le livre Spray Can Art. »
-Marc Aurèle Vecchione

Dans cette vidéo, le réalisateur, Marc-Aurèle Vecchione, présente la campagne de crowdfunding ainsi que les différentes contreparties reçues en fonction des contributions.

Soutenez le film Star-04-511

Aux goodies classiques comme les bombes, les marqueurs et les t-shirts s'ajoutent des contreparties marrantes et originales : des tatoos réalisés par Kaves et Orel et surtout, une séance de strip-tease à domicile d'un des acteurs, Sari GT, qui joue le rôle de Clash.

Ces 2 teasers donnent un avant-gout du film :

Le 1er teaser :

Le 2ème teaser :

writer's bench

Star, le film: quand la réalité du graffiti vandale rejoint la fiction

Star le 1er teaser-511

Réalisateur de nombreux documentaires dont le mémorable Writers 20 ans de graffiti à Paris, Marc-Aurèle Vecchione sort aujourd'hui son premier long métrage de fiction, sobrement intitulé Star. Son univers : le graffiti vandale.

Un sujet que Marc-Aurèle Vecchione, alias Orel, connaît sur le bout des doigts puisqu'il a lui-même fait ses armes sur le métro au début des années 90, et est toujours actif aujourd'hui au sein du crew GT. Il ne s'agit donc pas ici, comme souvent dans les fictions, de faire du graffiti un élément de décor stéréotypé mais bien d'en faire le sujet principal d'une intrigue inspirée de faits réels.

Pour se faire une idée de ce projet audacieux, le synopsis : Star, un jeune tagueur, est le meilleur graffeur de Paris. Sa notoriété l'attire autant vers les galeries d'art que dans les bureaux de la police. Accusé de vandalisme, il risque la prison. Malgré la menace, il décide de partir avec sa bande à Rome, en quête du sens de son art.

« Star est un héros de ma génération, celle des années 1980. Sans dieux ni lois, prêt à toutes les aventures, il se bat pour exister à travers sa passion, le graffiti. A son image, ce désir mêlé d'adrénaline et de liberté a guidé ma jeunesse. Lorsque la vague du hip-hop a déferlé sur la France, ma bande et moi nous sommes jetés sur toutes ses disciplines, autant d'armes au service de nos pulsions artistiques. Passionné par le dessin, je me suis emparé de la bombe de peinture. Avec ma bande, nous étions dans l'action. Nous nous créions notre fiction en défiant l'ordinaire, en repoussant sans cesse nos limites. Comme Romain, nous cherchions notre place et avions tous des rêves de stars. »
-Marc-Aurèle Vecchione

Dans cette fiction, le réalisateur reste fidèle à ses origines en s'entourant de writers aux multiples talents : Chaze est aux commandes pour la musique, Peuca PCP s'occupe des effets spéciaux, Skki est en charge du design graphique. Quand aux acteurs on retrouve le tonitruant Sari GT, Jayone alias Black Picasso et un invité de marque, l'artiste new-yorkais Kaves. Les spécialistes en reconnaitront d'autres…

Kaves & Romain Parisi alias Star

Kaves & Romain Parisi alias Star

Le réalisateur relève un défi technique de taille : montrer le graffiti vandale de la façon la plus réaliste qui soit… et sans trop en dévoiler, on pourra juste dire que la méthode choisie est radicale ! Toutes les actions vandales sont en effet filmées en conditions réelles, et Marc-Aurèle Vecchione réussit ainsi à intégrer des éléments quasi-documentaires et retranscrire ces ambiances dans son récit narratif.

Star à Rome

Star à Rome

« L'autoproduction du film fait corps avec le sujet du film et les messages qu'il porte. Cette économie de moyens, assumée, résonne en effet avec l'essence du graffiti, un art spontané qui appelle au système D tout en puisant son énergie créative dans les limites de la légalité. Avec son expérience du documentaire, Marc-Aurèle Vecchione s'est immergé au sein d'une bande d'artistes, des comédiens non professionnels, transformant leur terrain d'expression, la rue, en son principal décor. »

Au delà de l'aspect strictement vandale parfaitement rendu, Star révèle aussi de nombreuses contradictions, paradoxes actuels concernant la perception de cette pratique, condamnée et punie sévèrement par la loi, tout en étant encensée et légitimée par le monde de l'Art. On assiste à l'évolution de la posture du personnage principal, élevé au culte de l'égo, qui accepte dans une certaine mesure le système pour pouvoir continuer à créer.

« Les tags de Star révèlent le profond désir d'affirmer son existence aux yeux du monde, mais sa soif de notoriété demeure stérile. Ce n'est pas à travers le regard des autres qu'il trouvera le sens à donner à son expression artistique. Star est un jeune artiste en devenir. Il va comprendre que le processus de création exige une remise en question jusqu'au plus profond de lui-même. Pour continuer à peindre, il doit tirer une croix sur son nom, s'inspirer de ceux qui ont su surmonter ces crises identitaires inhérentes à la quête artistique. »
-Marc-Aurèle Vecchione

Le 1er teaser :

La date de sortie officielle de Star est annoncée pour le 4 Octobre 2016. Pour les invités du Urban Film Festival, une avant-première sera cependant projetée le samedi 28 Mai à la MPAA Saint-Germain, en présence du réalisateur et de l'équipe du film.

Le long-métrage fait également partie de la sélection officielle du Art of Brooklyn Film Festival, qui se déroulera du 7 au 12 Juin 2016 à New York.

shows

Hazo @ Le Spot

Hazo @ Le Spot-511

Du 24 Avril au 27 Juin 2015, Hazo envahit Le Spot pour une exposition solo intitulée Zoo Zapoï.

« Créatures à multiples orbites, crânes ludiques, couleurs acidulées, bienvenue dans le monde d'Hazo. Ayant découvert le graffiti au début des années 2000, ses lettrages sont peu à peu remplacés par des personnages tout en conservant les techniques propres au writing : les remplissages colorés et traits de contours. L'univers d'Hazo est peuplé de monstres aux couleurs pop rappelant le monde de l'enfance. Les thématiques autour de la mort sont ainsi désacralisées au moyen de l'absurde, du second degré et de l'utilisation de couleurs vives. Le zapoï est une coutume russe consistant à boire de l'alcool jusqu'à la perte totale de conscience.  L'exposition Zoo Zapoï exploite cette idée de la perte de repères et de la création d'un espace imaginaire en marge de la réalité. Les peurs et angoisses deviennent des compagnons fictifs : jouets et animaux fantasques envahiront la salle du Spot pour vous emmener dans un univers délirant. Pour cet événement, Hazo a collaboré avec ses acolytes nocturnes : Oviol, Kloze, Polzo et Krevet. »

Le vernissage aura lieu le vendredi 24 Avril 2015 à partir de 18h.

Le teaser :

Le Spot
8 rue Enclos Rey
30000 Nîmes
Plan d'accès ici

shows

Gerz @ Galerie Wrung

Gerz @ Wrung Store-511

DJ pour le rap français, Gerz collabore avec Triptik, Orelsan, Grems, Rouge a Lèvres ou encore Gérard Baste sous le nom de DJ Géro.

Il y a 5 ans, il renoue avec ses premiers amours et se remet au dessin et graffiti avec son crew TER , il décide de changer de nom pour regrouper musique et art graphique sous la même enseigne Gerz afin d'illustrer en couleur ses productions musicales et ainsi créer une dynamique autour de son art.

Du 19 Mars au 11 Avril 2015, le concept store Wrung invite Gerz pour une exposition sonore, chaque toile présentée est associée à un track, qui a permis sa création, et que l'artiste a remixé ensuite.

Le teaser :

Galerie & Concept Store Wrung
27 rue de la Ferronerie
75001 Paris
Plan d'accès ici