writer's bench

R.I.P. Scan

C'est avec stupeur et et tristesse qu'on a appris sur les réseaux sociaux la disparition de Scan, une légende du graffiti canadien. Originaire de Montréal, Scan était un writer hyper actif, présent dans les rues et sur les toits, se déplaçant régulièrement à l'étranger pour participer à des festivals et peindre des trains et des métros.

Ses proches saluent sa gentillesse et sa générosité sur son compte Instagram et lui rendent hommage en peinture aux 4 coins du globe.

Scaner par les BIGS

Scaner par les BIGS

Scan par Grabs

Scan par Grabs

Scan par Rask

Scan par Rask

Scan par Twik

Scan par Twik

writer's bench

Cofre King for life ép.1: Marseille

Pour rendre hommage à Cofre disparu dans des conditions tragiques à Athènes, ses potes se sont retrouvés dans les rues de Marseille. Une équipe soudée s'est ensuite attaquée au métro de la cité phocéenne en station, remettant au gout du jour la technique de la palanca.

« Franchement frère, s'il t'arrive quoique ce soit de grave un jour, je pète des grosses palancas wholecar bats les couilles. T'es fou, je nique tout partout, j'fais que ton blaze, tout le monde saura, personne oubliera, on leur montrera comme on est là. »

Un compte Instagram dédié à la mémoire de Cofre regroupe quelques unes de ses pièces.

writer's bench

R.I.P. Cofre

RIP Cofre-01-511

C'est avec tristesse qu'on a appris la disparition de Cofre, un jeune homme de 19 ans passionné par le graffiti sur trains et métros.

Originaire de Marseille, ou il peignait régulièrement sur toutes sortes de support, Cofre s'était rendu avec ses potes en Grèce cet été. Alors qu'ils peignaient dans un dépôt de métros d'Athènes, Cofre a fait une chute fatale sur le 3ème rail. Dans ces moments douloureux, nos pensées vont à sa famille et ses proches.

« Un ami pour certains, un frère pour nous. Repose en paix Antoine. »
-Ceskey

Tout en évitant un paternalisme pénible et sans vouloir donner de leçons, on ne le répètera jamais assez, peindre des métros est une activité extrêmement dangereuse.

writer's bench

R.I.P. Saeio PAL

RIP Saeio-01-511

C'est avec une grande tristesse qu'on a appris cette semaine la disparition tragique de Saieo. Cet ovni du graffiti s'est fait remarquer ces dernières années dans les rues de Paris.

Avec les 1984 et les PAL, Saeio enchainait les expériences sans se préoccuper du qu'en-dira-t-on, pulvérisant les codes traditionnels du writing parisien.

Passionné par tous les aspects du writing, Saeio excellait dans l'art du tag.

« Le tag, c'est la perfection en sept secondes, le coup mortel du peintre en une frappe, l'ultime test. C'est l'infinie recherche de la perfection oubliée, c'est l'instant absolu dans lequel se retrouvent les paramètres qui feront de cet acteur un élu ou pas. Le tag n'a aucune contrainte matérielle, il peut se faire avec tout et rien, il dépend uniquement de son environnement qui est lui-même son support. »
-Saeio

« Mes références de bases sont les premiers graff à New York dans les années 70, les tags de Philadelphie et les pixação au Brésil qui naissent quasiment à la même époque. L'essence du tag et du graff vient de ces codes-là : naïveté, brutalité et spontanéité. Le fait de vouloir commercialiser le graffiti a beaucoup altéré sa force d'origine. Ça l'a amené vers quelque chose de beaucoup plus lissé, beaucoup plus peureux, dénaturé, aseptisé et décoratif : la peur de ne pas plaire ! »
-Saeio

Camions, stores, tunnels, toits, métros, trains, Saeio alias The Mega Wizzard, ne connaissait aucune limite au point de se faire serrer par le vandal-squad en 2014.

« Ce que je trouve très intéressant dans cette histoire, c'est l'investissement que donne la justice pour ces peintures. Ils ont fait une enquête accompagnée d'un dossier de plus de 300 pages sur 2 années de la vie et du travail de Saeio, sans que celui-ci ne demande rien. Il y a ici comme une forme de considération de la part de la justice que l'on pourrait aussi prendre dans le sens d'une légitimation et d'une officialisation de ce travail illégal accompli par Saeio. Une légitimation telle que le travail in situ de Saeio a désormais une côte fixée par les devis de coût de nettoyage. C'est donc une possibilité pour ce travail d'intégrer le marché de l'art et c'est là une manière de mettre en avant le paradoxe commercial de la vente d'œuvres de graffiti qui est l'une des problématiques majeure de ce mouvement. »
-Saeio

Depuis, le trublion du graffiti n'avait pas raccroché les gants, il œuvrait un petit peu plus discrètement dans son atelier et rendait visite régulièrement aux ICY à Berlin ou allait peindre des trains à l'étranger avec ses potes.

A l'annonce de sa disparition, quelques témoignages de ses proches :

« L'univers a décidé de mettre un terme à ton expérience terrestre. C'est le moment pour ton esprit d'expérimenter quelque chose de nouveau. C'est compliqué, mais je refuse d'être triste parce que je sais que ce n'est pas ce que tu attends de moi. Je préfère être reconnaissant pour l'amitié que nous partagions et pour tout ce que tu m'as appris. Je t'envoie tout mon amour, à ta famille et à tous nos amis. Peace And Love. »
-Rizote PAL

« Quelle tristesse. En prenant la parole (tu sais que j'ai horreur de ça), je ne veux surtout pas substituer ma peine à celle de ta famille ou à celle de nos potes. Mais tu déconnes vraiment, on avait plein de dessins à finir et de sujets de discussion à aborder. Ta bonne humeur, ton sourire et tes facéties me manquent. Sans toi, mon petit univers est désormais un peu plus vide. Ce n'est pas une posture, mon cœur saigne et mes larmes coulent. »
-Gues PAL SDK

« Envole toi papillon. »
-Rap 2122

Une grande pensée pour sa famille, ses proches et ses fans. Ciao l'artiste…

RIP Saeio-11-511

« On arrive. »
-Earl

RIP Saeio-10-511

Source : Le Nouvel Esprit du Vandalisme, Les Mystères de Paris, Rap 2122