writer's bench

Veinz Of Paint (Such Bad Habitz): trailer et extraits

Veinz of paint-01-511

Pour les amateurs de graffiti musclé sur trains et métros, le DVD Veinz Of Paint (Such Bad Habitz) regroupe de nombreuses actions d'équipes australiennes, réputées pour leur jusqu'au boutisme.

« 9 pays, 17 villes, 18 systèmes différents.[…] Retrouvez des rushs inédits de bagarres, de wholecars et de panels en provenance de Sydney et Brisbane. »

Les crews BH, GF, KOS, FKB, UDC, TGF se partagent la vedette dans cette vidéo filmée entre 2000 et 2014.

Le trailer :

Un extrait de 6 minutes regroupant des actions en Nouvelle-Zélande :

Le chapitre du DVD consacré aux systèmes européens (Hollande, France, Belgique, Autriche, Roumanie, Allemagne, Italie) :

writer's bench

Hommage à Risk

Wellington Risk-02-511

Pour rendre hommage à Risk, le king des trains originaire de Finlande, une vidéo datée de 2009 fait surface sur le web, un an après sa disparition tragique.

Wellington Risk-01-511

On y suit Ivo, Riot, Banzai et Risk pour une action dans un atelier de trains à Wellington en Nouvelle-Zélande.

En bonus, quelques pièces du globe trotter utilisant différents alias (Must, Gris) :

Wellington Risk-03-511

Source : Spraydaily

writer's bench

Frets à gogo… en Nouvelle-Zélande

Frets à gogo en Nouvelle Zélande-511

Située au sud-ouest de l'océan Pacifique à 2000 km de l'Australie, la Nouvelle-Zélande très isolée géographiquement, est un territoire composé de plusieurs iles situées à l'autre bout du globe, par rapport à l'Europe.

Frets à gogo en Nouvelle Zélande-01-511

Atack, Dwane, Fritz, Klue et Fiasco ont pris la route pour découvrir les paysages époustouflants et exotiques de ce bout du monde et profiter des nombreux spots pour peindre des frets en toute tranquillité.

Ils sont aussi tombés dans les dépôts de frets sur des wagons voyageurs :

writer's bench

Interview Stray RTR

Interview Stray-511

Stray, un writer tatoueur originaire d'Auckland en Nouvelle Zélande, peint depuis une quinzaine d'années en compagnie des membres de son crew RTR sur murs et sur frets. Spraydaily s'est entretenu avec lui, quelques extraits de l'interview traduits :

« Auckland, c'est chez moi, c'est un ville qui croit rapidement. La scène s'est transformée. A peu près tout a été effacé sur ordre de la mairie. C'était vraiment triste de voir une partie de notre histoire disparaitre. »

« Le graffiti est un moyen d'échapper à la vie quotidienne stressante et ennuyeuse. On découvre des endroits et des situations inhabituels. Quelque soit la situation, je me sens toujours détendu. »

« Je ne me sens pas l'obligation de ne pas aimer certains trucs, mais c'est facile de voir quand le style est forcé ou quand quelqu'un suit sa progression naturelle. »

« Le graffiti consiste à être le plus visible possible. La reconnaissance par ses pairs est importante mais je ne peins pas pour ça. »

L'interview est à lire dans son intégralité ici.