writer's bench

Zoow24, monstres & cie sur trains

Zoow24, monstres & cie sur trains -01-511

Très actif au début des années 2000, le writer italien Zoow24 avait littéralement pulvérisé certaines lignes de trains de la banlieue de Milan, tout en s'en prenant aux différentes lignes de métros.

Zoow24, monstres & cie sur trains -02-511

Il se rend rapidement à l'étranger pour se faire un petit tour du monde des systèmes (Bucarest, Amsterdam, Paris, Copenhague, Vienne, Barcelone, Madrid, Montréal entre autres) avant de disparaitre de la circulation.

Il avait la particularité de peindre des lettrages assez naïfs aux couleurs criardes accompagnés de persos complètement dingues (issus de la culture populaire des années70/80), le tout tracé au cap d'origine.

Zoow24, monstres & cie sur trains -03-511

Désormais rangé des voitures, Zoow24 publie des pépites, dont certaines inédites sur son compte Instagram.

writer's bench

Interpol à la rescousse pour du graffiti

la fete est finie à Milan-04-511

Il semblerait logique que les budgets pour lutter contre le terrorisme, le chômage ou l'insécurité soient les priorités du moment, y compris à Milan. Que nenni, puisque c'est désormais pour du simple graffiti qu'Interpol se mobilise ! La municipalité de Milan et la société de gestion des transports en commun de la ville, en étroite collaboration avec la police locale, font décidément tout pour sonner le glas du graffiti sur métro. Multipliant les arrestations en flagrant délit sur les lignes jaune et verte, les autorités sont passées à la vitesse supérieure, allant désormais jusqu'à mobiliser les services d'Interpol pour poursuivre les auteurs d'une action backjump qui a mal tourné.

Un petit récapitulatif des dernières arrestations, car oui, il y en a eu encore…

Dans la nuit du 13 au 14 Octobre 2016, 2 writers australiens et 1 néo-zélandais (Saker, Resk et Tridate) se sont faits surprendre sur la ligne jaune dans un tunnel près du dépôt de San Donato.

Une fois de plus, la sécurité alarmée par le système de vidéosurveillance a immédiatement contacté la police.

Coupant toute retraite possible, la sécu et la police ont tout simplement cueilli les 3 writers bombes à la main.

Mais les arrestations en flag ne sont pas le seul moyen mis en place pour lutter contre l'invasion des writers étrangers.

Pour la 1ère fois, le procureur a demandé une assistance juridique dans les procédures pénales, conformément à la convention des accords de Schengen.

Les faits remontent à la nuit du 4 au 5 Février 2016, sur la ligne verte à la station Cimiano. 4 writers étrangers, après avoir tiré le signal d'alarme d'une rame stationnée dans cette station, ont peint en backjump en compagnie de 2 autres personnes, dont un Italien.

la fete est finie à Milan-05-511

Mais ces derniers se sont fait attraper. Après 8 mois d'enquête et avec l'aide d'Interpol, les 4 writers étrangers ont tous été identifiés et localisés en Allemagne et en Autriche grâce aux renseignements recueillis sur les téléphones portables de ceux qui se sont fait arrêter en flag.

la fete est finie à Milan-06-511

L'action filmée à la Gopro a circulé rapidement sur le web, ce qui a aussi fourni de nombreux indices à la police.

Résultat de l'opération, un matin du début du mois d' Octobre 2016, les policiers milanais accompagnés de leurs homologues allemands et autrichiens ont procédé aux perquisitions des domiciles de Rotik, Olta, Nato et Clonco… pour un backjump.

Ça laisse rêveur, à la vue des échecs répétés des différents services de police pour enrayer les vagues terroristes récentes en Europe. 125 agents de la sécurité, dont 64 embauchés en 2015, ont récemment été déployés pour protéger les rames du métro de Milan… On voit où sont les priorités sécuritaires, la messe est dite.

Source : Milano Repubblica

writer's bench

Arrestations à la chaîne sur le métro de Milan

Métro de Milan, arrestation de writers à la chaine-01-511

Depuis cet été, les arrestations de graffeurs français ou étrangers se multiplient dans les enceintes du métro de Milan. Ainsi, ils sont nombreux à se retrouver pris au piège dans les dépôts de la ligne verte et de la ligne jaune. Les autorités semblent vouloir faire passer le message aux trainwriters à grand renfort de communication : vous n'êtes plus les les bienvenus et nous mettons tout en œuvre pour vous arrêter.

Petit rappel des faits de cet été. Le 8 Juillet 2016, 3 writers danois s'introduisent dans le dépôt de San Donato de la ligne jaune. Avertie par une alarme et la vidéosurveillance, la sécu débarque et les tient en respect le temps que la police arrive.

En Août 2016, rebelote mais cette fois c'est un graffeur allemand qui s'est retrouvé piégé dans le dépôt de Gorgonzola, situé sur la ligne verte. Il a réussi à s'introduire dans l'enceinte en compagnie de 2 autres personnes. L'alarme et la vidéosurveillance ont une fois de plus permis à la sécu de prévenir les carabiniers qui ont réussi à intercepter le malchanceux allemand, pendant que les 2 autres prenaient la fuite.

La police a saisi une trentaine de bombes de peinture, une caméra et un talkie-walkie.

Métro-de-Milan-arrestation-de-writers-à-la-chaine-02-511b

Désormais, la ville de Milan se porte systématiquement partie civile dans ce genre d'affaires, enclenchant automatiquement une procédure judiciaire. Le temps est à la tolérance zéro, y compris pour les writers étrangers pris en flag.

« Je considère que l'implication de la Police est importante pour rendre tangible notre engagement à défendre la ville. Ceux qui barbouillent nos murs et nos trains endommagent l'image de notre ville. Il doit être clair pour tous que nous allons continuer à rendre la vie difficile à ceux qui n'ont pas de respect pour Milan et les milanais. »
-Beppe Sala, maire de Milan

Une déclaration sous forme d'avertissement clair qui n'a pourtant pas refroidi des writers français de passage à Milan au début du mois d'Octobre.

Une fois de plus, 2 writers se sont retrouvés coincés par la sécu dans l'enceinte du dépôt de Gorgonzola. Les carabiniers ont une nouvelle fois saisi de nombreuses bombes de peintures, des billets de trains et des appareils photos dans lesquels ils ont trouvé de nombreux clichés incriminants. Il semble que les 2 writers étaient en plein InterRail. Pendant que la police poursuit son enquête, les français, laissés en liberté, peuvent retourner en France s'ils le souhaitent, mais doivent signer leur contrôle judiciaire 2 fois par semaine (le mardi et le vendredi), en attendant leur 1ère audience prévue le 10 Novembre 2016.

Métro de Milan, arrestation de writers à la chaine-03-511

Selon les enquêteurs et le procureur, cette mesure est censée éloigner les writers étrangers, majoritaires parmi ceux qui peignent le métro de Milan.

Sources : Milano Today, Libero 24/7