writer's bench

Xän, artiste caribéen

Xan Martinique-01-511

Originaire de Martinique, Xän a conquis les réseaux sociaux avec un portrait de Spike Lee repris par des millions d'internautes dont Pharell Williams. Membre du collectif NPL Mada-Paint, l'artiste caribéen s'est spécialisé dans la réalisation de portraits à la bombe, sans pour autant délaisser son lettrage.

« Je suis un graffiti artiste de la Caraïbe, né à Paris. Je suis rentré en Martinique à l'âge de 11 ans. Je me suis confronté à mes racines, mon père est blanc, ma mère noire, je suis métisse avec ces deux cultures, la France métropolitaine et la Martinique, plus roots. J'ai une grosse part de pop culture à travers les mangas, la BD, le cinéma d'animation. »

« Quand tu dessines, tu peux être architecte, décorateur, styliste… Finalement, le dessin t'offre de nombreuses possibilités. Le graffiti, c'est une des possibilités. On se professionnalise. Je passe certaines nuits sur mon ordinateur mais continue aussi à tagguer les murs le soir. La bombe reste l'outil principal. »

« Être artiste caribéen, c'est être artiste tout court, faire ce pour quoi tu es né. Profiter de cette richesse, retranscrire la douceur de ce berceau. On est très protégé, tu peux aller surfer, manger une noix de coco, il n'y a pas d'hiver rude, tu peux te construire une maison dans ton zion. On a tendance à se plaindre, surtout l'homme moderne, mais il faut avoir cette conscience et arriver à la retranscrire. C'est à mon sens l'objectif de l'artiste caribéen. »

Source : France-Antilles

shows

Martinique, making of de l'exposition Mawonaj' piktural

Martinique making of de l'exposition Mawonaj piktural-511

La Fondation Clément mène des actions de mécénat en faveur des arts et du patrimoine culturel de la Caraïbe et de l'Océan Indien. Jusqu'au 8 Septembre 2016, elle accueille Mawonaj' piktural, une exposition du collectif NPL (James, Rman, Oshea, Wiltho, Xän).

« Fuite ou esquive ? Ces artistes conquièrent tour à tour une surface, ils créent leurs zones de repli puis s'évanouissent. Des espaces autres naissent de ce mawonaj piktural dont la toile de fond, la toile urbaine, repousse certaines limites. Un art en cavale qui recourt à la sylve urbaine, lieu de création et de disparition, de résistance et de dissidence, en quête de liberté créatrice. Affranchi des normes institutionnelles et des codes académiques, le graffiti prolifère çà et là. »

Pour ceux qui n'ont pas la chance de se rendre en Martinique cet été, le making of :

Martinique making of de l'exposition Mawonaj piktural-01-511

Fondation Clément
Domaine de l'Acajou
97240 Le François
Martinique
Plan d'accès ici