writer's bench

Asmoe, wildstyle en Malaisie

Asmoe-01-511

En Malaisie, la scène locale se développe progressivement. Asmoe alias Smoe appartient à la dernière génération de writers. Boosté par internet, il commence à peindre en 2011 et enchaine depuis les wild styles sur murs.

« Depuis que je suis gamin, je m'intéresse au graffiti. J'ai passé beaucoup de temps à regarder des vidéos de hip hop et de graffiti. J'ai lu des tonnes de magazines de graff, et j'ai passé beaucoup de temps à sketcher. Je suis tout simplement tombé amoureux du graffiti. »

« Les possibilités infinies des formes et des connections entre mes lettres me poussent à aller plus loin. Je ne suis jamais satisfait de ce que je fais, il y a toujours un moyen de s'améliorer. »

« La communauté du graffiti en Malaisie est assez puissante, même si elle est assez réduite par rapport à d'autres pays. Concernant les compétences, je peux dire que je suis fier de mes potes, ils assurent. On essaie de peindre le plus souvent possible, rien ne peut nous arrêter. »

L'intégralité de l'entretien est à lire en anglais ici.

Source : MTN-World

writer's bench

Boogie, roadtrip en Asie

Boogie roadtrip en Asie-01-511

En Décembre 2016, le writer alllemand Boogie s'est rendu en Asie pour visiter l'Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande. Il en est revenu avec une collection de photos de ses pièces sur murs, mais pas que ! Sur Hoombog (site compilant ses aventures et celles de Hombre), l'artiste prend le temps de détailler son périple, ses rencontres et ses impressions.

L'aventure commence à Jakarta ou Boogie rejoint Nilko White.

Boogie, Jakarta, Indonésie

Boogie, Jakarta, Indonésie

« La scène graffiti se développe rapidement à Jakarta en dépit de la tolérance zéro (tout ce qui est peint dans l'espace public est immédiatement repassé avec de la peinture grise. Croyez moi, la peinture grise a envahi les rues de cette ville énorme). Les enfants et une partie de la population aiment le graffiti, même si, il faut le reconnaitre, c'est un hobby qui coute très cher sur place. »

Boogie, Jakarta, Indonésie

Boogie, Jakarta, Indonésie

Quelques jours plus tard, Boogie s'envole pour la Malaisie.

« Malheureusement, ma grippe est revenue de plus belle accompagnée de maux d'estomac. Je ne suis qu'un touriste. Ma Motivation était toujours au top, mon énergie un peu moins. J'ai combattu l'envie irrépressible de rester au lit pour peindre un mur.[…] Mes potes m'ont fourni des noix de coco contre la fièvre et des pilules locales, c'était finalement une journée très agréable. »

Boogie, Kuala Lumpur, Malaisie

Boogie, Kuala Lumpur, Malaisie

« Je voulais absolument peindre un rideau de fer en ville. Cela ne m'a pas pris beaucoup de temps pour convaincre Katun de m'accompagner. On a trouvé un petit spot dans le centre et on a peint en pleine heure de pointe. »

Boogie & Katun, Kuala Lumpur, Malaisie

Boogie & Katun, Kuala Lumpur, Malaisie

En compagnie de son amie, Boogie se rend dans les îles paradisiaques thaïlandaises avant de passer quelques jours à Bangkok.

« On a commencé à chercher des spots dans les petits villages de Koh Yao Yai. On a demandé au propriétaire d'un magasin l'autorisation de peindre un mur. La jeune femme était enchantée à cette idée. J'ai commencé à peindre quand quelques voisins sont venus me dire qu'ils aimaient bien ce que je faisais, même s'ils n'avaient jamais vu de graffiti auparavant. Tout d'un coup, je me suis retrouvé avec plein de murs à peindre, y compris une école. »

Boogie, Koy Yao Yai, Thaïlande

Boogie, Koy Yao Yai, Thaïlande

« Il me restait quelques bombes pour faire une petit mur. Tout d'un coup ma copine me qu'elle a trouvé un petit spot. C'était notre dernière après midi à Koh Phi Phi Don. Je me suis fait attaquer par une armée d'insectes et de moustiques dans les buissons. »

Boogie, Koh Phi Phi Don, Thaïlande

Boogie, Koh Phi Phi Don, Thaïlande

« A notre arrivée à Chaweng, j'avais repéré un petit magasin de bombes. J' en ai acheté 12 et j'ai tenté ma chance dans un spot légal avec une superbe vue. »

Boogie, Koh Samui, Thaïlande

Boogie, Koh Samui, Thaïlande

« J'ai passé une super journée à peindre à Bangkok en compagnie de Cider. On s'est retrouvé dans un hall of fame en plein centre ville, ma copine a pu s'esquiver pour faire une peu de shopping et profiter des spécialités culinaires locales. »

Boogie, Bangkok, Thaïlande

Boogie, Bangkok, Thaïlande

L'intégralité des aventures de Boogie est à lire en anglais et en allemand ici.

writer's bench

Siek27, le style est le message

Siek27-03-511

La scène graffiti en Malaisie se développe progressivement depuis quelques années. Siek27 en est un de ses représentants, travaillant la semaine pour s'occuper des ses 2 filles, il prend le temps de peindre des murs élaborés le week end avec les potes de son crew.

Siek27-04-511

« J'ai posé Ciek (cyclone) pendant un an avant d'adopter Siek. Mais je me suis rendu compte que je n'étais pas le seul à utiliser cet alias. Pour être différent, j'ai ajouté le nombre 27 en hommage à la date anniversaire de ma fille. »

Siek27-01-511

« J'aime le hip hop mais je ne sais pas rapper, ni faire le DJ, ni danser. J'ai choisi le graffiti pour m'exprimer dans un des éléments du hip hop. Mon crew me motive à explorer le monde du graffiti. Une chose de plus, tout le monde sait se servir d'un pinceau, ce n'est pas le cas pour la bombe de peinture. »

« Je suis fasciné par le fonctionnement des lettres. C'est pourquoi mon style se focalise sur le lettrage. Le flow de mes lettres et les couleurs dansantes sont le message. Comme disent les 123Klan, le style est le message. »

Sources : MTN-World, Elrincondelasboquillas

writer's bench

Probation Vacation – Lost in Asia 4: Malaisie

Malaisie Utah Ether-511

The Grifters présente le 4ème épisode de Probation Vacation: Lost in Asia, dont les protagonistes, Utah & Ether (les Bonnie & Clyde du graffiti), se rendent en Malaisie peindre le métro de Kuala Lumpur en compagnie de Avidoe et d'un membre du crew MB.

« Kuala Lumpur possède un des systèmes métropolitains les plus développés d'Asie et le seul de Malaisie. En 2004, les différentes lignes de métro, qui opéraient à l'origine comme des sociétés distinctes, ont fusionné pour devenir le réseau RapidKL. Ciblé régulièrement par de nombreux trainwriters, RapidKL a mis en place une unité de sécurité dédiée à la lutte contre le graffiti. RapidKL dispose à la fois de rames automatiques et de rames avec conducteurs, ce qui offre de nombreuses possibilités pour peindre. »
-The Grifters