writer's bench

Le Radeau de la Méduse de Banksy menacé de disparaitre

En 2015, Banksy s'illustrait dans les rues de Calais avec une série de pochoirs dénonçant le triste sort réservé aux réfugiés. 2 ans plus tard, se pose la question de la préservation des œuvres de l'artiste réalisées illégalement. Le pochoir détournant la célèbre peinture de Théodore Géricault, Le Radeau de la Méduse est menacé de disparition par un ravalement de façade.

Wilmo Kasal, une des nombreuses fans de Banksy a permis d'éviter son effacement in extremis.

Le propriétaire de l'immeuble en question, Georges Lagouge, est dans une situation unique en France, sinon rare. En choisissant son mur, l'artiste mondialement connu lui a fait un cadeau empoisonné :

« J'avoue que je ne connaissais pas Banksy auparavant et, très honnêtement, avoir un Banksy sur mon mur ne m'a rien rapporté… J'étais prêt à vendre, sans la moindre idée de la manière dont ça pouvait se faire techniquement. J'aurais même pu vendre l'immeuble entier, moyennant une plus value compte tenu du Banksy… Mais je n'ai eu aucune sollicitation. »
-Georges Lagouge

Ayant définitivement renoncé à se faire marchand d'art, Georges Lagouge a retrouvé ses préoccupations de propriétaire. Cette année, il a décidé de faire repeindre la façade de son immeuble, dont il loue une partie à une pharmacie.

C'est le plus normalement du monde que les peintres se sont mis au travail, ce jeudi. Le Banksy est passé tout près de leurs rouleaux :

« Nous, on nous a dit de tout repeindre. On a commencé à démonter la plaque de plexiglas et deux dames sont venues nous expliquer qu'on n'avait pas le droit. Notre patron a appelé la mairie, et on lui a dit la même chose. Donc, on va laisser comme ça. »

Sceptiques, les peintres contourneront le graffiti sous plexi.

« Franchement, ce n'est pas propre… »

soupire le senior du trio de peintres.

C'est exactement l'avis du propriétaire :

« Même le plexiglas est abîmé. Il reste des traces de tags qui débordent et le mur est abîmé. Ça va donner un mur renduit et repeint à neuf… avec ça en plein milieu. »

Georges Lagouge est prêt à négocier avec la municipalité :

« Je veux bien ne pas l'effacer à condition qu'il soit restauré. Enfin que ce soit quelque chose de propre. Si la municipalité veut le préserver, très bien, mais ce n'est pas moi qui vais payer. »

Le Banksy de la rue de la Tannerie n'est pas tiré d'affaire car on voit mal ce qui, juridiquement, pourrait empêcher le propriétaire de faire ce qu'il souhaite de son bien. C'est un comble, Georges Lagouge n'a pas eu le choix des couleurs pour sa rénovation : elles lui ont été imposées par l'Architecte des Bâtiments de France.

Source : Nord Littoral

writer's bench

100 Murs pour la Jeunesse: Astro à Calais

100-Murs-pour-la-Jeunesse-Astro-à-Calais-01-511

Dans le cadre de l'opération 100 Murs pour la Jeunesse, Astro a été invité à peindre un mur d'une surface de plus de 1 600 m2, dans le quartier du Fort-Nieulay à Calais.

Assisté par son ami Skule, Astro a peint le mur retenu par la municipalité d'un entrepôt logistique, construit en 1980 et qui servait à l'époque pour le stockage de sucre en sac.

« L'idée, c'est d'ouvrir des fenêtres imaginaires dans ce grand mur. Des fenêtres par lesquels les gens pourront regarder et imaginer tout ce qu'ils veulent, un ailleurs… »
-Astro

writer's bench

Banksy – Dismal Aid

Banksy - Dismal Aid-511

Après 5 semaines d'exploitation de Dismaland, l'artiste anglais Banksy a envoyé les matériaux de construction du parc d'attraction satirique dans la jungle de Calais pour offrir aux réfugiés des abris un peu plus digne, un projet intitulé Dismal Aid.

Banksy - Dismal Aid-01-511

L'équipe de Banksy a pu ainsi construire 12 abris, un espace communautaire et une aire de jeux pour les enfants.

Mais ce n'est pas tout, puisque Banksy a également peint dans les rues de Calais et dans la jungle. Notamment cette œuvre représentant Steve Jobs, ancien patron d'Apple et fils de syrien, sac poubelle sur le dos et Macintosh première génération en main, évoquant ainsi la richesse potentielle que peuvent apporter ces immigrés clandestins.

« Nous pensons souvent que les migrations épuisent les ressources d'un pays mais Steve Jobs était le fils d'un migrant syrien. Apple est l'une des entreprises les plus profitables au monde, elle paie environ 7 millions de dollars annuels d'impôts – et elle n'existe que parce qu'ils ont accepté un jeune homme en provenance d'Homs. »
-Banksy

L'artiste a inscrit sur un mur de la jungle une remarque ironique sur la situation sur place : Maybe this whole situation will just sort itself out / Peut-être que la situation se résoudra d'elle même.

Dans le centre ville de Calais, Banksy a reproduit le Radeau de la Méduse avec en arrière plan un yacht, rappelant qu'on n'est pas tous dans la même galère.

Sur la plage, un pochoir d'un enfant regardant vers l'horizon, une valise à ses pieds.

writer's bench

Dismaland déménage à Calais

Dismaland déménage à Calais-511

Surprise, après 5 semaines d'exploitation, Dismaland, le parc d'attractions satirique de Banksy déménage à Calais, lieu de transit pour les réfugiés de différentes nationalités, en attente d'un probable passage en Angleterre.

Mais cette fois pas d'exposition ni de concerts au programme, les matériaux de construction du parc sont reconvertis pour offrir des abris aux réfugiés…

« La mairie de Calais n'interviendra pas, des dons privés il en existe beaucoup »
– Natacha Bouchart, maire de Calais

L'ambiance risque d'y être radicalement différente. Le site officiel précise qu'il n'y aura pas de tickets mis en vente pour visiter la Jungle.