writer's bench

R.I.P. Math

RIP Math-01-511

On a eu la tristesse d'apprendre qu'une des légendes du graffiti hollandais est disparue à l'âge de 42 ans. Pour ceux qui n'étaient pas encore actifs dans les années 90, un petit rappel des faits concernant la carrière de Math NES est indispensable. Writer hollandais passionné, il se met au graffiti au début des années 90 en compagnie de Sezar et Brush avec lesquels il se forme sur les tramways d'Amsterdam en ville et le long des voies ferrées.

L'attention de Math se porte rapidement sur les trains et les métros. Il s'inscrit alors dans le mouvement initié par les premiers interrailers et se rend à Paris, Rome et Berlin pour partager sa passion avec les writers locaux.

En perpétuelle recherche stylistique, Math affutait aussi régulièrement son lettrage sur murs.

Math NES & Jiwee SDK, Paris, 1993

Math NES & Jiwee SDK, Paris, 1993

Depuis l'annonce de sa disparition, ses proches, comme Delta, Oase GVB, ou des amateurs de ce maitre du style, lui rendent hommage sur différents supports.

Math par Azhq

Math par Azhq

Math par Fley

Math par Fley

Math par Delta

Math par Delta

Math Oase par Oase GVB

Math Oase par Oase GVB

writer's bench

Veone, King du bombing à New York dans les années 90

Veone-01-511

Le 8 Juin marque la date anniversaire du meurtre non élucidé de James Anthony Conti alias Veone, un des writers les plus actifs dans les rues de New York à la fin du millénaire dernier. Petit flashback : dans les années 90, la Grosse Pomme subit les assauts de writers qui répètent inlassablement leurs throw ups dans les 5 boroughs. On assiste à une véritable lutte sans merci entre writers. Originaire du Queens, Veone sort du lot par son implication dans le game. Le destin de ce writer passionné s'achève tragiquement le 8 Juin 1997. Alors qu'il assiste à la parade Portoricaine dans le quartier de Bushwick, il est victime d'une balle perdue.

« Quand j'ai commencé à voir le taff de Ve, Sn, Giz , j'ai tout de suite su qu'il allait falloir que je m'adapte. Je n'ai jamais rencontré une personne qui a eu un tel impact sur moi en si peu de temps. »
-Jaone

« Ve n'était pas seulement un writer, c'était aussi mon meilleur ami. C'est une des personnes avec lesquelles je partage le plus de souvenirs. J'ai parcouru le monde entier mais je n'ai toujours pas rencontré quelqu'un comme Ve. »
-Giz

Au fil des années, de nombreux writers dont Giz, Goomba, Spot rendent hommage à la légende sur différents supports :

writer's bench

Soone, artiste sans contrainte

Soone-04-511

Soone fait partie des pionniers du graffiti à Toulouse, tout comme Ceet, Tilt et Snake. Actif dans les années 90, il se fait rapidement un nom dans les rues de la ville rose avec ses énormes lettrages simples mais efficaces, avant de fonder en 1995 la marque de streetwear Bullrot, pour laquelle il réalise de nombreuses illustrations.

Fasciné par l'Asie, Soone s'installe en Chine en 2005 ou il s'intéresse au design et à la mode, tout en continuant de peindre et de produire des sculptures.

Flashebdo a récemment rencontré l'artiste et lui a demandé son avis sur la frontière qui sépare le street art du graffiti.

« Je fais du graffiti. J'imagine que cela englobe toute forme d'expression artistique de rue récupérable par des vendeurs d'art. Je renomme souvent ces artistes en rigolant les Truites Artistes plus que des street artistes, car ils sont souvent plus occupés à remonter le courant que de peindre dans la rue. »

Soone, Toulouse, 2017

Soone, Toulouse, 2017

« Je suis plutôt partisan de la méritocratie, mais c'est rarement le cas dans la sélection des artistes [qui entrent dans les musées]. Pour avoir une bonne vision et sélection d'artistes, il faudrait que cette sélection soit faite par des gens qui comprennent notre monde, nos règles, notre culture. »

Snake & Soone, Toulouse, 2016

Snake & Soone, Toulouse, 2016

« Je ne vis pas de subventions, donc ne subis aucune contrainte. Le jour où les mairies nous appelleront pour faire le type de graffiti que nous savons faire, que nous aimons, ce jour là nous serons reconnus ; mais il y a encore du travail, même si il y a eu de très gros projets dans notre chère Ville Rose. »

Soone & Snake, Toulouse, 2017

Soone & Snake, Toulouse, 2017

writer's bench

Nosé 132, de Paris à Marseille

Nose 132-01-511

Actif depuis le début des années 90, Nosé s'est fait remarquer dans les rues de Paris avec les 132. Passionné par la culture hip hop, il devient graphiste en 1998 et crée entre autres le logo de la marque 2High et plusieurs pochettes d'album pour le label IV My People. En 2005, Nosé participe à la création de la marque Wicked One aux côtés de Jeris, tout en continuant régulièrement à peindre entre Paris et Marseille.

Nosé, Nîmes, 1993

Nosé, Nîmes, 1993

« Je suis né en 1976 à Saint-Denis, mais j'ai grandi à Aix-en-Provence. C'est là que, vers l'âge de 11 ou 12 ans, je découvre le hip hop par le biais du skate. Le graphisme des marques de skate me fait kiffer (Powell-Peralta, Santa Cruz, Santa Monica Airlines…), je me mets à faire des pochoirs de leurs logos sur les murs de mon quartier. C'est mon premier contact avec la bombe de peinture. Ensuite, je prends vraiment une grosse claque en découvrant les incontournables Subway Art et Spraycan Art, et l'année suivante Mode2 vient graffer dans la cité à côté de mon collège. À partir de ce jour-là, je ne veux plus entendre parler que de graffiti. Quand j'arrive dans le 18ème à Paris avec ma mère, en 1990, il n'y a que le tag et le rap dans ma tête. Je rencontre vite les autres tagueurs de mon quartier, et je rentre dans le groupe ANL (Art Non Legal). C'est après ma première arrestation qu'un pote me trouve mon nouveau blaze : Nosé. J'ai 15 ans. »

« À ce moment, je ne me pose aucune question sur mon avenir et mes études, je veux juste marquer mon nom le plus possible, sur le maximum de surfaces (rues, métros, tunnels, RER, voies SNCF, etc…). Avec les CMP (Rize, Gmaz, Rost, Here…), je privilégie d'abord le tag, puis je rencontre Saer et Nascyo qui m'initient au graff. Je descends souvent voir mes potes (Nice, Dire, Acuz) à Aix et Marseille. Ça peint plus que jamais. En 1996, je rencontre Cosla et Neasso qui me présentent aux BZ. Le courant passe bien, je retrouve une ambiance de famille comme au début des CMP. On crée les 132, d'abord sur la région parisienne, puis le groupe se développe ensuite jusqu'à Marseille, avec mes amis d'enfance. »

Nosé, Paris, 1993

Nosé, Paris, 1993

Quelques peintures plus récentes :

Nose 132-03-511

Source : Brain Magazine

writer's bench

Deuil à Berlin: Odem 1973-2016, Rest In Peace

RIP Odem-02-511
Le Graffiti allemand est en deuil après la disparition de Odem SOS, incontournable pionnier de ce qui fait, aujourd'hui encore, la singularité du style berlinois. En compagnie de Poet et Inka entre autres, Odem pose les jalons du writing moderne dès la fin des années 80.

Un des maîtres du style vient de disparaitre, rendons lui hommage en quelques photos.

RIP Odem-03-511

Ne se limitant pas aux murs, Odem peint de nombreux trains et métros à Berlin mais aussi à Amsterdam dès le début des années 90, initiant un mouvement qui n'en finit pas, encore aujourd'hui, de faire des émules.