writer's bench

Calligraffiti de Soklak 132

Soklak calligraffiti-511

Depuis 1995, Soklak partage son temps entre musique (il officie en tant que producteur et MC sous l'alias de Yesno) et graffiti en compagnie de ses crews 132 et MCZ.

Dans cette vidéo, il s'essaie à un exercice difficile, de la calligraphie sur mur, à la bombe. Sur ce mur noir, aucune retouche n'est possible, le geste doit être précis pour obtenir le résultat escompté.

Quelques calligraffiti de Soklak :

Dans un registre plus classique, Soklak peint aussi des murs en pleine rue :

writer's bench

Paris: Kidult attaque le pop-up store de Kanye West

Kidult real slaves-511

Le 23 Juin 2016, Kanye West annonçait dans un tweet l'ouverture d'un pop-up store, une boutique éphémère situé rue Richelieu dans le 1er arrondissement de Paris, du 24 au 25 Juin 2016 seulement. Un magasin dans lequel l'artiste proposait sa collection créée en collaboration avec l'artiste Cali Thornhill DeWitt.

Kidult real slaves-01-511

Durant cette période de Fashion Week, les clients se sont évidemment pressés pour acheter des vestes et tee-shirts siglés Pablo, en référence au dernier album de Kanye West The Life of Pablo.

Mais dans la nuit du 25 au 26 Juin 2016, Kidult, en croisade contre les grandes marques, a une nouvelle fois frappé en inscrivant Real Slaves (esclaves réels) à l'extincteur sur la devanture, publiant aussitôt une photo de son œuvre sur son compte Twitter.

Kidult real slaves-02-511

Kanye West, beau joueur et sensible à la publicité gratuite offerte par Kidult a réagi en twittant :

« Tellement bien ! »

Sources : Metronews, Les Inrocks

writer's bench

Interview Bobspray, frites et briques rouges

Interview bobspray-511

On connait le travail d'illustrateur de Bobspray qui met régulièrement en scène de manière humoristique les aventures d'une petite bombe de peinture dans des jeux et de petits strips. Mais cet artiste originaire du nord de la France met aussi le doigt sur le cap et peint de nombreux murs dans la même veine que ses illustrations. Spraydaily a eu la bonne idée de le rencontrer. Quelques extraits traduits de l'entretien.

Interview bobspray-01-511

« Faire partie d'un crew, c'est souvent adhérer à l'idée de nous contre les autres. Le crew idéal regrouperait des personnes de mon quartier, des frites, de la brique rouge, mais ce ne serait pas un groupe de héros aux super-pouvoirs. »

« Ces dernières années, je suis influencé par la bande dessinée et les logos. J'achète de plus en plus de BD, en vrac, ça me motive beaucoup. Quand je vois les dessins de Franquin, Poirier, Bakshi, Mauricio, Hergé, Pound et l'école belge, je me dis que je veux faire comme eux, être capable de dessiner des personnages et leur faire dire ce que je veux. Je m'intéresse aussi aux graffitis naïfs, qu'on faisait gamin, comme les Bob, les SOS ou les NTM, ça m'évoque mes débuts dans les toilettes publiques ou sur les tables de cours. Je me souviens que mon pote Tony avait dessiné sur le tableau noir un flingue et une belle feuille de canabis, on a évidemment tous les 2 fini dans le bureau du principal. »

« Il y a plein de trucs à faire dans ma ville qui a un passé industriel. Il y a plein de voies abandonnées, des usines désaffectées, des petites rues etc. Mais après avoir passé 15 ans à trainer dans ces zones, j'ai du mal à faire la même chose encore et encore. J'adore donc découvrir de nouveaux spots, de nouvelles possibilités de voir ma ville sous un nouvel angle. Comme partout ailleurs, le graffiti est illégal et les gens n'aiment pas ça. Je me souviens des rues éclatées de tags dans les années 90, aujourd'hui tout est effacé très vite, quelque chose a changé, on doit faire avec. »

« Désormais, j'essaie d'adapter mon graffiti au contexte. Quand je trouve un mur, j'essaie de trouver une idée originale qui prend en compte l'environnement. J'aime bien ajouter des détails et des couleurs que je vois autour. La photo finale du mur est très importante, j'essaie d'y penser en amont. Je pense qu'il ya une différence dans l'approche du graffiti entre la old school et maintenant, tout ce qu'on conserve, c'est la photo, autant qu'elle soit réussie. »

L'intégralité de l'interview est à lire ici en anglais.

writer's bench

Spraytrains, le trainspotting au féminin

Spraytrains trainspotting au féminin-511

Depuis 2009, le Tumblr Spraytrains regroupe une quantité impressionnante de photos de trains peints dans la région Nord de l'Italie.

On y trouve également de nombreuses photos des métros de Rome et Milan largement reprises sur les réseaux sociaux. Les writers locaux sont ravis de cette initiative et font des clins d'œil réguliers à la jeune femme en charge de ce site sous forme de dédicaces dans de nombreux panels en circu'.

« Au début je ne connaissais absolument rien au graffiti sur train, j'aimais tout simplement regarder les trains peints durant mon trajet quotidien pour aller à l'université. Les choses ont changé, je suis désormais consciente de ce que je fais, mais le frisson qui me parcourt quand je poursuis un panel est resté le même. Vous pouvez me définir comme une blogueuse, une photographe ou choisir l'étiquette qui vous convient. Spraytrains est un projet que j'essaie de mener le plus loin possible. C'est possible grâce à l'engouement de la communauté des writers qui me suit et qui me donne la motivation et l'inspiration pour faire mieux chaque jour. »
-Spraytrains

Spraytrains trainspotting au féminin-01-511

Pour en apprendre un peu plus sur cette jeune femme passionnée par le graffiti sur trains, The Hundreds lui a demandé de sélectionner quelques photos et de les commenter.

Alone, Milan.

Alone, Milan.

« J'étais dans une des gares de Milan le soir ou j'ai pris ce panel en photos parmi d'autres. C'était la fin du mois de Février, je déménageais de Milan pour bosser à Turin. Je ne savais pas quand j'allais pouvoir revenir à Milan, j'en ai donc profité pour prendre en photos tout ce que je pouvais. Ce qui était assez fou, c'est que je me trimballais des bagages, dont un énorme sac à dos et un sac de voyage. Je ne sais vraiment pas ce que les gens pensaient en me regardant passer de quai en quai, m'arrêtant régulièrement pour prendre un panel en photo. J'ai failli loupé mon train, mais au final, je suis très contente de ma session benching. »

Prontociao

Prontociao.

« En fin de journée, je m'apprêtais à rentrer en raison de la faible luminosité. Je me retourne et me décide à prendre la photo de ce vieux monsieur regardant un train entièrement taggué. J'aime cette photo, même si ce n'est pas un panel. Je me suis décidée à l'uploader en ajoutant la légende Prontociao qui se réfère au tag Ciao sur la tête du train. C'est aussi une expression typique de Milan quand on décroche le téléphone pour dire allo. Ce post a atteint 2700 likes sur Tumblr. Je ne m'y attendais vraiment pas. La plupart des gens l'ont rebloguée mais ont aussi ajouté des poèmes et des citations sur les voyages, la liberté, et les relations à longue distance. A ce jour, c'est la photo la plus populaire du blog. »

Chas, Milan.

Chas, Milan.

« En Avril dernier je me suis rendue à Milan pour le Meeting of Styles. C'était la première fois que j'en entendais parler. C'était un évènement qui se déroulait pendant 3 jours, des writers venant d'un peu partout se sont retrouvés pour peindre des murs légaux. Je pense que ça doit être sympa pour eux de retrouver et de faire de nouvelles rencontres. J'étais vraiment timide, j'ai pris quelques photos d'action. Première confession : regarder des gars peindre des murs légaux, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé, surtout sous un soleil de plomb. Deuxième confession : si un graffeur ne peint pas de train, ce n'est pas un vrai writer. Ce fut une triste révélation ce jour là. Je me suis baladée, j'ai lu leurs lettrages, leurs noms, mais cela m'a laissée complètement de marbre. On peut se dire que vu que le graffiti sur trains est illégal, il n'y a aucune raison que les trainwriters se retrouvent dans cet évènement. Pourtant certains sont venus, d'autres s'en fichent complètement. Le terme de graffiti writer prend désormais d'autres significations pour moi. Certains writers invités en ont tout de même profité pour peindre quelques trains. Les jours suivant le Meeting Of Styles, j'ai pu prendre en photos quelques panels d'étrangers comme ce Chas. »

Quelques photos extraites du Tumblr Spraytrains :

La jeune femme s'est également lancée dans la réalisation d'une version papier de son Tumblr dans lequel on trouve de nombreux panels.

Spraytrains trainspotting au féminin-06-511

Le 1er numéro de Spraytrains contient 84 pages en couleurs.

Il est disponible ici au prix de 5 euros.