writer's bench

Interview Utah & Ether

Interview Ether-Utah -511

Sean Irving s'est entretenu avec Utah & Ether, le couple de writers globe-trotters, pour le 28ème numéro du magazine Acclaim.

Depuis 2009, date de leur incarcération aux États-Unis, les Bonnie & Clyde du graffiti n'ont pas raccroché les gants, bien au contraire. Passionnés par les métros, ils parcourent le monde pour découvrir de nouveaux systèmes et en profiter pour faire de nombreux throw ups dans les rues de Bangkok, Hong Kong, Taipei entre autres.

« Je devais partir pour un voyage en voiture avec un bon ami, mais il s'est désisté au dernier moment. Il ne voulait pas que j'y aille seule et m'a proposé de partir avec ses potes, l'un des deux était Ether. Je le trouvais vraiment bizarre. on a fait 6 heures de voiture pendant lesquelles il a dormi. Quand on est arrivé à destination, il s'est réveillé, on a peint un train puis il s'est rendormi pour le retour. Je le trouvais vraiment étrange, mais il avait de l'argent pour l'essence, donc c'était nickel! »
-Utah

« Il y eu une sorte de renaissance du graffiti sur trains aux États-Unis. Beaucoup de gens s'y sont mis sans savoir réellement ce qu'ils faisaient. On a été les premiers à voyager pour traquer les systèmes qui n'avaient pas encore été beaucoup peints »
-Ether

« De nombreuses personnes aux États-Unis ne planifient rien et ne savent pas ce qui est cool et drôle à faire. Je pense que le crew MUL a réussi à se distinguer en ayant en une longueur d'avance, et c'est toujours le cas. »
-Utah

« On est en Asie en ce moment. C'est vraiment très détendu. La scène graffiti est vraiment très jeune et tellement différente de la culture asiatique. »
-Utah

« Dans l'intêret de tous, il est bon de s'informer sur la surveillance exercée à notre insu par les médias sociaux, les mails, les adresses ip, les données EXIF. Je ne suis vraiment pas un grand fan de twitter, l'utiliser c'est comme se dénoncer : je suis là en ce moment et je fais ça, venez m'arrêter. »
-Ether

L'interview est à lire dans son intégralité ici.