Graff Bombz n°48

« Bon, maintenant, on peut vous le dire… Le secret de longévité de Graffbombz (bientôt 10 ans quand même !), on le doit à une très gentille vieille dame qui est aussi très très riche. Et de temps en temps, elle demande à sa comptable d'aller nous chercher une enveloppe pleine d'argent qu'elle nous remet à la fin d'un dîner pour pouvoir imprimer le mag et partir en reportage interviewer des graffeurs du monde entier quand on veut. Bien sûr, les mauvaises langues nous dirons qu'en échange, on lui a fait la promesse qu'aucun tagueur ne “gribouillerait” sur la porte de son hôtel particulier, mais ce sont des médisants et des jaloux qui ne connaissent pas de vieille dame très gentille et très riche… Aussi, pour ce numéro qui a un peu de retard parce que la vieille dame est embêtée en ce moment, on a pu aller à la rencontre de Beet, au nord de l'Allemagne qui est l'un des plus digne représentant du graffiti d'outre-Rhin. Ensuite, direction Rouen et sa White Trash Army spécialisée dans les fresques monumentales stylées qui parlent d'elles-mêmes. Nous avons aussi été à la rencontre de Jupe, au style mêlant graphisme, géométrie et aplats avec un sens rare des couleurs. Nous revenons aussi sur un événement qui a eu lieu en banlieue parisienne et qui a réuni le DMV crew. Enfin, un petit aller-retour en TGV à Poitiers, pour admirer les crânes monumentaux de Fred Calmets, un graffeur passé à la peinture sans toutefois renier l'extraordinaire liberté de peindre en pleine rue. La vielle dame très gentille et très riche aime beaucoup, elle lui achètera sûrement une toile prochainement… Bel été à tous. »

Edito Graffbombz n°48

Graffbombz n°48 est disponible sur allcity.fr et en vente dans les kiosques.

Téléchargez la preview ici.

Les commentaires sont fermés.