Grenoble Street Pourrie

Grenoble Street Pourrie-511

Une drôle d'initiative a vu le jour à Grenoble, intitulée Grenoble Street Pourrie. Il s'agit d'un site de recensement de graffitis dans les rues de la ville, motivé par le ras le bol des riverains. Un outil de délation parfait, anonyme mais qui permet aussi aux amateurs d'y trouver quelques pièces intéressantes.

« Nous sommes une initiative citoyenne, co-construite, indépendante, auto gérée, républicaine. A Grenoble : street art ou streets pourries ? Voyez par vous même – Ce qui nous a décidés à lancer cette action est un ras le bol provoqué par ce triste constat : bien plus que la majorité des villes, Grenoble est massivement vandalisée et enlaidie par les tags et les graffitis. Ce phénomène n'est certes pas nouveau, mais il bat désormais des records et il continue de grossir. »
-Grenoble Street Pourrie

Derrière cette pseudo initiative citoyenne indépendante se dissimule une action d'un collectif de citoyens menés par le bout du museau par François Tarantini, candidat UMP déçu face au candidat écologiste, Eric Piolle, qui a remporté les élections en 2014, une manière de prendre sa revanche en quelque sorte…

5 commentaires

  1. freddy krueger le

    cool !

  2. joe la baroud' le

    GND au top, les BNF et leurs endroits improbables, ça bouge bien à Grenob’

  3. Laurent Wauquiez sale p*** le

     » François Tarantini, candidat UMP déçu »

    Heureusement qu’il ne se présente pas à Lyon.

  4. Pifou le

    Ou comment faire de la pub aux peintres locaux et risquer un retour de bâtons bien mérité pour Le Républicain !

  5. » affirme Jerome Catz, fondateur de Spacejunk, le centre d’art du quartier Championnet. Contrairement aux mouvements de peinture des siecles precedents, aucun manifeste n’est a la base du street art. La rue est le seul denominateur commun a l ensemble. «