Saeio @ Galerie P38

Saeio @ Galerie P38-511

Saeio PAL s'installe à la galerie P38 jusqu'au 24 Décembre 2015 pour son exposition personnelle intitulée Nolens Volens.

« Nolens Volence qui signifie en latin vouloir, ne pas vouloir met en scène les effaceurs (agents municipaux chargés d'effacer les graffitis). Ici, le graffeur représente 50% de la démarche. En venant appliquer son graff sur un support urbain, il le donne à la ville sachant que l'objectif est la mutation de ce don par l'effacement et que sa finalité est sa disparition. Voilà la mécanique du Nolens Volence […] Pour l'effaceur, une possibilité de jeu d'effacement infinie s'offre à lui. Le tagueur, lui, vient conditionner à son insu l'effaceur en tant qu'artiste. Le même tag posé cinq fois, sera effacé de cinq manières différentes par le même acteur et c'est ici que s'ouvre un segment lié à l'inconscient où peut se produire l'art. Nolens Volence est un manifeste qui consiste à dire que l'effacement devient une œuvre d'art à part entière. »

Réunissant plus d'une dizaine de tableaux, indoor, à échelle humaine, à l'échelle de la ville, fragments de l'interaction intime qu'il entretient avec elle. Résonant avec sa compagne fidèle, la rue, autour d'une exposition outdoor. Une trentaine de peintures seront visibles sur stores en un parcours balisé dans le quartier de la galerie P38, recensé dans un catalogue disponible à la vente pendant l'exposition.

Galerie P38
33 ter rue Doudeauville
75018 Paris
Plan d'accès ici

9 commentaires

  1. un parcours balisé le

    Cé bo comm 1 kmion tou n9.

  2. Jean Roucas le

    J’ai du mal à voir/trouver en quoi le nettoyeur peut-être considéré comme artiste, il n’est pas concerné, et ne cherche pas à l’être! La plupart du temps c’est juste un mec qui s’en cogne et qui est payé une misère pour nettoyer des symboles qu’il ne comprend pas, qu’il ne regarde pas autrement que des taches à cleaner… Dans ces conditions quoi de plus normal qu’il repasse 5 tags « jugés identiques » de manière complètement différente? Ok pour la symbolique de l’essence du graffiti qui est voué à disparaître quoiqu’il advienne, mais je trouve le parallèle un bizarre. Il n’est pas là pour réfléchir le pauvre! En tout cas beau florilège de peintures façon Saeio.

    • freddy krueger le

      c’est juste un « concept » moisi pour vendre ses merdes y’a rien a comprendre…
      vivement que les KO passe par la !

  3. faire savoir le

    et beh, on progresse…

  4. Je base ma coke et je relance de deux le

    Petit à petit…l’oiseau fait son nid.

  5. adam le

    rololo regarde moi ce phrasé de bourgeois : le netoyeur n’est pas la pour refléchir le pauvre !
    non mais ou notre monde .
    L’artiste ulilise toutes les etapes de la vie d’un graffiti dans la rue , donc le netoyage en fait parti !
    en plus dans le cas présent il netoie et repase lui meme ses propres graffitis que les jaloux repassent .
    vivement que les KO passent par là pour qu’ils disparaisent encore !
    de plus on ne parle pas du netoyeur en personne , mais de l’aspect esthetique de la chose …. mais ça doit surement depasser ta petite tete de jean roucas . Le groupe de type qui peignent par dessus les autres n’est autre qu’un groupe de poubelistes qui recuperent et grattent la reconnaissance là ou elle se trouve ! c’est a dire chez saeyo dans ce cas précis, pronant un « on s’en bas les couilles de eux  » completement creux .

    • Jean Roucas le

      En quoi le fait que l’on ne parle pas du nettoyeur en personne change quelque chose à la problématique de la crédibilité de l’oeuvre?

    • freddy krueger le

      « rololo regarde moi ce phrasé de bourgeois »
      marrant venant de la part d’un mec qui défend un bourgeois, tu l’as déjà entendu s’exprimer saeio ?

      « repase lui meme ses propres graffitis que les jaloux repassent . »
      les jaloux… l’argument classique qui sonne complètement creux justement, les KO ont bien plus marave paris que ce bouffon et ses stores flingués qui font le tour du net, en vrai n’importe quel parisien honnête reconnaitra qu’il n’est pas si présent que ça, quelques camions et stores autour de chez lui et basta, quand a la banlieue il est tout simplement inexistant.

      « vivement que les KO passent par là pour qu’ils disparaisent encore ! »
      pour l’instant ils sont toujours la, surement parce que l’autre tox a fini son expo, ou qu’ils lui sont tombé dessus…
      en tout cas j’adore leurs flops avec fond saeio, ça pète en plus de remettre les pendules a l’heure !

       » qui recuperent et grattent la reconnaissance là ou elle se trouve ! c’est a dire chez saeyo dans ce cas précis,  »
      la reconnaissance de qui ? des bouffons comme toi qui mélange graffiti et art contemporain ?? qu’est ce qu’ils en ont a foutre…