Attaques sur le métro de Séoul

attaques sur le métro de Seoul-511

Les capitales asiatiques regorgent de systèmes métropolitains exotiques, qui attirent irrémédiablement les trainwriters hardcore en quête d'un modèle original. On se souvient qu'après une traque organisée par l'Interpol local, 2 allemands sont derrière les barreaux pour 9 mois à Singapour pour un panel. Cette fois, ce sont des writers australiens qui se sont attaqués au métro de Séoul, échappant de peu à l'arrestation.

Le 2 Février 2015, 4 australiens portant casquettes et sweats à capuches sont aperçus autour de la station Wangsimni dans l'Est de Séoul vers 4h du matin. Dissimulés par un arrêt de bus, ils découpent les grilles de ventilation avant d'accéder à un lay up pour peindre une rame de la ligne 5. 2 jours plus tard, ils s'introduisent dans la station Anam dans le Nord Est de Séoul pour peindre un panel Fedup.

Le jour suivant, les 4 individus récidivent dans la station Sinnonhyeon.

Les 4 australiens retournent dans leur pays d'origine, et ce n'est que le 7 Février 2015 que les recherches de la police conduisent à leur identification, aidées par les images de vidéosurveillance et les dossiers d'immigration. Les 4 individus ont passé 10 jours à Séoul, consacrant au moins 3 nuits à peindre dans le métro.

« On ne comprend pas comment des étrangers qui ne sont jamais venus en Corée du Sud connaissent si bien les infrastructures du métro. »

a déclaré Shim Mun-sik, chef d'un département d'enquête du crime de la police de Seongdong.

Ces dernières années, le graffiti sur métro a rapidement augmenté. Selon la police des chemins de fer coréens, 12 cas de graffiti sur les rames de métro ont été signalés en 2014, contre un seul en 2013.

Il y a déjà eu 4 cas cette année, dont 3 par le groupe d'Australiens. Le cas le plus récent s'est déroulé le 13 Février 2015 à la station Gunpo. Les auteurs n'ont pas été identifiés.

« Nous pensons que la plupart des graffitis ont été peints par des étrangers. »

a déclaré Kim Hyeon-mo, un officier de la police des chemins de fer Corée.

« Et nous avons découvert que la plupart des responsables de ces actes sont australiens ou canadiens. »

Lim Hun-il alias Houdini, un artiste coréen explique que :

« Voir un train tourner avec son pseudo dessus est un grand honneur. »

Une autre artiste graffiti déclare :

« Il est probable que que les auteurs de ces graffitis soient professeurs d'anglais la journée et vandales la nuit. »

Aucun étranger n'a été pris en flagrant délit, sûrement parce qu'ils ont réussi à quitter le pays rapidement comme le groupe australien. Ce type de délit n'est pas suffisant pour demander l'extradition.

« Apparemment, les plans de nos stations de métro sont connus des étrangers. Certaines stations ont été la cible des vandales plusieurs fois comme la station Wangsimni (4 fois) et la station Geumjeong (3 fois). »
– Kim Hyeon-mo

La compagnie d'exploitation Seoul Metropolitan Rapid Transit Corporation en charge des lignes 5 et 8 a fait ressouder les barres des ventilations des 157 stations et renforcé la sécurité dans les dépôts.

Korea Railroad et Seoul Metro Line 9 ont aussi augmenté leurs moyens de surveillance.

Source : Korea Joongang Daily

Un commentaire

  1. jason le

    those asian graffiti expert witness writers! asian writers are snitches!