Chris 217: l'énigme de New York

L enigme Chris 217-511

Au début des années 80, une quantité impressionnante de writers talentueux peignait le métro de New York : Seen, Zephyr, Dondi, Lee, Blade, T-Kid, Revolt, Kel, Min, Bil-Rock, la liste est sans fin, tout comme les dommages occasionnés. Le Vandal Squad connaissait la plupart des grosses pointures de l'époque et pourtant ils n'ont jamais mis la main sur leur cible n°1 : Chris217.

Chris217 a grandi à Manhattan et est naturellement tombé dans le graffiti au milieu des années 70. Il s'est rapidement fait un nom sur la ligne 1 en utilisant le pseudo Devlin.

« Je prenais le métro du centre ville à South Ferry avec Michael, le petit frère d'Ali pour taguer dans les rames. A cette époque je voulais vraiment devenir un roadie, je travaillais dur et j'ai rapidement quitté la scène graffiti. Je suis revenu fin 1978 avec mon nouveau pseudo, Chris217. »

Pendant quelques années, Chris217 était un stakhanoviste du graffiti, ruinant les rames et les rues avec son tag rapidement griffonné, cependant, c'était un problème. Le graffiti était devenu un jeu de finesse, des writers comme Zephyr et Jester avaient fait du tag une œuvre d'art. Chris217 n'était pas là pour le style, sa philosophie s'inspirait de Taki183 : si ça prend plus de 3 secondes à faire, ça ne vaut pas le coup et il avait raison. En 1980, la ligne 1 était saturée de graffitis complexes. Seul Chris217 sortait réellement du lot, bien lisible, impossible à rater. Et ce n'était pas une question de style mais bien de quantité.

« Je débarquais dans le tunnel de la ligne 1 vers 2h du matin, juste après que les balayeurs aient fini de travailler, je les suivais sur le trajet de leur départ. J'avais toujours sur moi trois ou quatre marqueurs uni-wide et quatre bouteilles d'encre ainsi que d'autres marqueurs et de la peinture. J'avais aussi du dissolvant, ce qui m'a permis d'effacer les noms de mes concurrents et les remplacer par des tags bien épais. Je croyais en l'excès, ce qui signifiait que pour essayer d'attirer l'attention, j'écrivais mon nom 20 fois dans le même train, personne d'autre ne consommait autant d'encre, sauf Ban2, c'était un sacré bomber. Je faisais tous les trains et rentrais chez moi quelques heures, avant de recommencer. Cela a duré environ deux ans. Si je ne peignais pas dans le tunnel alors je sortais dans les rues, en vue de d'éclater un nouveau quartier à chaque fois « .

Le Vandal Squad était particulièrement irrité par la présence de Chris217. Le grand public ne pouvait pas lire les wild styles élaborés contrairement aux tags simples de Chris217. Il est donc devenu une cible idéale pour le Vandal Squad. En 1980, de nombreux writers sont entrés en galerie. Certains ont considéré que Chris217 jouait contre eux. Tout le monde avait un avis, y compris Chris217 :

« Je n'ai rien contre les gars qui exposent en galerie, mais penser qu'ils puissent empêcher certains d'éclater les métros est complètement ridicule. »

A partir du moment ou Chris217 a commencé à peindre d'autres lignes, il est devenu une énigme. Qui était ce gars ? Même les plus acharnés des writers de l'époque ne l'ont jamais découvert. Comment Chris217 pouvait faire autant de dégâts en solo ? Il descendait dans les tunnels toutes les nuits et pourtant personne ne l'a jamais croisé. En 1981, il était partout à New York. Quelques années plus tard il rencontre sa femme et met un terme à sa carrière de writer. Une jolie jeune femme blonde de Pennsylvanie a réussi à faire ce que le Vandal Squad n'a jamais réussi.

Il semblerait pourtant que Chris217 fasse aujourd'hui un petit come back dans la Grosse Pomme… Ou s'agirait-il d'un copycat ?

Source : 1981

6 commentaires

  1. Capdorigine le

    Une histoire comme j’aime.

  2. pie vert le

    parfait !!

  3. Pilote le

    C’est bien lui , il était au 30eme anniversaire du 156 crew

  4. Cool story

  5. n'importe qui ou quoi le

    cool

  6. voyageur le

    il a une vraie degaine.. belle histoire.