5 minutes with Fino

5 minutes with Fino - 511
5 Minutes est un projet vidéo initié par Arte Creative en collaboration avec le blog ILG. Pour cet épisode, Sarah Paulus s'est entretenue avec Fino, un writer ultra actif dans les dépôts de trains et de métros de Berlin depuis plusieurs années.

« Je n'ai bien sûr pas couru immédiatement à l'entrepôt pour me faire un wagon entier. A l'époque je ne savais même pas ce qu'était le graffiti. […] Je suis parti stylo en main et j'ai laissé mon nom partout. Le vrai. J'en savais rien à l'époque ».

« Lorsque j'ai compris qu'on pouvait peindre un train illégalement, c'était comme un rêve devenu réalité. Il n'y a rien de mieux. Personne pour t'embêter. On n'entend que le bruit des trains qui passent. Et on peut montrer de quoi on est capable en se surpassant constamment. »

« J'adore faire des whole cars.[…] Celui qui veut progresser doit se faire des aide-mémoires, pour se rappeler de ce qu'il a fait et comment il l'a fait. »

« On ne peut même pas regarder par la fenêtre tellement il y a de pubs collées dessus. A l'extérieur on est bombardé d'actualités et de messages. Dans les wagons il y a des écrans publicitaires ou des news qui défilent. Je rentre dans le train et je vois qu'une femme s'est fait violer en Inde. Personne ne m'a demandé si j'avais envie de voir ça »

L'interview est à lire intégralement ici.

12 commentaires

  1. Oldtimer le

    Enfin du vrai graffiti, ça fait plaisir de voir que cela existe encore.

    • Papa le

      En ce qui me concerne, Berlin est l’étalon auquel je compare tout le reste du Graff. Dans les rues, sur les toits, sur les voies, dans les dépôts… ça a TOUJOURS été difficile de peindre, là-bas, et ça ne les a jamais empêché de faire de la qualité.

      Ceux qui s’abritent derrière leur étiquette mal orthographiée de « vandal » pour faire les croûtes auxquelles on est habitué en France sont des demeurés et des feignasses.

      • voyageur le

        ouais enfin les rues de Berlin sont relativement accessibles… il suffit de voir a quel point les rues sont retournées pour comprendre que ni la mairie, ni la police, ni memes le habitants n’en ont pas grand chose à faire de l’etat des rues… c’est aussi ce qui donne son atmosphere particuliere a cette ville.

        • voyageur virtuel le

          Comme partout ailleurs sur la planète, les habitants de Berlin détestent le graffiti. Et les autorités le détestent encore plus, à un moment ils ont même testé les hélicos pour tenter d’endiguer le streetbombing, c’est dire : http://www.wsws.org/en/articles/2005/04/berl-a28.html
          la vérité c’est que pour peindre à Berlin, en particulier des trains et des métros (mais aussi des rues), il faut être un putain d’acharné. Et Berlin en regorge. Alors bien sûr la comparaison avec une métropole équivalente, genre Paris, fait un peu mal au cul… des parisiens.

      • ohoh le

        Ce n’est pas « difficile de peindre labas », c juste qu’ils sont plus « sévere et éfficace » en cas d’arrestation et jugement.
        Berlin est largement plus grand que paris, pour les mec qui font du aintr ya beaucoup plus de bon plans en fin de ligne entre autre qu’a paris,,,

        • Papa le

          Comment arrive-tu à séparer l’aspect technique de l’aspect judiciaire ? Ces aspects – et d’autres – sont indissociables à mes yeux.

        • ohoh le

          « L’occasion fait le larron », et ya plus d’occasion sur aintr labas,,,,tant que tu n’est pas fiché pour fitigra,,,,c le paradis des impresionistes.
          Une foi fiché,,,,la c’est ok, l’aspect judiciaire peut etre pris en compte, et sa depend de ta fiche,,,

  2. Papa le

    Upvoted.

  3. capcat le

    Y a même pas les crédits pour les zik quoi ?!

  4. yes le

     » Il n’y a rien de mieux. Personne pour t’embêter. On n’entend que le bruit des trains qui passent. »
    Sa fait plaiz qu’il reconaisse que la rue c plus compliqué

    • yo le

      Roulant : Moins de chance de se faire péter mais gros ennuis en cas de serrage.
      Rue : Probabilité de se faire péter multipliée par 10 mais moins grave aux yeux de la justice.

      • yes,complément le

        Je suis d’accord, apart pour la campagne/province, ou il y a des cas de prison non médiatisé pour de la rue…