Le street art Monoprix fait débat

Monoprix Street art - 511

Pour cette rentrée 2014, Monoprix propose désormais dans tous ses magasins une collection capsule en collaboration avec trois graffeurs parisiens : NastyPro176 et Tanc.

A cette occasion, ces artistes se sont attaqués à la mode femme, homme, enfant et aux articles de maison. Baptisée Street-Art pour Monoprix, la collection comprend des t-shirts, culottes, chaussures, pochettes, et même des torchons ou des maniques. Pour les amateurs du genre, c'est une occasion unique de s'offrir à petits prix des objets customisés par des artistes qui font carrière en galerie.

Rien de vraiment nouveau sous le soleil donc, puisque les marques nous ont déjà habitué à de grandes collaborations avec différents artistes issus du graffiti. Honet a réalisé une collection capsule avec Lacoste, Kongo avec Hermès et plus récemment 2Shy, Ilk, Pablo Cots et Tyrsa ont participé au projet Axe Peace en collaboration avec la marque de streetwear Wrung, pour ne citer que quelques exemples.

Pourtant cette fois, beaucoup semblent plus offusqués que d'habitude par cette collaboration. Street Rules n'hésite pas à titrer La dégueulasserie du jour: Le street-art chez Monoprix.

« Cette dégueulasserie allait passer tranquille sans que personne ne réagisse. Je ne trouvais rien pour contrer cette merde. Parce qu'en parler juste pour l'annoncer, c'est du buzz à unique intéressé. Il fallait quelque chose de plus fort, quelqu'un à mettre sur le devant face à cette farce géante. »

Monoprix Street art - 02-511

Konbini en rajoute une couche en s'étonnant d'une utilisation mercantile du street art :

« Ici, c'est toute la machine du groupe Casino, leader sur le marché des commerces de proximité, qui se met en branle pour proposer une ligne déconnectée de son terreau premier (ce n'est pas la première fois), dans des lieux de distribution grand public, pour des produits domestiques destinés à une cible toute autre. Et non pas pour présenter le street art, mais pour en faire une marchandise. Ça, on en est sûr. »

Serait-il plus suspicieux de travailler avec la grande distribution qu'avec des marques de luxe ?

Cette critique d'une supposée récupération n'est pas si récente qu'il n'y parait. On peut évoquer Keith Haring dans les années 80, qui a été un des premiers à proposer des produits dérivés à prix abordables dans ses Pop Shops, une démarche déjà très controversée à l'époque dans le milieu de l'art.

Tempête dans un verre d'eau donc ? Martin Parker lui a choisi de réagir avec humour, proposant une critique acerbe et rigolote de l'évènement passant avec quelques détournements d'affiches très réussis :

On attend aussi, bien sûr, la réaction de l'incontournable Kidult. Notre justicier des temps modernes, armé de son extincteur à peinture, va-t-il s'attaquer avec véhémence à toutes les vitrines des Monoprix de France ?

En tout cas, belle ironie de l'histoire, puisque sans le savoir, les Monoprix avaient grandement sponsorisé le graffiti parisien dans les années 90, grâce aux fameuses bombes Krylon étiquetées Sipratic, laissées quasiment en libre service dans leur magasins…

Photos : Mes vitrines, Street Rules

17 commentaires

  1. kikou le

    oui et le DA qui a fait toutes la campagnes monoprix c’est un ancien writers, ya pas de mal fiston

  2. Papa le

    Monoprix, Lacoste et les agences qui les convainquent de co-opter des graffeurs ne sont pas critiquables, en l’espèce : ils sont à leur place et font leur boulot. C’est le cynisme assumé des graffeurs qui participent à cette mascarade, qui peut être discuté, à mon avis.

  3. c64 le

    « Le street art Monoprix fait débat », le street-art a bon dos, il s’agit ici de graffeurs et pas de street-artistes.
    Street-rules sont bien faux culs aussi. Ils trouvent la collab avec Monoprix dégueu, mais 3 articles sur 4 sur leur site parlent d’événements sponsorisés par Nike, Lacoste & co.

    Ce qui choque ici, c’est le coté grand public de Monoprix et que Nasty & co signent sous leur vrai nom. Mais ça fait un paquet de temps que des graffeurs/street-artistes travaillent comme graphistes et ont diffusé l’imagerie graffiti dans la pub.

  4. rmg le

    Les mecs ramassent du blé là où ils peuvent il n’y a pas à critiquer ca, peut importe que ce soit degueulasse et vendu par monoprix lidl ou cartier.
    Faut pas cracher dans la soupe, ceux qui se plaignent de la demarchent regrettent simplement de ne pas réussir à obtenir des marchés pareils. $$$!

    • freddy krueger le

      comme si tout les graffeurs étaient obsédé par l’oseil et prêt a se prostituer pour monoprix ou lacoste…on a pas tous succombé aux joies du capitalisme cher ami.

    • full metal jacky le

      J’avoue, faudrait réfléchir un tant soit peu avant de se jeter à corps perdu sur ton clavier. Tout les writers ne sont pas en quête d’argent en vendant leurs jolies petites « oeuvres » aux premières entreprises qui, pour la majorité, récupère un max de buzz en chiant radicalement sur l’essence ce mouvements. Je te conseille de lire « No logo » de Noemie Klein si l’envie te prend de réfléchir un peu au système dans lequel tu évolues. C’est un livre parmi tant d’autres…

  5. freddy krueger le

    « Serait-il plus suspicieux de travailler avec la grande distribution qu’avec des marques de luxe ? »
    all city renseignez vous sur qui est « monoprix » ils sont pire que les marques de luxe, sans même parler d’argent c’est les spécialistes de la javel sur les invendus pour pas que les sdf puissent les récupérer en plus maintenant ils mettent des affiches demandant de ne pas donner d’argent ou de nourriture aux « mendiants » qui sont devant leurs magasins !
    bref votre pote pro et ses acolytes devraient avoir honte de taffer pour des ordures pareil.

  6. voyageur le

    genial les affiches de martin parker… pour revenir au sujet, comme le dit C64 ca doit etre le coté ouvert et accessible au grand public qui dérange, lorsque cäest vendu par cartier tout le monde ne se sent pas concerné, la c est monsieur et madame tout le monde qui peuvent acheter ce splendide gant de cuisine floppé nasty. En plus, nasty, pro et tanc ne sortent pas de nulle part, ils ont faits leurs preuves dasn la rue, ce ne sont pas spécialement les blazes que tu t’attends a retrouver chez monop. Mais la encore comme dit rmg, les mecs ramassent le blé la ou il est.

    • Papa le

      Non, luxe ou grand public, cartier ou monop… peu importe qui paie et pour quoi : tu vends du « graff » t’es une baltringue. Point.

      Pour avoir de l’argent, tu fais des études et tu travailles, comme tout le monde. Et puis tu fais des graffs dans ton temps libre.

      • popo le

        Tu graffes, et tu fais la leçon sur Allcityblog, tu es une baltringue, point.

        • Papa le

          Mais une baltringue multi-tâche, attention!

  7. A-team le

    En lisant tout ca et en regardant les « articles qui pourraient m intéresser  » je clique sur Honet x Lacoste . Je me pose la question pourquoi je trouve vraiment ridicule tanc pro et nasty qui signe pour monop , et honet ca ne m a jamais déranger, je pense pas que ce soit le rapport industir du luxe vs grande distribution qui me gène ici car je chierai bien sur le carré Hermès designé par Kongo . Ce qui me dérange je pense c est plus les personnages en fait , Nasty qui parle  » peinture » avec Psy devant une toile réalisée à la bombes sur laquelle on peut lire  » n-a-s-t-y  » . Pro qui inscrit dans l histoire de l art son livre que montre milles mur qui me donne envie de tourner la page et tanc…..mouais tanc quoi …..
    Honet il peint peut etre moins que les autres mais ils resté intègre selon moi, lorsqu il signe pour lacoste, il se reprend un billet d avion pur aller dans un motel moisie, et prendre en photo des modèles de train que personne n as encore vue, et se perdre dans de nouvelles culture, eventuellement ramener des images incroyable de bataille de hooligans en russie qui ont battie la carière de cyprien gaillard, lorsque ce dernier les subtilisent et les fait mettre en musique et projetant dans le white cube.  » critique du post modernisme  » (lol)
    Après c est la facon que chacun a de voir le graffiti (tu veux mettre la couronne sur ton tag ou tu cherche a jouer avec tes peurs ), Pro il est content quand il peint un arcade en collaboration avec cope, cope quand il quitte son petit royaume le pauvre garcon est completement déboussollé mais dès qui rentre il remet sa corone et toy tout jeune qui essaye de pousser ses limites a leur propres échelles. Tous ces gars se racontent tellement d histoire sur ce qu ils font , quelqu un comme honet continue a se poser des questions  » j y vais j y vais pas c est chaud ou pas  » mais toujours aussi curieux.Les autres revent du trone mais faudra s assoir les genoux de booba ! et c est ce qui fais d eux de grosses  » piches  » comme ils disent a montpelier. Honet cherche et si il dessine assez bien pour se faire payer quelques voyage par Lacoste et bin  » il a bien niqué costla !  » et garde les meme esprit qu a ces début remarque peut etre que pro, tanc et nasty aussi c etait juste des intentions differentes ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>