Graff Bombz n°58

À l'heure où l'Europe tombe enfin la chemise et enfile maillots de bain et bikinis, certains lecteurs assidus et à l'œil perspicace ont remarqué que, depuis le dernier numéro, les photos de body painting sur “bonne copine carrossée grand style” ont disparu. Et certains de s'interroger : retour discret de l'ordre moral ? Censure pudibonde ? Talibanisation des esprits ? En fait, rien de tout cela… Simplement, on en a un peu marre, à la rédaction, de tous ces writers qui peinturlurent leur blaze avec plus ou moins de talent sur une “meuf”, de préférence plutôt canon. On aimerait (n'est-ce pas Mesdemoiselles ?) pouvoir admirer aussi de solides gaillards à la plastique digne d'un mec en couv' de Têtu artistiquement peints, revendiquant ainsi jusque dans l'art du writing une saine parité ! Seulement voilà, le writer rechignant assez peu d'ordinaire à exercer son art sur la plastique féminine semble beaucoup plus timide avec ses copains de crew lorsqu'il s'agit de s'affairer au Posca sur leurs pectoraux… Aussi, à l'heure où la nudité apparaît comme l'ultime arme des rebelles occidentaux, c'est un véritable appel que nous lançons aux fanas du body painting : profitez de vos summer sessions pour pratiquer un bodypainting paritaire ! Car dorénavant, nous ne publieront ce type de photographies que dans un strict respect du principe d'égalité entre les sexes : pour une fille dénudée peinte, il y aura un gars dénudé peint !
Ceci étant dit et pour s'inspirer, voici enfin ce 58ème numéro (Graffbombz vient de fêter ses dix ans et est en pleine crise de puberté !).
Au sommaire, la fine fleur du graffiti made in France dans toute sa diversité, ses tendances, familles et sous-familles, du street bombing hardcore au fresques stylées les plus léchées.
En interviews : Yome des VMD, le duo Sismik & Azot, Wile de Marseille et Momies, sans compter nos rubriques habituelles : chromes, freights fever, sketches & Blackbook, Tagz, Throw up's, Mixed stuff…
Bel été à tous et rendez-vous cet automne pour un compte rendu full colors des activités artistiques estivales de la scène graffiti made in France.


-Graffbombz Team

Tous les 3 mois, Graff Bombz présente l'actualité du graffiti en France et au delà. Retrouvez dans ce numéro des interviews de Yome VMD de Paris, le duo Sismik & Azot, Wile de Marseille, Momies de Montpellier et toutes les rubriques habituelles de photos.

Graffbombz n°58 est en vente ici sur Allcity.fr et dans les kiosques à journaux de France. En voici un aperçu, également téléchargeable ici sous forme de fichier PDF.

9 commentaires

  1. courg8 le

    mais comment je supporte pas la mise en page de ce magazine…

  2. romain le

    Très déçue de ce numéro…C’est de mon point de vue, le plus raté depuis pas mal de temps!

  3. c’est clair que xg et innercity avaient une autre carrure….

  4. atomic le

    J’ai le magazine entre les mains, et franchement ya carrément des bons trucs dedans. XG et Innercity déchiraient c’est sur, mais les 2 sont morts, tout comme graff it blazing and co (mais bon ceux la je les regretterai pas….) donc autant supporter le très peu de mags de graff qui reste en place dans la presse française, non?

  5. Allticy le

    Les magazines de graff c’était mieux avant.

  6. nimporte qui ou quoi le

    j’ai feuilleté ce torchon au relay de la gare (comme ce que je fais parfoisl, car ça devrait être interdit d’acheter ce genre de merde payante). et c’est une grosse merde. graffbombz c’est un concentré de merdes de graffeurs ambulants qui envoie leur toffs de leur crome pourris tous les mois. une mise en page nulle à chier, des rubriques de merdes, on croirait picsou magazine ce truc, faut pas acheter ce magazine, hormis si vous débutez le graffiti il y’a un an ou deux semaines car vous êtes des bouffons. mais le pire ce ne sont pas ces ramassis de graffeurs présents avec leur crome pourris diformes aux influences faussement msk revok, non ce n’est pas eux les pires, mais bien les imbéciles cachés derrière ce magazine, de pauvres ignares sans noms qui se font de l’argent sur le dos de pauvres enfants des beaux-arts skateurs du dimanche.
    minables!

  7. Jeep le

    Bonjour,
    Je suis jeep, 30ans, graffeur depuis bientôt 15 ans et lecteur de graff bombz depuis quelques années.
    Il m’a semblé nécessaire de vous joindre afin de vous exprimer mon désappointement suite à l’édito de votre dernier numéro.
    En effet, j’ai été choqué déjà par la photo de ce groupe de féministes extrémistes. Vous nous avez habitué, nous, vos lecteurs, à l’éveil culturel et à l’enchantement de nos yeux et non pas a la prise de parti politique quel qu’il soit. Je trouve donc cette photo particulièrement déplacée!

    D’autant + que vous nous notifiez que vous nous infligerez la punition de ne plus publier les photos de bodypaint ayant pour support des femmes aux détriment du modèle, de l’artiste et du lecteur si on ne vous poste pas des œuvres sur des modèles masculins insinuant que nous (artistes bodypainteurs) serions sexistes ou machos.

    Je pratique aussi cette discipline. Mon seul et unique modèle est ma fiancée. Doit je m’assoir sur mon principe pour votre soit disant « parité »?
    Ou est-ce une critique auprès des writers femmes de ne pas pratiquer cette art sur leur(s) keum(s) (pour reprendre votre terme).
    Doit-je vider mes poscas sur les fesses de mon pote pour vous satisfaire?

    À l’heure ou la presse papier est en péril à cause du net, et ou malgré cela certaines personnes se déplacent chez leur libraire pour acheter graffbombz 4€90 pour se faire traiter de machos!
    Si vous restez sur votre position, je vous informe que je n’achèterai plus jamais votre magasine et je le boycotterai!
    C’est le seul moyen que j’ai pour protester!

    J’ai trouvé cet édito ignoble et complètement irrespectueux.
    En espérant que les autres lecteurs choqués comme moi vous fasse remonter eux aussi leur sentiment.
    La lecture de ce magasine devrait rester agréable et nous faire passer 1 bon moment, la on est provoqué.

    Je suis déçu de cet achat, la 1ère page m’a tellement enragé que je ne veux pas lire le reste.
    En espérant que cette erreur soit rectifiée et que la politique soit bannie de vos pages.

    Salutations graff bombz team

  8. Balez le

    Graffbombz… De toute façon dès le 1er numéro il puait déjà la défaite ! T’as même pas envie de le chourer alors l’acheter !!!

  9. Camille le

    At Jeep.

    Je n’ai pas du tout compris le message comme ça. J’ai l’impression qu’il y a malentendu. L’édito ne dit pas qu’ils arrêtent de publier des femmes, ou qu’ils renient le fait qu’ils l’aient fait avant. Il me semble qu’il cherche à améliorer leur publication en faisant preuve de plus de respect et de décence par rapport à la gente féminine. Je peux comprendre qu’en tant qu’adepte de la pratique, vu la description qu’ils en font (en mettant en évidence l’aspect femme-objet, alors qu’on sait tous que quand c’est souvent fait aussi par kiff des corps des femmes…), on se sente agressé. Mais je crois qu’il faut comprendre qu’à l’avenir ils publieront femme et homme body paintés. Ca s’adresse donc AUSSI aux femmes, essayons tous d’imaginer autrement les corps des hommes… Je pense que c’est aussi un défi artistique, graffitique intéressant!
    Quant à l’aspect politique, il ne dérange personne quand on lutte contre le racisme mais dès qu’il s’agit de défendre la cause des femmes de nos jours, beaucoup d’hommes ET de femmes sont déjà prêts à déballer les clichés de la féministe poilue, énervée, anti-mec, qui brimerait tous les hommes, en leur ôtant leurs libertés de manière incohérente. J’avoue que je ne me rappelle pas quel groupe féministe était en première page… Il n’empêche que pour une fois qu’une démarche (celle de Graffbombz pas du gpe féministe..) cherche à équilibrer la situation homme femme, il ne faudrait pas exagérer (« ignoble, irrespectueux »….?!!) en retournant le débat et en se positionnant en victime du combat féministe en général. Ils parlent juste de publier autant de photos de mecs que de nanas, y a pas de perte de liberté fondamentale!
    Peace