NBK Vs. BRF

Ce jeudi 25 Octobre 2012, nouvelle opération de comm' pour les 5 membres de la brigade anti-graffiti dirigée par Emmanuelle Oster, la BRF (Brigade des Réseaux Ferrés) : interview dans le Parisien ou sur M6, et annonce avec fracas du démantèlement d'un « gang de dangereux anarchistes appelant au meurtre de policiers » (sic)… de biens grands mots pour annoncer le dernier coup de filet en date du vandal squad donc, celui des NBK (Natural Born Killers) / FTW (Fuck The World).

Anarchie, cocaïne, meurtre de policier, gang, acide, nul doute que le vocabulaire effrayant utilisé n'aura pas manqué de faire mouche auprès des juges, qui ont d'ailleurs également inculpé le groupe pour association de malfaiteurs. Rappelons tout de même que suite à la décision pénale rendue par le tribunal dans l'affaire du procès de Versailles, les graffs à la peinture sur des trains sont considérés comme des dommages légers n'entrainant pas la détérioration du support, donc punissables de TIG uniquement. Ce n'est cependant pas le cas de l'acide.

Voici l'article du Parisien :

Puis celui d'Europe 1 :

Le préjudice matériel est estimé à plus de 700.000 euros. Un groupe de tagueurs présumés de métro a été interpellé mardi, en région parisienne. Les six hommes arrêtés sont suspectés d'avoir réalisé des tags et des graffitis à l'aide de bombes de peinture ou d'acide sur les rames du métro et les trains du RER. Ils devraient être déférés jeudi devant le tribunal de Paris, rapporte Le Parisien.

Les enquêteurs ont travaillé plusieurs mois sur l'identification de ce groupe de tagueurs, connu sous le nom de NBK, en référence à un film d'Oliver Stone, Native born killers, « Tueurs nés » en français. Les six hommes étaient par ailleurs rattachés au groupe de tagueurs européen Fuck The World. Un groupe présenté comme appartenant à la mouvance anarchiste.

Les suspects, âgés de 25 à 28 ans, étaient particulièrement bien organisés. Ils avaient en effet une parfaite connaissance des réseaux ferrés parisien et francilien et se préparaient de façon quasi militaire pour leurs opérations. Sur leurs tags sont inscrites fréquemment des inscriptions menaçant la police. Certains suspects étaient déjà connus pour des faits similaires. Au total, 320 actes de vandalisme, touchant des dizaines de rames de trains, ont été recensés par les enquêteurs.

Des bombes de peintures, des masques, des bidons d'acide et de l'outillage appartenant vraisemblablement à la RATP ont été retrouvés par les enquêteurs de la Sous-direction régionale de la police des transports, lors d'une perquisition. Les policiers ont également retrouvé de la drogue en faible quantité : cannabis, cocaïne, champignon.

« C'est une équipe majeure de tagueurs qui mettait au défi la police qui a été démantelée. Le préjudice subi par la RATP et la SNCF est estimé à 700.000 euros. De nombreux document photos et vidéos trouvés en leur possession vont faire l'addition », commente un haut fonctionnaire, interrogé par Le Parisien.

« C'est aussi la première fois que le chef d'association de malfaiteurs est retenu contre ce type de délinquants », poursuit cette même source. Les tagueurs sont également suspectés de dégradation de biens publics et menaces sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Les commentaires fantaisistes de l'info radio passée sur RTL sous le délicieux titre « La bande d'anarchistes n'hésitait pas à menacer de mort les policiers » viennent clore le bal – à écouter en streaming ici, ou à télécharger en MP3.

Heureusement, certains journalistes aiment gratter un peu et chercher plus loin que les communiqués officiels. Voici l'article publié sur Rue89 :

Céleste, étudiante, n'a « pas dormi de la nuit ». Lors de notre rencontre, son frère est encore en garde à vue, avec cinq autres hommes de 25 à 28 ans arrêtés mardi à Paris et Pantin. Ils risquent d'être mis en examen ce jeudi soir pour association de malfaiteurs.

Pourtant, la jeune femme parle d'une « bande d'amis » qu'elle connaît bien : certains d'entre eux vivent en colocation, d'autres sont frères.

La police les soupçonne d'avoir tagué des dizaines de rames de métro et de RER. « Au moins 700 000 euros de préjudice à la RATP », dans un but politique, analyse RTL :

« Présentés comme proches de la mouvance anarchiste, les suspects se servaient du métro pour menacer de mort les policiers : “Un flic, une balle” était l'une de leurs signatures. Un mode opérationnel violent, à des années-lumières des graffeurs-artistes d'autrefois. »

Un « gang de tagueurs anarchistes »

Le Parisien parle de « gang de tagueurs » dont les opérations étaient préparées de manière « quasi-militaire » et chiffre les dégradations à plus d'un million d'euros.

Les perquisitions auraient permis aux policiers de retrouver « des bombes de peinture ou d'acide », « des masques », « de l'outillage appartenant à la RATP » et des stupéfiants.

Pour le quotidien, les gardés à vue sont « rattachés à un groupe de tagueurs européens connu sous le nom de Fuck The World, également affilié à la mouvance anarchiste ».

« On a eu du mal à comprendre »

Joachim est le meilleur ami d'un des jeunes hommes arrêtés. Il a contacté Rue89 parce qu'il n'acceptait pas un tel portrait de ses proches.

Dans un resto de bagels de Châtelet, il vient avec Céleste et deux autres de leurs amis. Tous les quatre ont à peu près 25 ans et un look de post-adolescents branchés, ni coincés ni punks. Ils bossent dans le tertiaire. Ils ne connaissent pas bien la procédure judiciaire et s'inquiètent :

« L'employeur d'un de nos amis nous a prévenus que la police était venue sur son chantier pour l'emmener. La mère d'un autre a vu la police arriver chez elle à 6 heures du matin. Nous n'avons pas réussi à en savoir plus, puis nous avons lu la presse. »

Et ils n'ont pas reconnu leurs amis. « On a eu du mal à comprendre que c'était eux, c'est seulement parce que leur métier était mentionné. » Joachim s'interroge :

« Comment est-ce possible qu'on parle d'eux comme ça en garde à vue, alors qu'ils ne peuvent pas se défendre ? »

Chacun est choqué par une formule ou une autre : « gang », « organisation quasi-militaire » (« Ça fait mafia ou terroriste », selon Joachim), « bande d'anarchistes ».

Pour Vincent :

« Ils ne sont pas du tout rebelles, ni même politisés. Je ne vois pas le rapport avec les anarchistes. »

Antoine complète :

« S'ils avaient dit un truc violent comme “Un flic, une balle” devant nous, on les aurait engueulés. Je connais leurs parents ! [Il rigole] Plus sérieusement, on en aurait discuté. »

« Ils ne graffent plus depuis des années »

Surtout, tous disent la même chose : leurs copains ne descendent plus taguer dans le métro depuis des années, alors que l'enquête de la Brigade des réseaux ferrées porte sur des trains dégradés depuis le mois de mars.

Pour Joachim, « nos amis ne s'attendaient pas du tout à avoir des problèmes avec la justice » :

« Tous ont graffé quand ils étaient ados et se sont rangés depuis. Cela fait des années qu'ils n'ont pas peint ensemble. »

Céleste traite affectueusement son frère de « graffeur du dimanche » :

« Il récupère des plaques de bois dans la maison de campagne de notre père et tague dessus. Ou chez lui, sur des toiles avec un aérographe. Il m'arrive de dessiner avec lui. »

« En costard-cravate toute la journée »

Antoine parle de « fils de bonne famille », de « gens normaux » :

« Il y a des groupes qui revendiquent ce côté gang et la violence. Ce n'est pas du tout leur cas. Le nom de leur groupe, “NBK” a été présenté comme une preuve de leur violence, en référence à “Natural Born Killers” [le film “Tueurs-nés”, ndlr].

En réalité, c'est un truc qui remonte au collège. Ils ont copié un groupe suisse appelé “NBC” en changeant une lettre. A l'époque, trouver une signification était devenu un jeu.

Le lien avec le groupe de tagueurs anarchistes Fuck The World est inexplicable, je n'en avais jamais entendu parler avant. »

Les amis des suspects répètent qu'ils sont « passés à autre chose » : les gardés à vue sont chef de chantier, tatoueur, designer, barmen, gestionnaire immobilier « en costard-cravate toute la journée ».

Association de malfaiteurs

Une information judiciaire a été ouverte jeudi pour dégradation volontaire en réunion sur des biens d'utilité publique, outrage à des personnes dépositaires de l'autorité publique (dans les tags) et surtout association de malfaiteurs.

Cette qualification pénale, à elle seule, leur fait risquer cinq ans de prison. Elle n'est jamais utilisée contre des personnes soupçonnées de tags.

Au parquet, on explique cette décision par « des faits commis de façon particulièrement organisée, avec une répartition des rôles bien spécifique ». Sur cette « répartition des rôles », peu de détails : « Il y avait le leader, celui qui a le matériel, ce genre de choses. »

En ce qui concerne cette fameuse « affiliation à la mouvance anarchiste », elle aurait été déterminée « en fonction des tags, de l'étude de personnalité des suspects et de ce qu'ils indiquent ». Sans autre précisions.

Les six hommes doivent être présentés à un juge d'instruction ce jeudi soir, puis au juge des libertés et de la détention, qui décidera de les libérer ou de les placer en détention provisoire. Le procureur a demandé la prison.

11 commentaires

  1. name is me le

    Je trouve qu’il y a beaucoup de confusion dans c’est affaire. Comment on t’il fait pour mettre de l’acide dans les bombes? A part si il fabrique eux meme leur bombe je vois pas comment… .
    Il y a des choses peut être vrai mais y a pas mal de ramassis de connerie des médias je pense… . Car si ont lis bien ce que disent leur entourage ils n’ont rien d’anarchiste. Et les nom de crew sont souvent un délire. Graffeur ne veut pas dire gangster quel que soit le nom du crew. Si jm’apelle TDM par exemple sa signifie pas que je suis un Tueur de Meuf… .

    Comme toute affaire médiatisé ils vont mangé… . Et comme toute affaire ils vont surment prendre des choses en plus au passage. Graff non réalisé par eux etc.
    Merci pour les infos recent allcity très bon blog et beaucoup d’info intéressant.

  2. Fitigra le

    Le passage « Rappelons tout de même que suite à la décision pénale rendue par le tribunal dans l’affaire du procès de Versailles, les graffs à la peinture sur des trains sont considérés comme des dommages légers n’entrainant pas la détérioration du support, donc punissables de TIG uniquement. » me laisse perplexe, c’est possible d’avoir le n° ?

    Merci, et courage aux familles !

    • All City le

      Nous essayerons de trouver les infos précises à l’occasion d’un futur article.

    • Moi meme le

      c’est clair ca c’est faut… ou alors il le cache bien..

  3. hello my name is abeoners , I’m from Indonesia and my crew name NBC or NOBODYCARE
    so if you want to give the name of the group stands not frightening or ferocious, until finally not considered murderers and others essentially FTP to the authorities and the media

  4. Moi meme le

    Putain djournaliste a la con… franchement ya pas la moitier des truc dedans qui sont vrai chui sur… Meutre de policier pck c marké sur un metro 1Flic = 1 Balle… nan mais fraanchement redescendez quoi…

  5. my name is le

    putin de journaliste tout ça pour faire une grosse pub pour la brf et le groupe tag en tout cas soutient au ftw et au nbk

  6. yoyo le

    Ce qui est sûr, c’est que les rames sont dégradés et ça fait plaisir a très peu de voyageurs.
    A lire les commantaires, c’est la faute de personne.
    Je me demande un truc : elles sont comment les maisons des grafeurs ? Est-il écrit 1 flic = 1 balle en gros sur la façade ? Le vitrage des fenêtres sont-ils peint ?

    • poulet frit le

      Les rames sont dégradées ? Problème de vocabulaire mon ami, tu t »es trompé de site. Ou alors tu viens y chercher des renseignements.
      Pathétique petit fonctionnaire de l’état, tu es payé pour passer ton temps sur le net à débusquer les méchants graffiteurs qui renforcent ton sentiment d’insécurité ?

      C’est quoi cette question toute pourrie, « elles sont comment les maisons des graffeurs? »

      Tu mélanges tout, propriété privée et transports publics au tarif prohibitif.

      vive la loi du talion.

  7. yoyo le

    Avez-vous remarqué que le metro londonien est beaucoup moins tagué que le metro parisien. Les londoniens sont-ils moins dégueulasses que les Parisiens ? Non, c’est simplement qu’il y a un numéro de téléphone affiché dans toutes les rames pour que les voyageurs puissent signaler les grafeurs en action.

  8. poulet frit le

    Pas mal du tout yoyo.
    Le métro londonien moins tagué que celui de Paris ? Ha bon ? Tu es un expert ?
    Pour ta gouverne il y a déjà un numéro affiché dans les rames des trains de banlieue pour les délateurs zélés.
    Les londoniens sont tout aussi crades que n’importe qui, tu parles de saleté, regarde l’état de nos réseaux, bizarre de mettre dans le m^me sac des rames pourries de vomi, des sols qui collent, des rats qui courent, et de la poussière d’amiante qui volent dans les tunnels avec… du graffiti. On se demande ou va l’argent du contribuable ?
    La SNCF et la RATP sous traitent le service de propreté, une belle réussite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>