Interview Skeo VR6

Capdorigine a interviewé Skeo VR6 (à ne pas confondre avec Skeo BP), un writer originaire de Lille installé dans le sud de la France. En voici quelques extraits :

« Mon premier contact avec une spray remonte à l'enfance, mon père en possédait pour son taf, il sciait les bombes vides pour me donner les billes qu'il y avait à l'intérieur et j'allais jouer avec mes copains sur les plaques d'égouts (NDLR : meilleur jeu d'enfance avec la chasse à l'homme) par la suite à force de les voir traîner dans le garage, je lui en ai tapé une de temps en temps pour aller poser mes premiers essais de tags, des couleurs de merde, mais quelle éclate quand tu fais ça pour la première fois ! »

« Quand c'est des mecs qui ont trainé leurs groles dans les dépôts, la rue, ça ne me dérange pas, au contraire après des années de galère, de bons et loyaux services, je peux comprendre. Après quand c'est le gars qui sort des Beaux-Arts ou d'une école de design ou j'sais pas quoi, qui se la raconte dans les galeries, expo, là ça me dérange un peu plus, enfin c'est un long débat. Le graffiti est devenu un art de bobo et a perdu ses lettres de noblesse, tout comme les autres disciplines d'ailleurs. Le hip hop j'en parle même pas! »

« Ce qu'on retiendra de l'histoire du graffiti à Lille (pour l'instant), c'est Sleek et les VR6, vrai. Stor a ramené quelque chose de frais qui manquait au milieu du graffiti lillois […]. Je sais que je viens de lâcher un pavé dans la mare mais c'est la vérité, notre vérité et celle des gens qui sont objectifs. Qui dira le contraire à part les haineux et les jalouses ? »

« Mes influences à l'époque, c'était Paris et sa banlieue des années 90 principalement, New York à travers Subway Art, Spray Can Art, et Paris Tonkar,un monstre, et quelques revues qu'on empruntait au Furet ou à la FNAC. Des blazes j'en ai a foison, il y en a trop pour les citer, c'était des grandes claques, le cul posé à l'arrière dans la 309 du daron sur le périf' parisien, walkman K7 avec des gros écouteurs en mousse orange sur les oreilles, du bon son des 90's (De La Soul, Guru/MC Solaar, Sages Po', Naughty by Nature, Moda et Dan, Fabe), casquette, chemise de baseball, Patrick Ewing aux ieps, et c'est parti ! J'étais comme un gosse au Disneyland du Graffiti ! »

L'interview est à lire dans son intégralité ici.

2 commentaires

  1. Grand merci pour le partage de tof grande qualité autant dans le discours que pour les tofs

  2. amenophis le

    SKEO – Black Painters – Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>