Rancunière, la RATP?

Des milliers de photos de trains et métros tagués dorment sous scellés au tribunal de Versailles depuis dix ans. Saisies lors d'une enquête visant à arrêter les tagueurs illégaux du métro, elles sont aujourd'hui menacées de destruction par la justice.

C'est comme une punition qui ne dit pas son nom. Ancien graffeur, Karim Boukercha milite pour que ces documents soient versés aux Archives nationales. Il est soutenu par Costa Gavras, réalisateur et président de la Cinémathèque française :

« Ces documents racontent l'histoire du rap, l'histoire de Paris, mais aussi l'histoire de la peinture. Il serait absurde, voire grave qu'ils soient détruits. »

La RATP demande des centaines de milliers d'euros à 57 tagueurs

Dans cette affaire, 57 personnes sont accusées d'avoir dégradé trains et métros dans les années 2000. La SNCF et la RATP réclament des centaines de milliers d'euros de dommages et intérêts. Le jugement civil sera rendu le 21 juin. Le destin des scellés sera alors tranché. L'autorité judiciaire pourra décider de les confisquer et de les détruire.

Emmanuel Moyne, avocat de deux tagueurs dans cette affaire a demandé que ces documents « soient rendus aux artistes » lors du jugement pénal, en septembre 2009.

« Un book, pour un graffeur, c'est un peu comme la filmographie d'un cinéaste. Les détruire, c'est frapper au cœur », explique Karim Boukercha, auteur d'un livre sur le graff dans le métro, Descente Interdite.

Cette demande a été rejetée dans l'attente du débat sur les dommages-intérêts. Le procureur de la République n'a pas souhaité s'exprimer sur ce sujet.

« Ils ont compris que les books étaient le Saint-Graal pour nous »

Ces scellés représentent plusieurs mètres cubes de photos, carnets de croquis, cassettes, disques-durs… saisis lors de perquisitions, orchestrées par le commandant Jean-Christophe Merle, en charge à l'époque d'une unité de la brigade des chemins de fer. Lui serait ravi que ces documents restent aux mains de la justice :

« A titre personnel, je me réjouis que ces documents ne leur soient pas restitués. Les tagueurs utilisent des pseudos pour se créer une autre identité dans ce milieu. Saisir les books était un moyen de casser cette identité. Les restituer serait leur redonner vie. »

Au début des années 2000, le numérique est loin d'être généralisé, les photos se font à l'argentique, en un seul exemplaire. « Ils ont compris que les books étaient le Saint-Graal pour nous », se désole Thomas G, qui a dépassé la trentaine, comme la plupart des prévenus. Il travaille désormais dans la mode mais cultive toujours sa passion du graff. Et tient à ses œuvres.

Rap UV, 35 ans, qui continue à taguer entre deux petits boulots, sous un autre pseudo, s'alarme :

« Quand on graffe un train, on peut être sûr que ce sera effacé directement. Les images qu'on rapporte sont les seules preuves qu'on ait. »

On expose la beauté du tag dans des galeries prestigieuses, on est face à une sorte de schizophrénie, explique l'avocat Emmanuel Moyne :

“D'un côté, on traîne les graffeurs devant les tribunaux. De l'autre, on expose la beauté du tag dans des galeries prestigieuses. Les sociétés de transport s'en servent même pour améliorer leur image comme l'a fait Thalys, qui a fait appel à des tagueurs pour peindre un train entier en 2009.”

En 2006, Emmanuel Moyne a gagné un procès intenté par la SNCF à des magazines diffusant des photos de trains tagués et obtenu ainsi, une reconnaissance judiciaire de “l'art de la rue”. Pour le commandant Merle, les documents saisis ne représentent “en rien des œuvres artistiques, mais des tags vandales”.

Si on détruit ces images, c'est une part de l'histoire qu'on efface, plaide Karim Boukercha :

“C'est l'histoire d'un courant artistique éphémère, d'une partie de la culture hip-hop, importante pour notre époque. Si le graff doit mourir, il mourra. Mais il faut conserver sa mémoire.”

Photos : “Pour l'Abbé Pierre” en 2007 (Vices/Descente Interdite) ; Ligne 7 en 2000 (Sife et Reyze/Descente Interdite) ; Ligne 6 en 2004 (Azyle/Descente Interdite).

Article : Marion Ablain via Rue89

13 commentaires

  1. stasi01 le

    bah ouais les mecs, quand on peint des trains, on dors pas avec son book sous son matelas pour se branler dessus tous les soirs…

    et après ça vient pleurer pour récupérer ses photos…

    j’pensais que les gars tendus, les chauds du graffiti, les vrais hardcore étaient quand même un peu moins cons que ça…
    mais non!

    • Américk le

      Mec c’est pas ça le pb! Y a d’un coté un système qui tape dur, de l’autre des gueurtas… Choisi ton camps camarade stasi !

      • keke le

        Ah non, le problème c’est de prendre ses responsabilités face aux lois.
        On pleurt pas de se faire prendre son book en perquize quand on dort dessus!
        Le problème est plus d’ordre individuel que collectif. Il n’y a pas un camp contre un autre.
        Mais des individus qui peignent d’un côté, et de l’autre des mecs qui font leur boulot!

  2. LM le

    Détruire ces photos s’apparente à un génocide culturel.

    Même si certains considèrent le graffiti comme une discipline de destruction et de dégradation, il n’en reste pas moins qu’elle porte à elle seule toute l’énergie du mouvement Hip Hop tel que nous le connaissons aujourd’hui.
    Le graffiti, comme le street art, du moins, tout ce qui est né du Hip Hop dans la rue et qui reste dans le rue, ne peut pas se réduire à de vulgaires décisions de justices prises à l’emporte-pièce par des gens qui n’ont jamais rien compris ni à la jeunesse, ni au graffiti ni à ses messages.
    Les graffitis nous choquent ? Et les matraquages publicitaires, véritable pollution visuelle et idéologique, qu’est-ce qu’on devrait en dire, alors ? Et que dire des basses manoeuvres de récupération des médias et de la pub pour retirer au graffiti tout ce qu’il a de plus subversif et de dérangeant ?
    On habitue les gens à la surconsommation et à la passivité, et pendant ce temps on nous fabrique une société anesthésiée par l’autocensure et la peur, une société ultrasécuritaire qui remplace les réverbères par des caméras de surveillance.

  3. kim le

    fallait être moins bete et y penser avant d aller faire chier le monde et tagger partout !

    si da viinci avait été assez stupide pour peindre la Joconde sur le mur des chiottes il serai certainement moins reconnu aujourd’hui.

    • va faire la grève le

      Casse toi le gar il nous parle de da vinci
      Mais prononce même pas son nom tu fais pitié avec tes références.
      T’as inventé quoi toi ???? Mdrrrrrr

  4. yoyo le

    On peut dire ce que l’on veut, ce qui est sûr c’est que les grafitis c’est moches et dégueulasse. Ca plait qu’au mec qui l’a fait, c’est tout. C’est comme l’odeur de merde quand on chie. Libre a chacun de trouver ça artistique, mais c’est de l’art de merde.
    Qu’on expose ça dans une gallerie, bah pourquoi pas. Mais pas dehors. Est-ce que je me fous a poil dehors parce que j’aime ça ? Bah non !
    A la limite, on peut trouver une petite excuse pour le gars qui a fait une super peinture. Mais franchement, un blaze enorme, c’est à chier. J’imagine le gars qui se dit « Ouais, super. J’ai peints des lettres !! J’suis trop contant ».

    Bandes de pleurnicheuses à 2 cents, « les pubs c’est de la polution », bla bla bla …. Pourquoi, elles ne te plaisent pas les super gonzesses sur les affiches de pubs ? C’est quand-même mieux qu’un blaze, non ?

    • yoyo petite p** le

      quand on connait pas on ferme sa gueule, le graff c le travail de la lettre comme la caligraphie, mais tfacon tu pourrai pas comprendre

    • match mitchell le

      Calme toi il t’arrive quoi a toi ?
      Espèce de ouf tu te prend pour qui va faire ton rageux ailleurs.
      Va faire des tests de qi normaux pour voir où tu te situe vraiment

      • oim le

        nan mais des fois ya des gens qui mérite…
        yoyo ferme ta gueule !

    • AkrU le

      J’aime bien la comparaison avec l’odeur de la merde!
      Mais sinon tu vie doit être bien triste vue comment ton esprit est fermé..Tu crois vraiment que tes critiques nous ferons arrêter ce qu’on fait?

  5. Donjon le

    yoyo a dit: « Qu’on expose ça dans une gallerie, bah pourquoi pas. Mais pas dehors. »
    Le graffiti est né dans la rue et il restera dans la rue, du graffiti dans les galeries ça ne devrait pas exister, comme un oiseau en cage. Le graffiti restera libre et sans contrainte.