R.I.P. Richard Hambleton

Alors que Jean-Michel Basquiat est une nouvelle fois célébré en grandes pompes dans une grande exposition rétrospective à Londres et que Banksy lui rend hommage dans les rues de la capitale anglaise, la disparition récente d'un des pères du street art est pratiquement passée inaperçue.

Richard Hambleton alias Shadowman s'est éteint suite à une longue maladie à la fin du mois d'Octobre 2017.

Actif dès la fin des années 70 à New York, Richard Hambleton peint des silhouettes noires inquiétantes dans les rues de Manhattan avant de participer à la Biennale d'art contemporain de Venise en 1984. Mais la folie commerciale des années 80 ne l'épargne pas, l'artiste canadien refuse de se plier aux règles du marché de l'art et sombre peu à peu dans l'oubli.

Son addiction à l'héroïne le conduit à vivre dans des conditions de plus en plus précaires, pourtant il continue de peindre inlassablement. En 2017, un documentaire d'Oren Jacoby revient sur la carrière et l'influence indéniable de ce précurseur du street art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>