Ceci n'est pas un graffiti: le documentaire sur l'histoire du street art

Ceci n'est pas un graffiti -01-511

Des catacombes de Paris aux salles de vente, la série mise en ligne par Arte Creative intitulée Ceci n'est pas un graffiti révèle en 10 épisodes les rouages du street art, un courant artistique inédit dans l'histoire de l'art. On y trouve de nombreuses interviews de journalistes, galeristes, et d'artistes tels que Blek Le Rat, Kashink, Psyckoze, Jonone, L'Atlas, Jean Faucheur, C215

Ceci n'est pas un graffiti -02-511

Le 1er épisode intitulé Il était une fois le street art regroupe des interviews de Jonone, Magda Danysz, Arnaud Oliveux, Speedy Graphito, C215, Blek le Rat, Miss Tic et du collectif VLP.

« Le street art, d'une certaine manière, est une parodie du graffiti. Un véritable acteur du graffiti va s'exprimer pour son équipe de foot, pour déclarer sa flamme à sa petite amie, pour dire qu'il est passé par là, pour dire qu'il insulte son voisin, ou qu'il nique la police, qu'il baise la France. Alors que l'artiste, d'une manière ou d'une autre prétend toujours être subversif, mais il est toujours du côté de l'ordre. L'artiste par nature, même s'il conteste le système, fait partie du système. Être assimilé par le système est son fantasme inavoué. Il n'y a pas un seul artiste alternatif qui ne rêve pas de finir sur les pinacles des grands musées. »
-C215

Le 2ème épisode regroupe différents points de vue féminins (Konny Steding, Magda Danysz, Stéphanie Lemoine, Miss Tic, YZ) sur l'art urbain.

« Le street art est tout aussi macho que n'importe quel mouvement artistique contemporain. »
-Stéphanie Lemoine

Le 3ème épisode, intitulé Street art Melody, se penche sur le parcours atypique du groupe VLP (Vive La Peinture). Psyckoze accompagne le duo dans les Catacombes pour une session peinture.

Le 4ème épisode est une enquête sur le marché de l'art et le phénomène de spéculation.

« Je vois le galeriste comme un promoteur, il est là pour mettre en valeur le travail de l'artiste. »
-Jonone

Le 5ème épisode interroge l'utilisation des média sociaux par les artistes.

« Je suis vraiment accro à Instagram. »
-Jean Charles de Catelbajac

Le 6ème épisode est consacré au partenariat entre marques et artistes.

« Avant je peignais des métros, maintenant je laisse mes œuvres sur les avions. Un tag sur un avion, je ne vois pas ça souvent. »
-Jonone

Le 7ème épisode débute avec une belle altercation entre un passant/délateur et Miss Tic et questionne la politique de certaines villes qui utilisent le street art.

« Peindre dans la rue, je l'ai toujours fait, mais j'ai été tentée d'arrêter parce que j'ai eu un procès pour dégradation et j'ai pris cher. Je ne suis pas une martyre. […] J'ai trouvé la solution, j'ai commencé à demander des autorisations pour échapper à la justice et à la répression. »
-Miss Tic

Pour le 8ème épisode, direction Berlin, haut lieu du street art.

« Je pense que le street art ou le graffiti doit rester dans la rue. La récupération ne fera que créer un phénomène comparable à l'académisme du 19ème siècle, c'est à dire des artistes pompiers, récupérés par des politiques qui finalement ne produisent pas grand chose d'intéressant. »
-Pascal Feucher, galeriste

Le 9ème épisode questionne les initiatives de certains street artistes emplis d'idéalisme et de bons sentiments.

Le 10ème épisode, concluant cette série, interroge la postérité des artistes.

« Les institutions en France n'y connaissent strictement rien, ils n'ont aucun référent par rapport à ça. Ils n'ont jamais été formés pour analyser l'art urbain. Ils ont toujours vomi l'art urbain depuis des années. On va y arriver, il y a un renouvellement des élites qui est un peu lent chez nous. »
-Jean Faucheur

Ceci n'est pas un graffiti -03-511

19 commentaires

  1. yoyoy le

    J’ai hâte de lire les diatribes de tous les haters mouhahahaha. C’était pas mal le vernissage hier au fait !

    • Tu vas au vernissage et on va à la crémaillère de Jonone rue de Rennes, c’est aussi ça la life des haterz mec 😉

      • Papa Lazaroo le

        Livin’ la vida loca. :-)
        Petits fours, vernissages et champagne…
        La real life des true vandals quoi.

        • Tu sais que tu peux faire les deux sinon, qui est contre la tize gratuite et la télé-réalité en live ?

        • Artaban le

          >NonRien

          Renier ses convictions contre de la tise gratuite et de la télé-réalité ? Je pense que toute personne ayant une once de fierté est contre.

        • NonRien le

          C’est bien là où tu te trompes et que tu places ta fierté avant celle des autres.

        • Artaban le

          Les autres en font ce qu’ils veulent, des expos, des vernissages, des crémaillères…Mais un spectateur qui ira juste pour profiter de l’open bar a bel et bien un problème avec la sienne et se contrefout de celle des autres.
          https://youtu.be/8Lua0r0o8DI

        • NonRien le

          Déjà de parler des autres qui font des trucs (et pas toi ?) c’est que ta fierté est toujours mal placée, si tu connais des mecs qui savent bosser (et oui il y en a et qui ont été plus miséreux ou hardcore que toi), si tu as des potes qui sont sorti du foyer tu as aussi du aller à une crémaillère donc à un moment faut arrêter de vouloir être plus thug que les vrais thugs.
          Je ne me considère pas comme un spectateur parce que ce sont des collègues de travail et que ça fait partie du job que d’aller se confronter pour les défoncer sur leur terrain.
          Si tu n’es pas invité c’est pas à moi de subir tes attaques à deux balles qui ne rassurent que toi surtout qu’en plus ça fait bien dix piges qu’il n’y a plus vraiment rien à gratter ;).
          Si ta fierté t’empêche je t’invite à changer de potes ou de référentiels, tu vas compter tes chromes jusqu’à quand ?

        • pedro le

          > non rien ,
          « que d’aller se confronter pour les défoncer sur leur terrain. »
          Il en est ressorti quoi de tes copains? T’en as fait un article, un livre?
          Jusqu’où as tu été subversif ?

        • Artaban le

          Tu te trompes tellement sur mon compte, je ne suis personne dans le graffiti et ça fait bien longtemps que je ne compte plus mes chromes puisque le jeu n’en vaut plus la chandelle depuis longtemps pour ma part…Mais je vois que je t’ai piqué au vif, c’est tout ce qui compte :) (Ça fait beaucoup de « compte », au bout du compte)

  2. pedro le

    On s’en fou de votre vie, des vernissage, entre petit canapé et champagne , de jonone surtout ,qui parasitait déjà un bon nombre de documentaires. Vous êtes ridicule.

    • C’était juste pour répondre aux fans qui n’imaginent pas qu’on puisse critiquer sans jalouser, comme ce sont aussi nos collègues de travail on doit bien faire un peu de social de temps en temps comme avec Jonone et la plupart des anciens qui vendent dans les mêmes conditions 😉

  3. Papa Lazaroo le

    « Avant je peignais des métros, maintenant je laisse mes œuvres sur les avions. Un tag sur un avion, je ne vois pas ça souvent. »
    – Jonone

    « R’gardez j’tague un navion et vous pas! Gnééééé… » :-)

    • pedro le

      Ah ouais, il fait peine jonone surtout que c’est juste un gros autocollant et après tu le vois avec une bombe à la main en train de mimer pour la photo une action de tag. Triste spectacle .
      Je vois pas d’hommage à Azyle , sinon c’est bien raté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>