Le lightpainting au service du graffiti

Florian Krause-03-511

Liée intrinsèquement au graffiti, la pratique photographique permet aux writers d'archiver leurs œuvres vouées à disparaitre avec le temps, le buff ou le toy. Florian Krause, un allemand passionné de light painting, réussit à sublimer certaines peintures en les photographiant avec une pause très longue (4 minutes) combinée avec différentes sortes de trucs et astuces.

Dans ce reportage mis en ligne par Arte Creative, Florian Krause accompagne Raws, Skenar, Stereoheat et Nats pour une session mur dans un bâtiment abandonné perdu au milieu de la forêt.

Florian Krause-01-511

En collaboration avec les writers, le photographe attend l'obscurité pour mettre en place son dispositif : paille de fer, guirlande à 1 euro, gélatine de différentes couleurs et effets pyrotechniques bidouillés lui permettent de composer une image en plusieurs poses avec son appareil photo numérique sur pied. Le résultat est assez bluffant.

« Je ne me vois pas vraiment comme un photographe […] Aujourd'hui, je travaille surtout avec la lumière. J'essaie de repousser les limites. »
-Florian Krause

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>