Peindre sur la ligne de front en Ukraine

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-01-511

Depuis plus de 2 ans, le conflit fait rage entre les troupes ukrainiennes et les séparatistes russes dans la région du Donbass, bilan humain : 9 600 personnes tuées. Située dans le sud est de l'Ukraine, la ville d'Avdiivka, dans la région de Donetsk, est désormais située sur la ligne de front d'une guerre qui refuse de dire son nom.

Dans ce contexte dangereux, l'artiste australien Guido van Helten soutenu par Art United Us, y a peint un portrait sur la façade d'un bâtiment ravagé par le conflit, une initiative diversement appréciée par les locaux.

Pour commencer, Guido van Helten s'est rendu dans une école du quartier le 12 Octobre 2016, pour faire le portrait de Marina Marchenko, une institutrice de 73 ans.

« J'ai pu voir la bonté émaner de son regard, je veux que mon œuvre ait une identité locale. »
-Guido van Helten

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-02-511
Après avoir choisi un bâtiment face à la ligne de front, l'artiste s'est rendu compte que les séparatistes pouvaient voir sa position.
Peindre sur la ligne de front en Ukraine-04-511

Sans autre alternative possible, Guido van Helten s'est équipé d'un casque et d'un gilet pare balles pour pouvoir peindre dans une sécurité relative.

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-05-511

Refusant d'en faire une œuvre politique, van Helten déclare :

« Qui suis-je pour donner mon avis sur une situation aussi complexe ? Honnêtement, si j'étais de l'autre côté de la ligne de front, je verrais la même chose qu'ici, les mêmes enfants qui vont à l'école… Cela n'a rien à voir avec une lutte entre le bien et le mal. »

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-06-511

La photo suivante témoigne de la violence des combats. L'immeuble sur lequel l'artiste peint est vide depuis 2014, après qu'une roquette ait détruit un des appartements, tuant 2 civils.

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-07-511

« Ces gens n'ont probablement jamais rien vu de pareil. Si je peux leur donner l'occasion de penser à autre chose qu'à la guerre, même pour un court instant, alors ça vaut le coup. »
-Guido van Helten

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-08-511

Les réactions des habitants ont été pour la plupart positive. Un soldat a déclaré sa flamme à l'artiste, mais d'autres se sont demandés pourquoi l'équipement déployé pour cette peinture n'avait pas été utilisé pour réparer les appartements déglingués.

« Il y a un trou dans ma toiture, la pluie passe au travers, et vous venez peindre la façade, ce n'est pas juste les gars. »

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-09-511

Bien qu'on lui ait assuré qu'il était à l'abri des snipers, l'artiste attend la tombée de la nuit pour peindre la partie la plus haute de la façade.

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-10-511

Après la 1ère journée de travail, l'artiste a refusé de faire la fête :

« J'ai besoin de me concentrer sur le fait de réussir à finir cette façade et de ne pas me faire tuer. »

Peindre sur la ligne de front en Ukraine-11-511

Le lendemain, mission accomplie, il semblerait que depuis, les habitants du quartier se rassemblent et photographient ce portrait, oubliant peut-être, pour quelques instants, le bruit des roquettes et des rafales de mitraillettes qui font le quotidien de cette zone…

Source : RFE/RL

Les commentaires sont fermés.