Interpol à la rescousse pour du graffiti

la fete est finie à Milan-04-511

Il semblerait logique que les budgets pour lutter contre le terrorisme, le chômage ou l'insécurité soient les priorités du moment, y compris à Milan. Que nenni, puisque c'est désormais pour du simple graffiti qu'Interpol se mobilise ! La municipalité de Milan et la société de gestion des transports en commun de la ville, en étroite collaboration avec la police locale, font décidément tout pour sonner le glas du graffiti sur métro. Multipliant les arrestations en flagrant délit sur les lignes jaune et verte, les autorités sont passées à la vitesse supérieure, allant désormais jusqu'à mobiliser les services d'Interpol pour poursuivre les auteurs d'une action backjump qui a mal tourné.

Un petit récapitulatif des dernières arrestations, car oui, il y en a eu encore…

Dans la nuit du 13 au 14 Octobre 2016, 2 writers australiens et 1 néo-zélandais (Saker, Resk et Tridate) se sont faits surprendre sur la ligne jaune dans un tunnel près du dépôt de San Donato.

Une fois de plus, la sécurité alarmée par le système de vidéosurveillance a immédiatement contacté la police.

Coupant toute retraite possible, la sécu et la police ont tout simplement cueilli les 3 writers bombes à la main.

Mais les arrestations en flag ne sont pas le seul moyen mis en place pour lutter contre l'invasion des writers étrangers.

Pour la 1ère fois, le procureur a demandé une assistance juridique dans les procédures pénales, conformément à la convention des accords de Schengen.

Les faits remontent à la nuit du 4 au 5 Février 2016, sur la ligne verte à la station Cimiano. 4 writers étrangers, après avoir tiré le signal d'alarme d'une rame stationnée dans cette station, ont peint en backjump en compagnie de 2 autres personnes, dont un Italien.

la fete est finie à Milan-05-511

Mais ces derniers se sont fait attraper. Après 8 mois d'enquête et avec l'aide d'Interpol, les 4 writers étrangers ont tous été identifiés et localisés en Allemagne et en Autriche grâce aux renseignements recueillis sur les téléphones portables de ceux qui se sont fait arrêter en flag.

la fete est finie à Milan-06-511

L'action filmée à la Gopro a circulé rapidement sur le web, ce qui a aussi fourni de nombreux indices à la police.

Résultat de l'opération, un matin du début du mois d' Octobre 2016, les policiers milanais accompagnés de leurs homologues allemands et autrichiens ont procédé aux perquisitions des domiciles de Rotik, Olta, Nato et Clonco… pour un backjump.

Ça laisse rêveur, à la vue des échecs répétés des différents services de police pour enrayer les vagues terroristes récentes en Europe. 125 agents de la sécurité, dont 64 embauchés en 2015, ont récemment été déployés pour protéger les rames du métro de Milan… On voit où sont les priorités sécuritaires, la messe est dite.

Source : Milano Repubblica

2 commentaires

  1. jen eude de las cortoss le

    ah belle article
    j’ai kiffer la conclusion

    moi qui vous lis depuis le début

    je remarque de tps en tps un zeste de subversivitée légère qui me séduit.

    celle ci était presque néante à vos début

    avez vous embauché un pigiste du 93 ?

    • Psykoboy ou le Trouble dissociatif de l'identité. le

      « avez vous embauché un pigiste du 93 ? »

      ahahahahaha, merci. 😉