Sacer aka Dash Snow @ Agnès B.

Du 09 Septembre au 6 Novembre 2010 la Galerie du Jour propose une exposition intitulée 3+1.

3+1, 3 c'est Dash Snow, Harmony Korine et Ryan McGinley, 1 c'est Agnès B.
Un trio incontournable de la scène artistique contemporaine américaine réuni par Agnès b. dans un lieu qui n'a jamais eu froid aux yeux et leur a toujours été fidèle. Ce n'est pas un hommage qu'Agnès B. a voulu rendre à Dash Snow aka Sacer, elle a plutôt imaginé de faire vivre ses dernières œuvres au milieu de celles de ses amis et pairs. De le mettre en contexte, tout comme elle l'a connu lors de l'exposition New York Scene en 2003. Lors de cette exposition, la Galerie du Jour s'était transformée en terrain de jeux pour une bande de jeunes artistes, pour la plupart inconnus, qui s'exprimaient à travers divers médias (vidéos, photographies,sons, graffs, dessins, installations) et puisant leurs références dans leurs modes de vie (le punk-rock, le hip-hop, le skate) produisant au final un art du quotidien.

Galerie du Jour
44, rue Quincampoix
75004 Paris
Plan d'accès ici

Nous profitons de cette exposition pour retracer le parcours de Dash Snow aka Sacer, icône de l'underground new-yorkais, mort à 27 ans.

Il y a un peu plus d'un an Dash Snow aka Sacer appelait sa compagne du New York Hotel :
« Au revoir. Je t'aime. Je te verrai dans un autre monde. »
Le temps qu'elle arrive, il mourait d'une overdose d'héroïne dans sa baignoire.
Dash ne s'entendait pas avec ses parents, à 15 ans après avoir passé 2 ans en centre de détention juvénile, il quitta le foyer parental pour vivre dans la rue. Sa richissime famille, les De Menille, est une dynastie influente du monde de l'art. Il commença à prendre des photos pour se souvenir des nuits qu'il passait complètement défoncé et se mit rapidement à taguer Sace. Il se maria à l'âge de 18 ans avec une artiste corse, Agathe Snow. Il rencontra au même moment Earsnot et ils créèrent ensemble le crew IRAK (I Rack, Je vole). Nekst, Adek, Espo, Screw se joignirent à eux par la suite. Risquant quotidiennement sa vie pour trouver des spots inaccessibles, Sacer devint la cible du vandal squad new-yorkais après avoir peint le côté du pilier du pont de Brooklyn.

Il arrivait aussi à Sacer et Earsnot de transformer les clochards en homme sandwich en les payant 20 dollars pour taguer leurs vêtements…


A la fin de sa courte vie, il s'éloigna peu à peu du graffiti pour se concentrer sur ses collages, ses polaroids et ses expositions, même s'il n'assumait pas complètement le fait d'être un artiste. Après sa mort et en signe de consécration, le New York Times le nomma fils spirituel de Warhol.

Source : Realnastystuff

Un commentaire

  1. +necro+ le

    Dash etait un branleur. Petit bourgeois le nez plein de coke. Sa vie etait aussi bidon que son oeuvre miserable. Son pote Earsnot, malgres le fait d’etre un egocentrique, adorateur de chaussures de mode, de tee shirt a $200 et en perpetuel recherche de l’adoration de tout les petits merdeux du Lower east side, au moins, il sait mettre du style dans un tag. Agnes B merite bien cette equipe de vendus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>