Shu.mov, dans les entrailles du métro de Moscou

shumov-511

Le métro de Moscou reste encore une cible très difficile à approcher. Enfouies à plusieurs dizaines de mètres de profondeur, les stations et les tunnels devaient pouvoir accueillir la population en cas de bombardements comme cela s'est produit dès 1941.

Face à ce véritable labyrinthe ultra sécurisé, certains writers n'hésitent pas à employer les grands moyens pour accéder aux rames stationnées en sous-sol. Shu.mov, un photographe russe accompagne régulièrement les crews NRA, TPD, ENC lors de ces missions commandos.

shumov-02-511

L'aventure commence à ce moment là, il s'agit de passer le plus souvent par des bouches d'aération avant de descendre parfois en rappel jusqu'au niveau des voies. Équipés de disqueuses, de pince coupe boulons et évidemment d'une lampe frontale, les writers sur-motivés déploient des moyens considérables pour parvenir à s'infiltrer dans les entrailles du système.

Ils doivent ensuite faire vite pour peindre avant de se faire surprendre par des ouvriers ou la police militaire et pouvoir sortir sans encombre et attendre leur circu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>