Dax, un tagueur récidiviste de 78 ans devant la justice

La contestation n'est pas une affaire d'âge, ni une crise d'adolescence passagère comme le prouve l'arrestation d'un octogénaire à Dax, déféré devant le parquet de cette sous-préfecture, ce mercredi 7 Septembre 2016.

Depuis Octobre 2015, de nombreux édifices de cette commune du sud-ouest de la France ont été victimes de graffitis contestataires et vengeurs. Profitant de la nuit, un homme avait pris l'habitude de tracer à la peinture jaune et noire de nombreux messages dont Violeurs, pédophiles sur les façades de la cathédrale Notre-Dame et de l'église Saint-Vincent-de-Xaintes. Il s'en est aussi pris aux locaux du Parti socialiste local, recouverts d'un voleurs, et il a enfin tagué un grand cons sur le bâtiment du quotidien régional Sud-Ouest.

« Les tags ont un caractère symbolique très fort. Ils dégradent le cadre de vie et donnent une image négative de la ville. Ils nourrissent également les sentiments d'insécurité et de relégation. La lutte contre les tags est devenue un élément fort de la politique municipale de la ville de Dax. »

Le papy tagueur a finalement été saisi sur le vif par les caméras d'un parking sous-terrain, le 28 Août dernier, et identifié grâce à la plaque d'immatriculation de sa voiture. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits en expliquant son geste par un ras-le-bol des politiques, de l'Église et de la presse.

Une petite leçon à retenir pour les graffeurs du 3ème âge, il vaut mieux peindre des petits chats au pochoir plutôt que d'écrire ce qu'on pense, au risque de se prendre une enquête sérieuse menée par des forces de l'ordre motivées…

Source : Le Point

Un commentaire

  1. baeeer le

    Il a trop la gouaille le papy !!! C’est bon ça, par contre la cathédrale, il va payer cher !