Aryz, street art et graffiti font-ils bon ménage?

Interview Aryz-511

Depuis plusieurs années, l'artiste espagnol Aryz s'inscrit dans la tradition des peintres muralistes, régulièrement sollicité pour réaliser des fresques gigantesques partout dans le monde, entre Kiev, Bilbao, Toulouse, Bangkok…

Pourtant, issu du graffiti, il ne renie pas ses origines et continue de peindre des lettrages souvent accompagnés de persos sur différents types de support. Goodfellas s'est entretenu avec le writer/artiste oscillant entre le monde du graffiti et celui du street art. En voici quelques extraits traduits accompagnés exclusivement de lettrages.

Interview Aryz-02-511

« On ne voit pas beaucoup de gens qui combinent street art et graffiti dans leur pratique. Dans le milieu du graffiti dans lequel j'évoluais, le fait de faire des personnages ou de s'éloigner du Subway Art est toujours très mal perçu. Donc beaucoup de gens s'interdisent de faire des choses parce que cela ne correspond pas au folklore du graffiti. »

« Graffiti et street art sont devenus des termes galvaudés depuis que le citoyen lambda les utilise. Mais le graffiti reste considéré comme très vulgaire. En outre, les institutions restent sceptiques à l'idée de soutenir ces 2 disciplines, ce qui n'arrange pas la situation financière de certaines personnes talentueuses. »

« Il y a des comportements que j'apprécie chez les writers d'autres que je déteste. J'aime quand les gens essaient de nouveaux trucs, j'aime les gens qui donnent la priorité au style plutôt qu'aux effets. J'aime aussi qu'on respecte les autres même si on a des désaccords artistiques ou des opinions différentes. »

« Je n'aime pas les gens qui pensent posséder le style authentique et pur, je n'aime pas les gens qui se prennent pour des stars. De plus, se targuer d'être né à une certaine époque n'a aucun mérite, alors essayez d'être apprécié pour votre travail et non pour votre âge ou votre expérience dans le milieu. »

Et pour conclure, une vidéo sous-titrée en anglais dans laquelle on suit Aryz dans son atelier :

Source : Goodfellas Magazine

2 commentaires

  1. Papa le

    > En outre, les institutions restent sceptiques à l’idée de soutenir ces 2 disciplines, ce qui n’arrange pas la situation financière de certaines personnes talentueuses.

    Tant mieux.

  2. Ozear le

    Aryz est un artiste hors du commun qui a sont style et c’est fantastique de voir que dans ce milieu on évolue pas seulement dans un sens et que malgré sa notoriété au près des writers du monde entier on peux continuer à élaboré des lettrage en vandale tout en ne ce cachant pas du grand public et rester dans les personnage qui prenne des façade d’immeuble alors je pense que aryz mérite un respect énorme pour arriver à évoluer de cette manière , il ne faut pas que l’on oublie de ou l’on vient , on vient de la rue .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>