Trainwriting et Tattoo à l'honneur chez Dooler

Les marques issues du graff et les magazines dédiés étaient légion dans les années 90. Un des rares moyens de se se revendiquer du milieu d'une part et de se documenter de l'autre. Le déclin à probablement commencé avec la popularisation de l'usage du Web, les jpegs remplaçant les photos sur papier glacé. Coté vêtements, les dinosaures de la confection ont tous lancé des collections streetwear en tentant d'étouffer la création indépendante…
Mais depuis quelques années le salut serait-il paradoxalement aussi en provenance de l'Internet ? Longtemps une affaire de pros, il est désormais possible de faire connaître ses créations en 3 clics. Portés par la mouvance DIY et l'autofinancement, on constate un retour en force des fanzines, des imprimeurs artisanaux et des séries limitées de t-shirts et de prints qui en découlent.

La marque belge Dooler est un représentant de cette nouvelle génération hybride qui va aussi facilement produire quelque chose à se mettre sur le dos qu'une œuvre ou une photo à accrocher au mur. Apparue en 2015, elle a été fondée par deux frères, MH17 et Autofocus.co qui ont fait leurs classes en arpentant les rues et les dépôts de Bruxelles. Ils ont mis en commun leurs compétences respectives : dessin, tatouage et photo. Soutenus dès le départ par la galerie Art&Flux, ils vont d'abord se lancer avec une poignée de modèles. Aujourd'hui ils élargissent leur champ d'horizon en collaborant avec le rappeur Elvis Romeo ou encore le writer/tatoueur italien Mr.Oger. Ils impriment aussi plusieurs photos et sérigraphies en connexion avec le studio Vandals Print.

Dooler lance sa chaîne Youtube en sortant Followthem, une série de vidéos mettant en avant des writers et leurs aventures. Le premier épisode ci-dessous suit Ratur et Shore pour une session chrome dans un tunnel bruxellois.

Vous pouvez suivre Dooler sur leur Facebook ou leur Instagram.

Les commentaires sont fermés.