Boogie Woogie #1: les frets de Surok

Boogie Woogie-511

Boogie-Woogie est un magazine entièrement consacré au graffiti sur frets. Chaque numéro propose un focus sur un writer. Ce 1er numéro (100 exemplaires) de 32 pages, regroupe des photos de frets peints par Surok TWP ALF DA, un texte libre et un sketch.

Boogie Woogie-01-511

Pour chaque fanzine acheté ici, Boogie-Woogie offre 2 cartes postales, en tirage unique, choisies au hasard.

22 commentaires

  1. D-crasse le

    je suis le seul à me dire que SUROK est incapable de pondre un lettrage correct ? C’est quand même le degré zéro de la lettre là !

    • ouai bof le

      ouai, des lettres battons, comme TRANE quoi, avec des lights et de la couleur, 70% du graffiti

    • ouai bof le

      Non, pas de jalousie, je trouve ça bien, mais dans ce style quoi. Après ça casse pas trois patte à un canard non plus niveau originalité : lettrage bâton, couleurs vu revu, personnages vu revu…

      Je recherche autres choses dans le graffiti maintenant, c’est tout.
      Si c’est pour voir ce qu’on a déjà vu, c’est dommage, c’est un beau support le fret.

    • D-crasse le

      de la jalousie ? sûrement pas !

      Trane maîtrise le style « parisien 90 -2000 « , et au delà du style, il prenaient des risques. SUROK lui a le cul entre deux chaises… tu sens le mec qui se cherche, qui ne sait pas sur quel pied danser… bref, je trouve que ce n’est pas un bon graffeur, qui peint des frets le dimanche, et je vois pas l’intérêt de dépenser 1 centime pour ce fanzine.

    • bugidown le

      pas mal ça « la jalousie » ! j’ai du mal a voir comment on peut etre jaloux d’un mec qui lache des lettrages aussi banal, voir bidon par moment….

      • Papa le

        On peut être jaloux de la renommée du gars, ou au moins de sa couverture médiatique. Après tout, pourquoi un type aussi banal aurait droit à tout ça et pas moi et mon leust de keshtra?

        Et inversement, on crie promptement à la jalousie quand on publie des merdes insipides et qu’on n’est pas prêt à encaisser la critique.

        • D-crasse le

          « insipide » : tu as trouvé le mot parfait pour décrire surok. Aussi bandant qu’une feuille de salade entre deux tranches de pain de mie… et sans mayo.

    • Donjon le

      Arrêtez de chipotez tous! la plupart des lettrages sont cheum, mais le type se casse le cul et lâche du perso et des fonds, il y a tellement pire sur fret, tout le monde ne peux pas être fan de graffiti avant-gardiste ou conceptuel.

  2. Cloclo le

    Toujour de gros jaloux. Le mec représente le graffiti lettrage basic mais efficace, cartonne et fait du roulant.

    L image meme que les gens ce font du vrai graffiti est la lettrage perso lettrage. Que demandez de plus. Il en a pas fait 50 des pieces sur fret mais plus de 200 sur…. .

    Alors retourner peindre sur les terrains bandes de guignol.

    • D-crasse le

      Pour toi le fret c’est du « roulant » ? Je mets ça dans la même catégorie que les terrains. Ça donne aucune crédibilité à ce mec.

      Même ma grand-mère peut peindre des frets.

      • freddy krueger le

        « Pour toi le fret c’est du « roulant » ? »
        bien sûr que le fret c’est du roulant, comme son nom l’indique le « roulant » c’est ce qui roule, ce qui se déplace.

        « Je mets ça dans la même catégorie que les terrains. Ça donne aucune crédibilité à ce mec. »
        parce que peindre des trains ça te donne quoi comme « crédibilité » explique moi ?
        et arrêtez un peu avec les terrains tout le monde en fait ou en a déjà fait, même ceux que tu que tu admires parce qu’ils colorient les trains en font rigolo…

        • le plan B le

          quand je dis que ça ne donne aucune crédibilité au mec, je veux dire par là que non seulement son style vaut que dalle, mais qu’en plus le support n’apporte aucune valeur à son graff.

          excuse moi Freddy, mais entre une pièce pas top sur un fret, et une pièce pas top sur un métro, j’ai quand même un peu plus la gaule sur le métro.

        • cloclo le

          Alors oui c’est un roulant et contrairement au terrain le fret bouge sur toute les villes… .

  3. Momo le

    Ah les bouches de veilles sortaient vous les spray du culs avant de jacasser !! Chacun sont délire dans le Graff si t’aime pas tu regarde pas t’achète pas !!!
    Sa sera tjrs la même histoire avec les jalouses

    • Santa Geronimo le

      Le problème c’est toujours la même chose, « la communication c’est de l’art ou le degré zéro de l’art » donc d’un côté des artistes de folie dont tout le monde ignore l’existence, à côté des gars moyens mais qui prennent la place des premiers en sortant des choses qui construisent leur propre légende, des gens qui s’y connaissent assez pour savoir qui va être un bon décorateur d’intérieur et enfin des mecs qui ont rien à voir avec le mouvement et qui véhiculent les clichés que les gens attendent pour leur fourguer des merdes.
      Le problème n’est donc pas celui de la jalousie mais de l’exposition (diffusion, visibililté, partenariats, invitations…) par rapport à la contribution effective au mouvement (style personnel, présence indiscutable, charisme, parcours, etc) et le problème c’est que ce ne sera jamais juste, assez cher voire même trop cher.
      Donc dans le meilleur des mondes ceux qui réagissent le plus souvent ici aimeraient que les mecs qui perdent de l’énergie à essayer de se zinguer puisse aussi retourner l’appareil à ceux qui ont construit les fondations mais ce serait faire allégeance dans une époque ou le sampling (avec crédit) a été remplacé par le téléchargement sauvage.
      Ce n’est pas parce que tout est accessible que tout le monde est artiste et c’est donc au public de réagir, ici je ne pense pas qu’un indépendant ait envie de sortir un premier numéro de fanzine avec Surok à moins de le connaître ou de nous expliquer pourquoi il est pour lui aussi important de mettre en avant… le problème du graffiti comme le street-art est souvent celui du réseautage ou tu préfères saigner un créneau plutôt que de te mettre en danger en ramenant des mecs plus balèzes, c’est l’effet de groupe à la lumière des limites de chacun.
      Il faut donc accepter que des mecs assument faire des trucs entre eux (et avant tout pour eux comme ici MAIS à condition d’accepter la critique) et que d’autres puissent critiquer en ayant du mal à faire des projets cohérents (parce qu’ils ne vont pas dans le sens des susceptibilités ou pire du marché).
      Ce qui manque souvent c’est quelqu’un d’objectif qui sait, qui a compris que le post-graffiti incualit la critique vu que c’est une proposition pour les gens (et non plus contre^^), qui n’a pas besoin d’esbrouffe pour être à la bonne place, ça sous-entend quelqu’un avec assez de distance (donc pas l’artiste étranglé avec ses enjeux), de connaissance, d’indépendance (y compris et surtout avec ses potes genre les VAO) et surtout d’honnêteté (intellectuelle) pour ne pas tomber dans les travers mais ça conduit comme le socialisme à un dictateur genre Boris (le cool), Chatry (l’artivisme) ou la clique (l’interlocuteur hype)… reste moi et les autres gars aux RSA qui préfèrent peindre avec de la merde plutôt que de se faire rincer au GHB 😉

  4. Santa Geronimo le

    Donc traduction pour le plus jeunes, Surok doit être le 500ème qu’on voit avec un niveau de moins de 10 ans de peinture qui essaye de se faire remarquer (pour devenir connu ou pire artiste) et qui arrêtera sûrement quand il aura reçu assez d’attention pour comprendre que ce n’est pas du tout ce qu’il recherche… à force vous comprendrez que ça fatigue et qu’il faut à chaque projet se poser la question de qu’est ce que ça propose de nouveau ou quel problème ça permettrait de résoudre enfin… la création artistique c’est avant tout de l’émotion, une proposition personnelle et surtout un engagement sans limite qui doit accepter la critique parce que justement c’est elle qui la fait avancer, les formes ne sont certainement pas les bonnes mais réfléchissez simplement au fait qu’on aime des gens depuis longtemps, qu’on ne se permet pas de prendre leur place en espérant qu’ils y arrivent donc c’est exaspérant d’en voir d’autre les singer et mettre un masque de créateur simplement pour continuer à se payer de la coke et s’entendre dire par des vieilles peau qui n’y connaîtront jamais rien qu’on est des artistes…. je ne pense pas que ça soit le but, le graffiti est un moyen et certainement pas une fin donc si tu sors un fanzine j’espère que tu as déjà anticipé la suite et que c’est pas juste encore une pratique onaniste, ouf :)

    • VLTRAGRIS le

      Tu m’intéresses et ça commence ici pour tous ceux qui en ont marre de rabâcher, qui ont des choses à partager ou qui veulent suivre le contre : vltragris.tumblr.com. N’hésitez pas ou taisez-vous à jamais 😉

    • rastoune le

      quand on ne sait pas…. on se tait…

  5. freddy krueger le

    les mecs font un fanzine sur le frèt, je trouve rien d’étonnant a ce qu’il choisisse Surok en premier ça doit être un de ceux qui en a tapé le plus, en tout cas j’en vois régulièrement depuis un bon moment.

  6. connaisseur le

    Pas choqué non plus.
    Quand on sait que les mecs qui ont dépassé le millier de panel sur fret se compte sur les doigts d une main en France et qu’ il en fait partie….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>